Une astuce pour améliorer ta compréhension des natifs

Une astuce pour améliorer ta compréhension des natifs

Une astuce pour mieux prononcer en français : www.francaisauthentique.com/prononciation-pourquoi

Découvrez la page d’attente de mon prochain cours : www.francaisauthentique.com/prononciation-authentique-attente

Abonnez-vous à la chaine You Tube pour ne manquer aucune vidéo : cliquez ici.

Téléchargez le fichier MP3 ici.
Téléchargez le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Salut, merci de me rejoindre pour cette nouvelle vidéo de Français Authentique et aujourd’hui, je voudrais vous donner une astuce que je ne vous ai jamais donnée pour améliorer votre compréhension des natifs. Il y a une chose que je vous ai donnée à plusieurs reprises, un conseil dont j’ai beaucoup parlé qui est : pour mieux comprendre les natifs, il faut écouter, écouter, écouter. Ça, je l’ai dit des dizaines de fois ; je vous ai dit : écoutez chaque jour des choses que vous comprenez et que vous aimez et écoutez beaucoup.

Je suis allé un petit peu plus loin en vous disant qu’une chose qui était assez utile pour améliorer sa compréhension, c’était, tout du moins au départ, de se focaliser sur un seul natif. Pourquoi ? Parce qu’en écoutant un seul natif, eh bien, on va être exposé à du vocabulaire qui se répète. Chaque personne a tendance à utiliser les mêmes structures de phrases, a tendance à avoir ce qu’on appelle des tics de langage (des mots qu’il va utiliser plus souvent que les autres) et donc, en écoutant ou en se focalisant sur un seul natif, eh bien, on est exposé à une grande répétition des mêmes choses, ce qui est très très bon pour l’apprentissage et pour l’amélioration de sa compréhension.

Et je maintiens vraiment que ça marche. C’est clair, on est habitué, lorsqu’on écoute une seule personne, à sa voix, à la mélodie de sa voix et je l’ai testé moi-même pour l’apprentissage de l’italien. Pendant très longtemps, je n’ai écouté qu’une seule personne et il a des tics de langage. C’est mon ami Alberto ; il dit, par exemple, souvent « detto questo » (ceci étant) et je sais que le fait de l’entendre très souvent, eh bien, moi, ça m’influence et c’est très bien d’être influencé par un natif qui maîtrise bien sa langue.

C’est la même chose pour l’allemand. Là, je suis en train de retravailler mon allemand, de le maintenir après avoir travaillé presque dix ans dans un pays germanophone. Je me suis focalisé sur un podcast pour vraiment ne pas trop diversifier ce que j’entendais. Mais, vous me connaissez, j’aime tester des choses et au bout d’un moment, je me suis dit : « Hey, est-ce que ce ne serait pas mal de tester quelque chose d’autre, d’essayer de tester une autre petite tactique pour améliorer ma compréhension ? » Et je me suis dit le contraire, j’ai essayé de retourner la chose et je me suis dit : « Pourquoi ne pas essayer de varier les sources ? Pourquoi ne pas essayer d’écouter plusieurs italiens avec différents accents ? » Moi, je me focalisais sur mon ami Alberto qui est du Nord de l’Italie. Pourquoi ne pas me focaliser sur des gens de Rome, du Sud de l’Italie ? Pareil pour l’allemand. Pourquoi ne pas se focaliser sur différents accents ? Pourquoi ne pas se focaliser sur différentes façons de parler ? Certains ont de l’énergie, certains sont un peu plus calmes. Donc, en variant un petit peu ces différentes choses, je me suis aperçu que c’était également une bonne technique pour améliorer sa compréhension, que le fait d’écouter plusieurs natifs qui ont plusieurs styles, qui ont plusieurs accents, ça permettait de bien améliorer sa compréhension. Quelque part, ça paraît logique. En diversifiant les sources, on diversifie les messages qu’on envoie à notre cerveau.

Et je pense que ces deux techniques sont bonnes, mais doivent être utilisées de façon séquentielle, par étape. Au début, quand on veut vraiment avoir un gros booste au niveau de son amélioration de la compréhension des natifs et qu’on veut développer son expression en même temps, eh bien, on se focalise sur une seule personne, sur un seul natif pour obtenir tous les bénéfices dont j’ai parlé avant. Et ensuite, après un certain temps, quand on veut faire passer son niveau de compréhension des natifs vraiment au niveau supérieur, eh bien, là, on peut commencer à se focaliser sur différents natifs en essayant de les choisir de la façon la plus large possible. Ne prenez pas trois personnes qui parlent de la même façon, ne prenez pas trois personnes qui ont le même accent. Essayez de varier les accents et les styles. Moi, j’ai un style calme, posé ; essayez de chercher une source de quelqu’un peut-être qui est très énergique, qui bouge beaucoup, etc. Essayez de varier tout ça, mais seulement dans une deuxième phase. Ce que je pensais avant, ce que je vous enseignais avant, je le maintiens. Cette petite astuce supplémentaire de varier les natifs, de varier les sources, ça vient après.

J’ai été super heureux de découvrir un petit peu cette deuxième partie, cette petite astuce pendant que je préparais mon nouveau cours Prononciation Authentique qui a pour but tout simplement de vous faire améliorer votre prononciation en dix semaines en se focalisant sur les sons les plus complexes pour les non francophones. Et en travaillant sur ce cours, je me suis dit : « Pourquoi ne pas utiliser cette astuce ? Pourquoi ne pas fournir aux personnes qui vont se procurer le cours des fichiers dans lesquels il y a plusieurs natifs, mais pas plusieurs natifs qui parlent pareil ; essayer d’avoir des natifs d’une façon la plus large possible ?» Et je me suis dit : « Pourquoi je n’enregistrerais pas les fichiers de pratique de la prononciation moi-même ? Et pourquoi je ne demanderais pas à ma femme de prononcer également tout un tas de mots choisis pour améliorer votre prononciation ? Pourquoi je ne demanderais pas à mes enfants ?» Et c’est ce que j’ai fait, c’est ce que j’ai testé et donc, dans ce cours, sur les dix semaines de cours, chaque semaine, il y a un module et dans chaque module, il y a un fichier dans lequel on prononce… Ce sont des choses recherchées ; par exemple, il y a un module sur la prononciation du « R ». Eh bien, il y a une vingtaine de phrases que j’ai sélectionnées pour vous faire pratiquer le « R » et avant de vous le faire prononcer, je le prononce moi, mon fils la prononce, ma fille la prononce et ma femme également. Comme ça, ça donne un large éventail des prononciations possibles. Vous avez un homme, une femme, deux adultes ; vous avez deux enfants, un garçon et une fille, ce qui donne une palette très très large en termes de ce que vous pouvez entendre au niveau des natifs et des francophones.

Et quand vous entendez une prononciation correcte de quatre natifs si différents, qu’est-ce qu’il fait, votre cerveau ? Il sélectionne les informations et il vous permet d’enregistrer la prononciation correcte. Et il y a peut-être un type de prononciation, une façon de prononcer qui sera correcte et qui sera la plus facile pour vous. Peut-être que ce ne sera pas la mienne, peut-être que ce sera la façon que Tom prononce les « R ». A mon avis, le fait de varier comme ça les sources, c’est le meilleur moyen pour booster sa compréhension et booster sa prononciation.

Ce cours Prononciation Authentique il est terminé ; j’en suis super, super fier. Il n’est pas encore en vente, il sera en vente à partir du 12 novembre et pendant une semaine – je vais beaucoup en parler, donc, vous ne manquerez pas l’info – il sera au prix de lancement avec une grosse réduction. Si vous le voulez, c’est maintenant ou jamais. Encore une fois, il n’est pas en vente. Suivez mes contenus, je vais en parler dans les prochains podcasts, dans les prochaines vidéos, je vais en parler également si vous êtes sur ma liste mail, donc, vous ne manquerez pas l’occasion. Le cours sort le 12 novembre, il sera pendant une semaine (jusqu’au 18 novembre) en promotion et ensuite, il sera encore en vente mais à un prix bien supérieur.

Pour résumer, ce cours, il va vous aider [parce que] je me suis focalisé sur vos problèmes. J’ai eu des centaines de membres de Français Authentique qui ont répondu à un appel et qui m’ont dit : « Moi, j’ai du mal à prononcer le « R » ; moi, j’ai du mal à prononcer les voyelles nasales ; moi, j’ai du mal à prononcer le « gn » » J’ai pris tous ces sons et pour chacun de ces sons qui posent problème, j’ai fait un module dans lequel on est quatre natifs à vous enseigner la bonne façon de prononcer. Et avant de proposer ces fichiers d’action, il y a une vidéo dans laquelle j’explique un petit peu la théorie de la prononciation du son. Mais tout ça, ça ne sert à rien d’entrer dans les détails, je vais en parler dans les semaines à venir. D’ici-là, je vous conseille de penser à cette technique, à cette astuce de peut-être écouter différents natifs avec différents accents pour améliorer votre compréhension d’une part et votre prononciation d’une autre.

Merci de m’avoir écouté et à très bientôt pour une nouvelle vidéo.