Vidéo “Demandez à Johan” – Episode 10

Vidéo “Demandez à Johan” – Episode 10

Abonnez-vous à la chaine You Tube pour ne manquer aucune vidéo : cliquez ici.

Téléchargez le fichier MP3 ici.
Téléchargez le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Dans la vidéo d’aujourd’hui, on va répondre à cette question que m’a posée Emma et qui m’a également été posée sur Instagram. C’est parti !

Bonjour à tous et merci de me rejoindre pour ce nouvel épisode de Demandez à Johan. Je suis très heureux que vous preniez de votre temps précieux pour regarder cette vidéo et voir ce que j’ai à dire sur les trois questions que vous m’avez posées sur les différents réseaux sociaux.

La première question m’a été posée par Sloth Scoguen sur Instagram. Merci, cher ami, d’être si présent. Tu es toujours là pour commenter les différentes photos. Elle, elle m’a dit qu’elle avait un petit peu de mal à faire la différence entre « gros » et « grand ». Je peux tout à fait comprendre qu’il y ait une confusion ici parce qu’il y a une définition claire et il y a l’utilisation qu’en font les Français qui est parfois un petit peu différente.

En ce qui concerne la définition, en fait, « grand », c’est la taille. Si vous êtes grand, c’est que vous êtes haut. Contrairement à moi – je fais 1m72, je ne suis pas très grand – si vous êtes grand, vous pouvez faire 1m85, 1m90. Si un immeuble est grand et haut, il l’est bien sûr en hauteur ; la Tour Eiffel est grande ; donc, « grand », c’est tout ce qui concerne la hauteur.

« Gros », normalement, c’est ce qui concerne le poids. Quelqu’un qui est gros, c’est quelqu’un qui est lourd, qui a un poids qui est élevé. Donc, vous pouvez être gros sans être grand, vous pouvez être gros, lourd sans être haut. Vous pouvez être haut, donc grand et gros. Ce sont deux choses qui sont vraiment différentes. « Gros », c’est le  poids et « grand », c’est la taille, mais, parfois, on utilise « gros » pour dire « qui est plus grand ou qui dépasse quelque chose. »

Vous pouvez, par exemple, avoir un gros fruit. Un gros fruit, c’est un fruit qui est, certes, gros, lourd, mais qui est également grand. Donc, parfois, c’est ça la nuance, la subtilité et la difficulté : c’est qu’on emploie « gros » pour dire « grand ». Donc, ce que je viens de vous décrire sur « grand » et « gros », ça marche beaucoup pour les êtres humains, etc., par contre pour les légumes, les fruits, parfois, on dira « gros » à la place de « grand ». Mais vraiment pas de stress là-dessus, retiens que « grand », c’est la hauteur, c’est la taille et « gros », c’est le poids, c’est la largeur. Et si tu comprends ça, je pense que tu comprendras le reste et dis-toi dans un coin de ta tête que parfois, on a tendance à dire « gros » à la place de « grand », mais ne stresse pas et ne te concentre pas là-dessus. C’est vraiment un détail sans importance comme il y en a beaucoup dans les langues étrangères.

La deuxième question m’a été posée par Youssef et concerne le DELF. C’est un diplôme qui certifie d’un certain niveau de Français et notre ami Youssef, comme plein d’autres – il y a plein de monde qui m’a demandé de préparer un pack, un produit là-dessus – c’est ça la question de Youssef est ce que j’ai l’intention de préparer un pack, un produit Français Authentique pour préparer le DELF ou un autre examen en Français.

Pour être tout à fait honnête et franc, j’ai toujours, jusqu’à présent été contre cette idée parce que je n’aime pas vraiment les tests. Un test de langue – même s’ils sont nécessaires – ne certifie pas toujours un niveau dans la langue. Il y a des gens qui réussissent très bien dans le test – je me souviens à l’époque quand j’ai passé le TOEIC – je mettrai en-dessous ce que veut dire TOEIC, je ne me souviens plus. Je sais qu’il y a International Communication à la fin, mais … Bref. C’est un test anglais ; j’avais passé le Cambridge également et le TOEIC, notamment, vous n’y parlez pas et donc, ça veut dire que vous pouvez avoir un bon niveau de compréhension, un bon niveau dans le test, mais être incapable de parler Anglais. Et ça, je trouve dingue que des tests puissent vous donner une bonne note si vous n’êtes pas capable de parler. Bref, c’est un autre sujet, c’est des tests de langues.

Je ne suis pas forcément fan de ça et c’est pour ça que je n’avais pas envie de m’investir dans un produit qui traite du DELF parce que je n’avais pas envie de me remettre dans les détails de la grammaire, etc. Mais, mais, mais, il y a une demande qui est forte là-dessus. Vous êtes très nombreux à me dire : « Johan, aide-nous avec ça, etc. » Donc, je commence à au moins envisager l’idée. Il n’y a rien de concret, il faudrait déjà que je me plonge dans le sujet – je ne connais pas le DELF – donc il faudrait que je me plonge dedans. Quels sont les acquis qu’il faut avoir, quelles sont les choses à maîtriser et, comme j’aime simplifier un petit peu les choses, acquérir des compétences et vous les décrire, vous donner des trucs et des astuces ; j’imagine que ça pourra être un exercice amusant pour moi.

Si vous êtes intéressé, si vous souhaiteriez que je parle du DELF ou des tests en Français, mettez un « J’aime » à cette vidéo et je verrai : s’il y a beaucoup de « J’aime », ça veut dire que vous êtes intéressés par ce sujet et j’essayerai de faire en sorte, peut-être, soit de faire des vidéos gratuites comme je le fais sur la chaîne YouTube, soit de préparer un pack de leçons sur le sujet. Affaire à suivre …

Et enfin, dernière question pour aujourd’hui de Keldierick qui me demande comment il est possible de maintenir une langue. C’est vrai que c’est un sujet qui, personnellement, me tient à cœur. J’ai raconté dans un épisode de « Marcher avec Johan » que j’ai travaillé pendant dix ans dans un pays germanophone, donc, je parlais Allemand chaque jour et ça fait maintenant huit mois que je ne parle presque plus Allemand. Donc, j’ai – c’est tout à fait légitime – peur d’oublier l’Allemand, peur d’oublier une langue pour laquelle j’ai travaillé très dur, d’autant plus que je me souviens lorsque je suis arrivé en Autriche et que j’ai commencé à apprendre l’Allemand, que j’ai eu l’impression d’oublier mon Anglais, de ne plus pouvoir parler Anglais, comme si mon cerveau disait : « Non, non, non, tu apprends l’Allemand, donc, l’Anglais, c’est fini pour toi. » Et notre ami Hachemie a exactement le même problème entre le Français et l’Anglais.

C’est tout à fait légitime, mais c’est un problème tout à fait normal. Mais si vous maitrisez une langue, si tu maîtrises, Hachemie, le Français comme moi je maîtrisais l’Anglais, tu n’oublieras pas l’Anglais. Moi, je n’ai pas oublié mon Anglais quand j’apprenais l’Allemand. J’ai eu des difficultés pendant que je me concentrais sur une langue, mais les mots restent dans ta tête, mais c’est juste un problème de fluidité que tu vas avoir pendant une courte période, mais ce sera temporaire. Par contre, il est prouvé scientifiquement qu’une langue qu’on n’utilise pas, que n’importe quelle chose qu’on a apprise et qu’on n’utilise pas, eh bien, on l’oublie. Notre cerveau est fait comme ça – heureusement, sinon on garderait trop de choses en mémoire. Notre cerveau trie et nous fait oublier les choses qu’on n’utilise pas. Donc, il est indispensable de pratiquer ou tout du moins de rafraîchir ses connaissances dans la langue qu’on n’utilise plus. Moi, ce que je fais, je me mets des rappels réguliers. J’essaye – puisque je ne parle plus Allemand tous les jours comme avant – j’essaye de temps en temps de me faire des petits rappels de la langue allemande. Donc, je lis des livres en Allemand, différents romans. J’ai fini, il y a peu de temps, «Der Vorleser » de Bernard Schlink qui est un livre allemand super intéressant. Donc voilà le fait de lire ce genre de livre, ça donne  un petit peu une exposition à la langue. Je regarde des vidéos YouTube, je regarde des films en Allemand pour essayer de pratiquer et de revoir des mots que je connais. Et, bien sûr, la musique, ça reste un super truc pour pratiquer.

Je pense que tu peux, si tu veux maintenir une langue, tu peux te focaliser sur la passivité. C’est juste du rafraîchissement, tu n’es pas là pour réapprendre la langue de façon intensive, mais pour la rafraîchir. Donc, moi, c’est ce que je fais : je lis en Anglais, je lis en Allemand, j’écoute en Anglais, j’écoute en Allemand de la musique, des vidéos, j’essaye de m’exposer un maximum aux langues que je maîtrise déjà de façon passive, juste pour que ça reste dans ma mémoire.

Et pour ce qui est de la perte d’une langue lorsqu’on est en train d’en apprendre une autre, ce que je te conseille, ce que je vous conseille, c’est de vous focaliser à fond sur la langue que vous êtes en train d’apprendre et de lire en  parallèle dans la langue que vous souhaitez maintenir, mais en y mettant un petit peu moins d’effort.

Voilà, les amis, merci d’avoir regardé cette vidéo. J’attends vos questions en commentaire pour les prochains épisodes de Demandez à Johan et je vous dis à très bientôt pour une nouvelle vidéo.