Vivre aux crochets de quelqu’un

Vivre aux crochets de quelqu’un

Dans cet épisode, je vous explique le sens de l’expression « Vivre aux crochets de quelqu’un ». Merci à Eric de me l’avoir suggérée.

J’attends vos avis sur Facebook : cliquez ici.

(Faites un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Faites un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Transcription de l’épisode :

Bonjour et bienvenue dans ce nouvel épisode du podcast de Français Authentique dans lequel je vais vous expliquer le sens de l’expression « vivre aux crochets de quelqu’un ». C’est Eric qui m’a suggéré cette expression sur la page Facebook de Français Authentique, donc, merci à toi, cher Éric d’avoir pris le temps de me faire cette suggestion. J’ai demandé à mes enfants qui sont en bas au rez-de-chaussée de ne pas faire faire trop de bruit parce que j’enregistre cet épisode pour vous ; ils sont en vacances, mais il se peut que vous les entendiez quand même. Je ne pense pas que ça vous dérangera dans la compréhension, mais je voulais vous le signaler.

Je voulais aussi vous signaler, si vous découvrez Français Authentique – puisque vous êtes très nombreux à m’écrire et à me dire : « Je viens de trouver Français Authentique : par où commencer ? » – la possibilité que vous avez est de rejoindre l’académie Français Authentique. C’est une partie privée du site où on est à peu près 200 actuellement et  où vous payez un abonnement mensuel et chaque mois, vous recevez un groupe de leçons (une vidéo, un MP3, un PDF, de la prononciation, du vocabulaire), tout un paquet de fichiers que vous pouvez travailler pendant le mois et en plus de ça, vous avez accès au groupe privé Facebook de l’académie qui est très actif et qui est génial. Je ne peux pas citer tous les membres très actifs, mais Fernanda, Maria, Zolt, Oliver et tous les autres, etc., je suis désolé de ne pas pouvoir citer tous les autres, mais on a un noyau dur, un ensemble de personnes très actives et je me réjouis d’être chaque jour présent sur ce groupe fantastique. Si vous voulez nous rejoindre, vous allez sur www.francaisauthentique.com/academie– il y a un lien en bas de cet épisode.

Pour ce qui est de notre expression « vivre aux crochets de quelqu’un », je pense que le mot « vivre » est clair pour vous ; la vie, c’est … c’est difficile à décrire, mais c’est l’état dans lequel nous sommes, c’est ce que nous faisons en ce moment. Vivre, ça doit être clair pour vous. Et le mot « crochet » – je ne sais pas si vous connaissez ce mot – c’est un objet qui a une forme qui permet de suspendre quelque chose, de tenir quelque chose, d’accrocher quelque chose. Souvent, un crochet, c’est un objet métallique qui a une forme un petit peu arrondie et sur cette forme arrondie métallique, on peut attacher quelque chose. C’est utilisé, par exemple en boucherie, dans plein de domaines. Vous pouvez avoir un porte-manteau chez vous qui est un crochet sur lequel vous posez votre manteau pour ne pas qu’il tombe ; et – peut-être que vous connaissez Peter Pan ; dans Peter Pan, il y a le capitaine Crochet qui a un crochet à sa main parce qu’il a sa main qui a été coupée (c’est un pirate) et il a un crochet.

Vous ne pouvez bien sûr pas vivre dans un crochet ou vivre au crochet de quelque chose ; il s’agit, comme d’habitude d’un sens figuré et vous voyez bien que le mot « crochet » donne l’idée de tenir, de retenir, de soutenir quelque chose ou quelqu’un. Et si vous vivez aux crochets de quelqu’un, ça veut dire que vous vivez sous la dépendance de quelqu’un, ça veut dire que vous avez une vie facile, vous n’êtes indépendant, vous êtes dépendant d’une personne et vous vivez grâce à cette personne. Donc, vous imaginez qu’une personne a un crochet et vous vous mettez sur son crochet et donc, vous faites tout ce que la personne fait, vous êtes complètement sous sa dépendance.

Je vais vous donner, comme d’habitude, quelques petits exemples d’utilisation que vous pouvez rencontrer assez souvent. On peut dire, par exemple, de quelqu’un qu’il vit aux crochets de ses parents alors qu’il a trente ans. Si on dit ça, ça veut dire qu’il y a une personne qui a trente ans et cette personne n’a pas d’emploi, pas d’activité et vit chez ses parents. Elle n’a pas de revenu, pas de salaire et vit chez ses parents. En principe, à trente ans, on a un travail – on étudie encore, mais trente ans, c’est un peu âgé pour étudier ; disons que c’est une exception. Si quelqu’un n’a pas de travail et vit tranquillement de façon dépendante chez ses parents alors qu’il a trente ans, on dit qu’il vit aux crochets de ses parents.

Une expression que vous pouvez retrouver, notamment dans le journal, c’est quand on parle de personnes qui vivent aux crochets de la société. Là, c’est assez négatif (assez péjoratif). Quand on dit que quelqu’un vit aux crochets de la société, ça veut dire que ces personnes n’ont pas de travail, n’ont pas d’argent, n’ont pas de salaire et elles vivent grâce aux aides de l’État, donc elles dépendent de l’État, elles dépendent de toutes les aides financières de l’État pour vivre. On dit donc qu’elles ne sont pas indépendantes, elles dépendent de l’État, elles vivent aux crochets de l’État, elles vivent aux crochets de la société.

Ce que vous pouvez entendre également parfois, c’est qu’une femme vit aux crochets de son mari. C’est une femme qui ne travaille pas, qui reste à la maison soit pour s’occuper de ses enfants ou pas – ça n’a pas d’influence – et donc elle vit aux crochets de son mari dans le sens où elle n’a pas de salaire, elle n’est pas indépendante et elle dépend des revenus de son mari pour vivre. On dit qu’elle vit aux crochets de son mari. C’est un petit peu le sens de cette expression quand on dit que quelqu’un vit aux crochets de quelqu’un d’autre ou de la société, c’est négatif ; on a tendance à juger cette personne quand on utilise cette expression, il faut que vous le sachiez.

Je pense que maintenant cette expression n’a plus aucun secret pour vous. Vous n’êtes pas obligé de savoir l’utiliser ; ce qui est important, c’est que vous sachiez la comprendre si vous la rencontrez dans un film, dans un livre, dans un magazine ou dans un journal. Et ça la puissance des expressions de Français Authentique : c’est que vous ne serez pas gêné si vous rencontrez cette expression dans du contenu français authentique puisque vous le comprendrez immédiatement. Ce que je vous propose de faire avant de nous quitter, c’est de pratiquer un petit peu votre prononciation. Je vais conjuguer « vivre aux crochets de quelqu’un » au futur ; il se peut que ça ne donne aucun sens, mais c’est juste pour vous aider à pratiquer votre prononciation et pour vous aider à apprendre de la conjugaison automatiquement, donc, même s’il n’y a pas de sens, ce n’est pas grave. Et de toute façon, ne stressez pas, ne vous concentrez pas sur la conjugaison mais sur ma façon de prononcer.

C’est parti !

Je vivrai à ses crochets

Tu vivras à ses crochets

Il vivra à ses crochets

(Elle vivra à ses crochets)

Nous vivrons à ses crochets

Vous vivrez à ses crochets

Ils vivront à ses crochets

Elles vivront à ses crochets

Encore une fois, il n’y a pas de sens dans tout ce que je viens de dire, mais je voulais vous faire indirectement répéter le verbe « vivre » au futur, ça pourra toujours vous servir.

Merci beaucoup d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode ; merci d’être si nombreux à me suivre sur Facebook, sur You Tube, d’être si nombreux à avoir téléchargé l’application Français Authentique.

N’hésitez pas à jeter un petit coup d’œil à l’académie, je suis sûr que ça intéressera beaucoup d’entre vous.

Merci et à très bientôt !