Un mariage en Autriche

Un mariage en Autriche

J’ai assisté à un mariage en Autriche et partage cette expérience avec vous dans un nouvel épisode du podcast.

(Faites un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Faites un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Venez discuter de cet article sur Facebook avec nous : Cliquez ici.

Voici l’épisode :

Bonjour ! Comme vous avez très nombreux  à me le demander sur la page Facebook de Français Authentique, je vais vous parler aujourd’hui d’un mariage autrichien. Premièrement, avant de commencer cet épisode, je voudrais vous remercier d’être si nombreux à suivre Français Authentique sur Facebook – puisque nous sommes en train de dépasser la barre des 200.000 membres. C’est exceptionnel et j’en suis très fier. J’ai organisé un petit concours photo en demandant aux membres d’envoyer une photo en écrivant « j’aime Français Authentique ». J’en reçois énormément et ça va être très difficile de choisir les quatre photos qui méritent un cadeau. Il y a plein de photos qui mériteraient un cadeau mais j’avais proposé au moment du concours la chose suivante : le 4ème gagnait un pack 1, le 3ème un pack 2, le 2ème un pack 3 et le premier pack 1, pack 2, pack 3. Donc, là, ça va être très difficile de choisir ; il reste encore un petit peu de temps. Je ne sais si au moment où cet épisode sortira nous aurons dépassé les 200.000 ou non. En tout cas, au moment où je l’enregistre, il y a je crois 199.200 personnes environ et j’ai déjà reçu plein de superbes photos et malheureusement, ça va être très dur de choisir. Il y a de très très belles photos qui auraient mérité de gagner mais qui ne gagneront pas parce qu’il y a plus de quatre photos qui méritent un cadeau. Mais bon c’est le jeu ! Je vais demander à ma femme Céline de m’aider à choisir les quatre photos gagnantes et je vous tiendrai au courant. Je ferai également un petit article sur le site en essayant de mettre un maximum de photos qui m’ont été proposées.

Je vous parle de la page Facebook parce que je parle souvent de ce que je fais sur Facebook ; je dis : « J’étais ce week-end en Autriche pour assister à un mariage. Eh bien, j’ai informé la communauté Français Authentique de ce que je faisais. » Que ce soit sur Facebook ou sur Twitter,  je vous parle beaucoup de ce que je fais parce que je pense que c’est intéressant pour vous de voir un petit peu quelle est la vie d’un francophone, que font les francophones ou certains francophones et ça vous permet en  plus de pratiquer votre Français oral et votre compréhension écrite. Sur Twitter, il y a un peu plus d’informations – là, j’essaye d’écrire deux à trois fois pour vous donner un certain nombre d’informations – et sur Facebook, c’est un peu moins. Mais vous êtes presque 200.000 sur Facebook – j’en suis super heureux – et quand j’ai écrit que je participais à un mariage en Autriche, eh bien, j’ai eu plein de commentaires : « Johan, on aimerait, s’il te plaît, que tu nous parles d’un mariage en Autriche. »

Là, je suis sur le chemin du retour ; j’ai passé un super week-end. Pour vous placer déjà dans le contexte – pour ceux qui ne le savent pas, ceux qui me suivent depuis moins longtemps que les autres – j’ai vécu pendant six ans et demi à Linz. J’ai travaillé à Linz en Autriche pendant six ans et demi et j’ai vécu là-bas avec ma femme Céline. Emma est née à Linz également en 2011, un petit peu avant que nous quittions l’Autriche. Et donc Linz est une ville dans laquelle nous nous sommes beaucoup plus, on a adoré vivre là-bas, il y a une très bonne qualité de vie, nous nous sommes faits beaucoup d’amis. Céline a travaillé également à l’hôpital et donc, nous avons tous les deux eu une vie sociale superbe et intéressante. Un de mes anciens collègues de travail qui s’appelle Michael a eu la bonne idée de se marier ce weekend et a eu la bonne idée de m’inviter. Donc, j’ai tout de suite accepté parce qu’il fait partie de très bons amis que j’ai gardés en Autriche et j’en ai donc profité pour faire la route et pour aller à son mariage et pour voir mes amis autrichiens.

Malheureusement, Céline ne pouvait pas m’accompagner parce qu’elle devait travailler lundi et vendredi, et de mon côté, j’étais flexible et j’ai donc posé mon vendredi et le reste de la semaine pour pouvoir passer quelques jours à Linz. J’ai pris ma voiture vendredi ; j’ai fait un peu plus de 715 kilomètres pour aller de Saint-Avold ou de Porcelette où j’habite dans le Nord-Est de la France à Linz en Autriche. J’ai mis un peu plus de huit heures parce qu’il y a beaucoup de travaux, beaucoup de bouchons et donc, c’est un petit peu long. Je suis allé dormir chez un de mes amis français qui travaille à Linz qui s’appelle Samuel. J’ai donc dormi chez lui le vendredi soir et le samedi, je suis allé au mariage autrichien.

J’ai déjà eu la chance de voir plein d’anciens collègues que je n’avais pas vus depuis deux ans (ça fait toujours plaisir de voir des personnes que l’on apprécie) et évidemment, j’ai revu mon ami Michael qui se mariait. Que ce soit en France ou en Autriche ou, à mon avis, partout dans le monde, il y a certes une spécificité au mariage : chaque pays, chaque culture a à peu près le même plan mais par contre, il n’y a pas deux mariages qui se déroulent de la même façon. Ce que je vais vous décrire, c’est le mariage autrichien auquel j’ai assisté mais il y a des mariages autrichiens qui se passent différemment bien sûr.

Avant que nous arrivions, nous avions rendez-vous à 16:00 pour le mariage. Avant ça, mon ami Michael et sa nouvelle femme, Claudia, sont passés à la mairie pour signer les papiers officiels etc. pour faire en sorte qu’ils soient mariés. Et ensuite, à partir de 16:00, il y avait une cérémonie. Pour les amis et la famille, on était environ 80 personnes et ça se passait dans une petite ferme dans la campagne en Autriche. C’était environ 15-20 kilomètres de la ville de Linz qui est déjà une grande ville de 200.000 habitants. Là, ça se passait à Ansfelden, dans la partie isolée d’Ansfelden, vraiment à la campagne. On s’est tous retrouvés à cette ferme et il y avait une cérémonie pendant laquelle une personne parlait un petit peu de l’amour, réexpliquait une nouvelle fois à Michel et Claudia ce que le mariage signifiait – puisque la femme de Michel a deux enfants qui ne sont pas de Michel qu’elle avait eu lors d’une première union. Eh bien, donc, ils ont parlé un petit peu des enfants en disant que Michel s’occuperait bien des enfants, etc. C’est une cérémonie qui a duré environ une heure, qui était émouvante avec un petit peu de musique ; il y avait une personne qui jouait de la guitare et qui chantait ; il y avait quelques poèmes ; il y avait les amis et la famille qui ont fait quelques discours, notamment les témoins – ça existe en France également. Quand vous vous mariez, vous avez le droit ou vous devez choisir un témoin – chaque marié doit choisir un témoin minimum (en France, vous pouvez en choisir plusieurs, mais je ne sais pas comment ça marche en Autriche). Toujours est-il que mon ami avait choisi un témoin, un autre ami à moi qui s’appelle Thomas et qui a fait un petit discours, avait organisé différentes choses, etc. Moi, à mon mariage, j’avais deux témoins (je me suis marié en 2009 avec Céline). J’avais choisi deux témoins : Jimmy mon frère que vous connaissez grâce au pack 3 de Français Authentique. Si vous ne le connaissez pas, allez sur la page YouTube de Français Authentique et vous avez une catégorie, une Play List qui s’appelle « L’Equipe Français Authentique » et là vous avez l’occasion de voir Jimmy en vidéo avec moi. Et le deuxième témoin que j’avais était Aymeric, mon meilleur ami. Michael en Autriche, lui, n’avait qu’un témoin qui s’appelle Thomas.

Après cette petite cérémonie d’une heure dehors dans les jardins, c’était très agréable ; en plus, il n’a pas plu, la météo était OK. Après cette cérémonie, nous sommes entrés à l’intérieur, nous avons pris un petit apéritif. Les autrichiens aiment bien boire de la bière en général et là, il y avait un mélange : c’était soit du sekt (c’est un vin mousseux et pétillant qui ressemble un petit peu au champagne), de la bière et des boissons non alcoolisées pour ceux qui  le souhaitent et pour les enfants. Il y avait la possibilité de discuter entre nous ; Michael a pris le temps de discuter avec ses amis ; nous avons eu l’occasion de lui donner les cadeaux. Etant donné que Michel et sa femme ont déjà une maison et ont déjà beaucoup d’affaires, les gens avaient plutôt apporté une enveloppe avec de l’argent. C’est pareil : en France comme en Autriche, il y a plusieurs scénarios : soit vous apportez un cadeau aux mariés – si par exemple, ce sont des jeunes mariés qui vont emménager ensemble et qui n’ont encore rien ; ça peut être un aspirateur, des choses de l’électro-ménager, de la vaisselle – ou alors, s’ils sont ensemble depuis un certain temps et qu’ils disposent déjà de toutes ces choses-là, l’usage peut être que les gens apportent de l’argent. C’est ce que Michael avait choisi. Et avec cet argent, ils feront un voyage – c’est ce que Céline et moi avions fait – pour notre mariage : nous avions préféré de l’argent parce que nous étions déjà ensemble depuis sept ans et nous vivions déjà ensemble en Autriche. Nous avons demandé de l’argent et nous sommes partis en voyage – ce qu’on appelle un voyage de noces (voyage de noces, c’est le voyage que vous faites après votre mariage entre mariés donc à deux) et nous sommes allés une semaine sur l’île de la Réunion et une semaine à l’île Maurice. C’était un voyage fabuleux !

Michael discutait avec ses amis ; il prenait un petit verre ; il récupérait ses cadeaux, les enveloppes, les fleurs pour la mariée, etc. Une des différences entre un mariage autrichien et français, c’est que les Français vont manger beaucoup plus tard. Les autrichiens mangent tôt dans l’ensemble. Ça, c’est vrai dans la vie quotidienne : les Autrichiens ont tendance à manger  plut tôt que les Français et c’est aussi vrai au mariage. Je crois qu’aux alentours de 18:30 – 19:00 au plus tard, nous sommes passés à table alors qu’en France, c’est plutôt l’heure de l’apéritif et on ne passe pas à table avant 20:00. On est passé à table tous ensemble ; il y avait différentes tables rondes – pareil, il y a plusieurs scénarios dans les mariages français ou autrichiens : vous pouvez avoir une grande table rectangulaire très longue où tout le monde est assis ou vous pouvez avoir plein de petites tables rondes. Au mariage de Michael, il y avait plein de petites tables rondes – je crois qu’on était six à sept par table. J’étais avec des anciens amis et le marié, lui, est assis avec sa femme et avec les témoins et la famille très proche.

Il y a eu un repas à trois plats, donc, une entrée, un plat, un dessert. En entrée, c’était un petit peu de salades, de légumes, un petit peu de charcuterie, c’était plein de petites choses, c’était délicieux ! Le plat, c’était au choix ; c’était ce qu’on appelle un buffet chaud. (Un buffet, ça veut dire que la nourriture était installée au fond de la salle avec des gens qui servaient et vous, vous vous déplacez et vous allez chercher ce qui vous ferait plaisir, donc vous avez le choix. Il y a des buffets froids où tout est froid).  Là, c’était un buffet chaud, c’est-à-dire qu’il y avait de la viande, du poisson, des pommes de terre, du riz, etc. Il y avait différents choix de viande et poissons pour que les gens prennent ce qui leur fait plaisir. C’était de la nourriture de très bonne qualité. Et le dessert, c’était des boules de glaces avec des petits gâteaux, également de très bonne qualité.

Je ne me souviens plus exactement à quelle heure nous avons fini de manger à mon mariage, mais en France, on finit beaucoup plus tard (je pense qu’on n’a pas fini de manger avant 22:00). Là, à 20:00, on avait terminé de manger – comme je vous dis, c’est le petit décalage, les Autrichiens ont tendance à manger plus tôt. Et après ça, il y avait différentes activités : il y avait un lâcher de ballons ; il y avait plein de ballons sur lesquels on pouvait écrire, un vœu, un souhait et on lâchait les ballons dans le ciel. C’était des ballons remplis avec de l’hélium et donc, l’hélium étant plus léger que l’air, les ballons gonflés à l’hélium, ils partent dans le ciel. Quand la nuit est tombée, je dirais vers 22:30, il y a eu un super feu d’artifice (c’est des pétards qui explosent dans le ciel et qui font de la lumière), presque comme le 14 juillet en France – puisque c’est la tradition en France au 14 juillet pour la fête nationale de faire des feux d’artifice dans tous les villages. Il y a eu un feu d’artifice en l’honneur des mariés et ensuite, un orchestre s’est installé dans une salle pour jouer de la musique et permettre aux mariés et aux invités de danser. Les mariés – puisqu’on était en Autriche – ont dansé la valse de Vienne ; ça, c’est quelque chose de très typique en Autriche. La valse de Vienne, c’est un type de danse qui était très populaire à Vienne et qui est très très connue dans le monde entier. Michael avait pris des cours de danse pour réussir à danser la valse de Vienne avec sa femme et ensuite, les amis, la famille l’ont rejoint pour danse avec lui. Ce n’est pas trop mon cas parce que j’aime ne pas trop danser.

Et ensuite, nous sommes restés ; il y avait la possibilité de boire un petit coup, de discuter ; il y avait les différents jeux. Pour le reste, c’était proche d’un mariage français : la danse, la discussion, les jeux, boire un verre entre amis, etc. Et je suis rentré relativement tôt à 01:30 du matin. J’avais une chambre d’hôtel pas très loin – des amis m’ont ramené à la chambre d’hôtel à 01:30 du matin et je crois que la fête s’est terminée à 04:00 du matin et les mariés étaient bien sûr les deux dernières personnes à faire la fête. A mon mariage, on avait terminé à 06:00 ou 06:30, donc, c’était un long mariage également, très sympathique et j’en garde un très bon souvenir comme je garde un bon souvenir de ce mariage autrichien.

Voilà en quelques mots comment se déroule un mariage en Autriche. J’ai assisté à d’autres mariages qui ne se sont pas déroulés tout à fait de cette façon-là mais dans les grandes lignes, c’est comme ça que se passe un mariage en Autriche. Et, comme je vous le disais, ce n’est pas très loin d’un mariage français ; il y a quelques petites différences mais il ne s’agit pas de deux choses différentes. Par la suite du séjour, j’ai rendu visite à mes amis ; je suis allé manger le dimanche chez un ami qui s’appelle Benedikt avec lequel j’ai beaucoup sympathisé quand j’habitais en Autriche. Hier (lundi), j’en ai profité pour aller me promener dans Linz et ça m’a fait un sentiment un petit peu bizarre parce que ça fait maintenant deux ans et demi que j’ai quitté Linz et j’ai beaucoup de souvenirs dans cette ville. Comme je vous disais en début d’épisode, Céline et moi, nous nous plaisions vraiment là-bas ; c’est  une ville qui nous plaisait beaucoup et c’était un sentiment assez « bizarre » d’être dans une ville que j’ai quittée et que j’aimais beaucoup comme je vous dis. Beaucoup beaucoup de souvenirs.

En français, parfois on dit : « J’ai un souvenir à tous les coins de rue ici ». Ça veut tout simplement dire que chaque fois que vous arrivez dans une nouvelle rue ou un coin de rue, vous avez un souvenir. Eh bien, moi à Linz, c’était un souvenir tous les dix mètres parce que, vraiment, j’ai passé tellement de temps là-bas et tellement de bons temps que chaque fois que je faisais cinq ou dix mètres, j’avais un souvenir, j’avais quelque chose qui me venait en tête, d’une chose que j’avais faite, d’une personne que j’avais vue, un événement marquant qui nous avait fait rire. J’ai même eu un petit coup de blues, un petit coup de cafard ; j’étais un petit peu triste de me dire : « Je n’habite plus ici ; j’ai passé beaucoup de temps, etc. « mais c’est la vie ; on évolue, on bouge, on va à des endroits, on va à d’autres. Et c’était notre souhait de quitter l’Autriche pour nous rapprocher de notre famille et faire en sorte que nos enfants voient leurs grands-parents un peu plus souvent. Nous ne regrettons pas le choix mais j’avais un petit coup de blues, j’ai beaucoup marché. Hier en plus il faisait 28 degrés et il y avait un super temps. J’étais seul, j’avais pris mon ordinateur et je me suis retrouvé sur une colline – j’en ai profité pour faire un peu de sport – et en haut, j’ai écrit un article pour « Pas-de-Stress » qui traite du fait de prendre des décisions. Je vous informerai quand cet article sera publié. Ensuite, j’ai rejoint mes amis, Samuel Adeline chez lesquels je dormais. Mon ami Frédéric nous a rejoint, on a bu un verre ensemble et aujourd’hui je refais la route, les 715 kilomètres retour. Là, il me reste 240 ;  j’ai été pris dans un bouchon juste avant parce qu’il y avait un accident – ça arrive – mais voilà, je devrais arriver chez moi vers 17:30 – 18:00 et je vais revoir ma famille qui m’attends. Je suis très content puisqu’hier, c’était l’anniversaire de Tom et que je n’étais pas avec eux pour le fêter. Donc ce soir on va donner le gâteau à Tom.

Voilà donc en quelques mots mon weekend passé en Autriche. Voici, c’est la fin de ce podcast dans lequel j’ai tenu à vous décrire comment se passe un mariage autrichien et j’espère que ce podcast vous a plu. Comme je vous le dis, en général, les podcasts dans lesquels j’explique une expression sont populaires mais les épisodes dans lesquels je vous parle comme ça de façon spontanée en utilisant comme prétexte un de mes weekends ou un de mes voyages pour m’obliger à parler et à vous aider à mieux comprendre et à avoir beaucoup de contenu français. Ces épisodes sont très populaires également. Ce que je vous propose avant de faire une dernière annonce, c’est que vous vous rendiez sur la  page Facebook de Français Authentique : vous allez sur votre page Facebook et dans la case « Recherche » vous tapez « Français Authentique » et vous cliquez sur « J’aime ». Comme ça, vous pouvez suivre la page et vous êtes informé quand il y a des nouvelles choses. Ce qui me ferait plaisir, c’est que premièrement, vous m’expliquiez en quelques lignes – vous n’êtes pas obligé d’écrire un très gros paragraphe – comment se passe un mariage chez vous. Quel que soit le pays dans lequel vous habitez, j’aimerais savoir comment se passe un mariage chez vous. Je sais qu’il y a différentes traditions et ça m’intéresserait de voir un petit peu quelles sont les traditions, comment se passe un mariage chez vous. Et bien sûr, vous pouvez en profiter pour écrire une publication sur ce que vous voulez et vous pouvez par exemple commenter cet épisode pour me dire si vous avez aimé ou non le fait d’avoir un épisode dans lequel je parle de façon spontanée. Ça m’intéresse toujours de savoir ça et je vous encourage vivement à publier sur la page Facebook. La page Facebook est très active ; j’y vais tous les jours ; j’essaye d’interagir un maximum avec vous. Il y a énormément de publications et de commentaires et je vous encourage à prendre l’habitude d’écrire par exemple sur Facebook une fois par jour ou alors deux fois par semaine. Peu importe la fréquence mais essayez d’en faire une habitude parce que c’est la deuxième étape pour vous. La première étape, c’est que vous écoutiez beaucoup de Français. Si vous avez suivi les sept règles de Français Authentique, vous savez très bien qu’écouter du contenu en Français authentique de nombreuses fois pendant vos temps morts, c’est la clé pour apprendre à parler le Français, mais si vous avez en plus de ça, l’occasion de parler ou d’écrire, de devenir actif, vous progresserez encore plus vite. Et c’est pour ça que je trouve que la page Facebook de Français Authentique est excellente pour ça puisqu’elle vous permet de communiquer. Vous pouvez poser des questions ; vous obtiendrez des réponses des membres ou de moi-même ; vous pouvez parler de ce que vous voulez, d’une chose qui est typique chez vous, d’une chose qui va se produire, d’un événement particulier ; vous pouvez me proposer des expressions, vous pouvez me donner des idées de  podcast, enfin, il y a énormément de possibilités mais je vous encourage d’être actifs sur la page pour la faire vivre et surtout, puisque c’est l’objectif, pour faire en sorte que vous puissiez améliorer votre Français.

Avant de nous quitter, un annoncement : il me reste un mois avant de quitter mon emploi salarié. C’est par contre en discussion – mon employeur m’a demandé de rester deux jours par semaine et j’étudie cette proposition mais dans tous les cas, c’est ce que je vous dis depuis très longtemps : je veux me focaliser sur Français Authentique et donc, si j’accepte sa proposition et que nous trouvons un arrangement, il me restera trois jours par semaine à dédier à Français Authentique. Une des premières choses que j’aimerais mettre en place – je vous en parle depuis longtemps – c’est l’Académie Français Authentique. Cette académie sera une zone du site privée dans laquelle il y aura différents contenus privés. Je n’ai pas encore défini exactement comment ça fonctionnerait – je continue à réfléchir, j’ai quelques idées – mais dans tous les cas, ce sera un endroit où vous aurez des leçons privées, vous aurez plus accès à moi. Parce que le problème, c’est que c’est très bien d’avoir 200.000 personnes, j’en suis fier, je suis heureux d’aider autant de monde et j’espère que nous allons nous développer ; mais le problème, c’est que je ne peux pas interagir avec tout le monde. Je reçois souvent des messages privés sur Facebook auxquels malheureusement, je ne peux pas répondre parce qu’entre les emails, les messages, les tweets, etc. C’est plus de 100 messages que je reçois par jour et je ne peux malheureusement pas répondre à tout le monde, sinon, je ne ferais pas de podcast, je ne créerais pas de vidéo, je ne créerais pas d’académie, il n’y aurait pas de packs, etc. parce que je ne ferais qu’une chose : répondre aux messages. Malheureusement, je ne peux pas et dans l’académie, je vais essayer de bloquer du temps pour les membres ; faire des webinaires par exemple. (Un webinaire, c’est comme un séminaire mais sur le web, c’est-à-dire que je suis là – il y a une vidéo qui m’enregistre et dans laquelle je parle d’un sujet – et ensuite, les membres peuvent se connecter et me poser des questions. Vous avez accès directement à ma personne et on enregistre ça et on le met en ligne pour la communauté de l’académie).

L’académie, ce sera une petite partie privée de Français Authentique  pour essayer de vous améliorer encore plus, de passer encore à la dimension supérieure. Bien sûr, il y aura un petit montant mensuel à payer – je n’ai pas encore décidé du montant – et bien sûr, je vous rassure, ça ne changera pas le fait que le podcast gratuit sera encore disponible, les vidéos seront encore disponibles, les packs 1, 2 et 3 seront encore disponibles. Je veux vraiment faire ça en plus et je pourrai le faire parce que j’ai quitté mon emploi salarié, donc, j’aurai le temps de faire tout ça ensemble, tout en développant mon nouveau site de développement personnel Pas-de-Stress (www.pas-de-stress.com). Tout un tas de projets excitants, j’ai plein d’idées et j’aimerais encore une fois vous solliciter : allez sur la page Facebook de Français Authentique et dites-moi un peu de ce que vous attendez de l’Académie, qu’est-ce qui vous ferait plaisir ? Qu’est-ce qui vous intéresse ? On me parle en ce moment beaucoup sur la page Facebook de la création d’un groupe Skype pour que les gens puissent parler. Ça peut être une idée par exemple. Une partie de l’Académie qui propose un groupe Skype pour que vous puissiez discuter entre vous et avec moi. Il y a plein de choses, j’ai plein d’idées et je me réjouis de vos propositions et de vos suggestions parce que c’est vous qui faites vivre Français Authentique ; c’est vous qui avez pour objectif d’apprendre à parler le Français et c’est donc vous qui devez me donner des idées de contenu pour que je vous serve au mieux.

J’espère que cet épisode vous a plu ; moi en tout cas, il m’a plu de l’enregistrer. Il me reste encore deux heures et demie de route avant d’arriver chez et donc, je vous dis à très bientôt pour un nouvel épisode de Français Authentique.