Se creuser la cervelle

Se creuser la cervelle

Il y a un quelque temps je vous expliquais le sens de l’expression « Se creuser la tête » (vous pouvez écouter cet épisode encore une fois ici : lien). En réponse à notre ami Pedro je vous explique aujourd’hui le sens de « Se creuser la cervelle ». Ces deux expressions signifient la même chose. Je vous recommande d’écouter les deux épisodes pour être exposé à encore plus de contextes.

(Faites un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Faites un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Venez discuter de cet article sur Facebook avec nous : Cliquez ici.

Voici l’épisode :

Haa ! Qu’est-ce qu’il faut aujourd’hui ! Bonjour à tous ! J’ai un petit peu de mal à supporter la chaleur – je ne suis pas habitué, je suis originaire de Sedan dans les Ardennes dans le Nord de la France et j’ai vécu à Linz en Autriche pendant des années ; j’ai vécu à Lille dans le Nord de la France et je vis maintenant près de Metz en Moselle, donc je suis à côté de Saint-Avold – et ce sont des régions où on n’est pas habitué à avoir très très chaud ; ce sont des régions où on peut dire que le climat n’est pas le meilleur ou celui qu’on pourrait espérer. Et là, depuis deux jours maintenant, il fait très chaud. Pour certains d’entre vous, quand je vais dire la température, vous allez un petit peu rigoler parce que vous avez l’habitude d’avoir des températures beaucoup plus élevées, mais ici, il fait 30 degrés et c’est très très chaud pour nous. Donc, pour moi, c’est difficile, il n’y a pas de vent, l’air est difficilement respirable et on va dépasser les 35 degrés dans les jours qui viennent et c’est ce qu’on appelle un épisode de canicule. Je crois que la règle que les météorologistes utilisent – en France tout du moins – c’est à partir du moment où pendant trois jours d’affilée, il fait plus de 30 degrés : eh bien, c’est ce qu’on appelle un épisode de canicule, c’est une grosse chaleur où on manque d’eau et où il faut faire attention avec les enfants, les personnes âgées, etc. Et les météorologistes, ce sont les personnes qui sont expertes au niveau de la météo, donc, la prévision du temps.

Je sais que certains d’entre vous vont vraiment rire parce qu’une fois j’avais publié sur Facebook : « Ah, j’ai chaud, il fait 30 degrés » et quelqu’un m’avait répondu : « Ah bon ? Chez moi, il fait 50 degrés ! » Donc, tout est relatif ; pour moi, c’est chaud, il fait très chaud et c’est mieux que la pluie et je ne vais pas me plaindre – nous sommes fin juin et c’est bientôt les vacances et c’est très intéressant d’avoir du soleil, de pouvoir faire des activités mais on ne peut pas beaucoup sortir. Là, je vais aller chercher les enfants à l’école tout à l’heure et malheureusement, on ne pourra pas aller jouer dans le jardin – j’ai installé une petite piscine gonflable, juste une petite piscine dans laquelle vous gonflez avec de l’air pour qu’ils se rafraîchisse mais on ne peut pas aller courir dehors comme on fait d’habitude, donc, il y a des avantages et des inconvénients.

Parlez-nous un petit peu du temps qu’il fait chez vous ; allez sur la page Facebook de Français Authentique et dites-moi : « Chez moi, il fait très froid » ou « Chez moi, il fait très chaud », dites-moi d’où vous venez, ce que vous faites ; j’aime vraiment lire ce qui se passe au niveau des membres de la famille Français Authentique. Nous sommes – c’était mon ambition et je le répète souvent mais c’est très important pour moi – une communauté composée de personnes basées dans le monde entier, donc, le monde entier est représenté : il y a des Asiatiques, des Africains, des Européens, des Américains et des personnes de l’Océanie. Donc, il y a des gens du monde entier et la page Facebook de Français Authentique, c’est le lieu où on peut échanger et se retrouver. Donc, c’est pour ça que je vous embête toujours à chaque podcast à vous dire : « Allez sur la page la page Facebook de Français Authentique » parce que je veux continuer à maintenir cet esprit de communauté et donc, vous pouvez y faire plein de choses : me parler de l’endroit dans lequel vous vivez, de ce que vous faites, de vos vacances, de vos problèmes en Français, de vos réussites ; ou vous pouvez faire comme a fait notre ami Pedro : vous pouvez me proposer une expression que j’utiliserai ou que j’expliquerai dans un épisode.

L’expression que j’ai choisie aujourd’hui est très proche d’une autre que j’ai déjà expliquée ; en fait, elles veulent même dire la même chose mais j’ai trouvé intéressant d’expliquer une nouvelle fois cette idée, et donc, vous aurez comme ça deux expressions proches dans votre vocabulaire, dans votre boîte à outils au moment où vous devrez parler le Français. Notre ami Pedro m’a demandé d’expliquer ce que voulait dire « Se creuser la cervelle ». Et si vous êtes un ou une membre de Français Authentique depuis un certain temps – je crois que j’avais posté en octobre 2013 une expression qui est très très proche – vous saurez que « Se creuser la cervelle », ça veut dire à peu près la même chose que « Se creuser la tête ». « Se creuser la tête », j’en ai parlé en octobre 2013, donc, faites appel à vos souvenirs, creusez-vous la tête, creusez-vous la cervelle pour savoir de quoi il s’agit. Oui : ça veut dire « réfléchir de façon très intense ; réfléchir énormément, faire un gros effort pour essayer de comprendre ou de vous souvenir de quelque chose ».

Mais, je vais réexpliquer tout ça, comme je le fais toujours dans chaque épisode en commençant par les mots et en terminant par l’expression et en utilisant quelques contextes. Vous pouvez, si vous allez sur mon site, en haut, vous avez le menu et en haut à droite, vous avez une petite loupe : si vous cliquez dessus, vous pouvez taper des mots-clés et ça recherchera sur le site – je ne sais pas si vous connaissiez cette astuce. Si vous cliquez sur la loupe en haut à droite du menu, vous tapez « creuser », vous tomberez sur l’épisode d’octobre 2013 dans lequel je vous ai expliqué « se creuser la tête ». Ca vous pourrez le faire après. Et en l’occurrence sur « se creuser la cervelle ».

Le verbe « creuser », ça veut dire « faire un trou ». Si vous creusez dans le sol, vous faites un trou dans le sol ; vous utilisez ce qu’on appelle une pelle (c’est un outil qu’on utilise pour faire des trous dans le sol). On peut par exemple creuser avant de bâtir une maison pour avoir des fondations dans le sol ; on peut creuser lorsqu’on veut faire un jardin, un potager, quand on veut mettre des légumes dans son jardin – Céline, ma femme, a voulu avoir un potager au fond du jardin, donc, il a fallu qu’on creuse : vous prenez une pelle, vous faites un trou dans le sol, vous enlevez de la terre. Pour faire un potager, vous êtes obligé de faire ça pour mettre des graines ou des pieds de différents légumes. Donc, creuser, ça veut dire « faire un trou ».

Et le mot « cervelle », ça vient de « cerveau » et le cerveau, c’est ce qu’il y a dans votre tête : c’est l’organe qui vous permet de penser, de réfléchir qui est dans votre tête, en-dessous de votre boîte crânienne. Et donc, si on dit : « se creuser la cervelle », c’est comme si on disait : « se creuser la tête » ou « se creuser le cerveau » et ça veut dire, au sens propre, que vous êtes en train de faire un trou dans votre cerveau. Et pourquoi vous faites un trou dans votre cerveau, dans votre cervelle ou dans votre tête ? Eh bien, vous faites ça tout simplement, pour soit trouver une idée, soit trouver une solution, soit vous souvenir de quelque chose que vous avez  oublié. Donc, c’est pour ça qu’on dit : « se creuser la cervelle » ; vous creusez, vous réfléchissez, vous essayez de trouver soit une idée, soit une solution, soit vous remémorez quelque chose, vous essayez de vous souvenir de quelque chose que vous avez oublié. Il y a vraiment une idée d’effort ; ça veut dire que c’est compliqué. Si vous vous creusez la cervelle, ce n’est pas « vous vous allongez dans un canapé et vous réfléchissez », non ! Ça veut dire que vous cherchez avec beaucoup d’effort, c’est très intense et très difficile ; c’est même fatiguant, c’est quelque chose qui est difficile à faire, se creuser la cervelle ou se creuser la tête.

Si on commence maintenant à essayer de rechercher différents contextes, vous pouvez avoir un professeur qui vous dits ça : si vous êtes en cours de mathématiques, que le professeur vous demande de trouver la solution à un problème et que vous n’y arrivez pas – vous dites : « Non, je ne trouve pas la solution » – eh bien, il va dire : « Creusez-vous un peu la cervelle. » S’il vous dit ça, ça veut dire : « Réfléchissez, faites un effort, essayer de faire tout ce qui est possible pour vous, tout ce qui est en votre pouvoir pour trouver la solution, réfléchissez de façon intense, essayez même d’être fatigué mais réfléchissez, creusez-vous la cervelle pour trouver la solution à ce problème de mathématiques. »

Vous pouvez également imaginer qu’un enfant a perdu son sac à l’école. Quand il rentre chez lui, sa mère dit : « Où est ton sac ? » et l’enfant dit : « Je ne sais pas, je l’ai perdu, j’ai oublié où. » Là, sa mère va lui dire : « Creuse-toi un peu la cervelle, creuse-toi la tête, tu vas me retrouver ce sac. » Ce qu’elle veut dire par-là, c’est : « Plutôt que de dire : « j’ai oublié mon sac, je l’ai perdu, je ne sais pas où il est mais ce n’est pas grave », ce qu’elle veut lui faire faire, c’est qu’il réfléchisse de façon intense, qu’il réfléchisse énormément, qu’il réfléchisse en se fatiguant, qu’il réfléchisse de façon très intense, qu’il fasse beaucoup d’efforts. ». Creuse toi la cervelle et retrouve moi ce sac.

Parfois, lorsque je dois expliquer des expressions au cours d’un épisode de Français Authentique, je dois aussi me creuser un petit peu la cervelle. J’ai toujours une expression, je vous explique le sens des mots – ce qui n’est pas toujours facile parce que vous savez que pour expliquer un mot, parfois, ça demande de la réflexion et ce qui est parfois délicat également, c’est trouver des exemples dans différents contextes. Et parfois, moi, je réfléchis – vous ne le voyez pas puisque c’est un podcast – de façon très intense, je  me creuse la cervelle pour trouver un exemple, un contexte qui est simple pour vous, que soyez capables de le comprendre et qui vous explique exactement ce que veut dire l’expression. Donc, là, imaginez : je suis assis sur un banc, je ferme les yeux et je réfléchis de façon très intense, je réfléchis vraiment en faisant plein d’efforts, je me creuse la cervelle pour trouver des exemples de contexte pour les expressions de Français Authentique.

Donc, vous voyez qu’on peut se creuser la cervelle ou se creuser la tête  dans différents contextes, dans plein de situations différentes. Comme je vous l’ai dit, pour résumer, se creuser la cervelle, c’est réfléchir de façon intense à quelque chose. Je trouve que cette expression est assez logique parce que vous pouvez vous imaginez – vous pouvez si ça vous aide à retenir le sens de l’expression – en train de creuser dans votre tête avec une pelle pour trouver une idée ou pour vous souvenir de quelque chose ; vous imaginez que l’enfant prend une pelle et il creuse dans sa tête pour voir l’endroit où se cache le souvenir « où est-ce que j’ai rangé mon sac ? » Ça peut être pour vous une image qui vous permet de retenir le sens de cette expression.

Comme je vous dis, il fait très chaud ; là, je suis chez moi mais je sens le soleil qui tape à travers les vitres. Je  pense que je vais aller me mettre à l’ombre ou me mettre quelque part où il fait moins chaud, je vais boire un petit coup d’eau. Mais avant ça, je vais vous demander de répéter cette expression, nous allons pratiquer votre prononciation. Vous êtes prêts ? Comme d’habitude, vous répétez juste après moi et vous copiez exactement ma prononciation, vous essayez de faire exactement comme moi, c’est parti :

Je me creuse la cervelle
Tu te creuses la cervelle
Il se creuse la cervelle
Elle se creuse la cervelle
Nous nous creusons la cervelle
Vous vous creusez la cervelle
Ils se creusent la cervelle
Elles se creusent la cervelle

J’espère que pour vous, c’est aussi bientôt les vacances – je ne sais pas si les gens qui travaillent vont avoir des congés pour se reposer, si les étudiants ont terminé leurs examens ; si ce n’est pas le cas, creusez-vous la cervelle dans vos révisions et creusez-vous la cervelle pendant l’examen pour réussir. Mais si vous avez la chance de bientôt avoir des vacances, eh bien, je vous souhaite à tous de bonnes vacances. Le podcast de Français Authentique ne prendra pas de vacances puisque j’enregistre quelques épisodes que je posterai dans les prochaines semaines, donc, vous pouvez être sûrs que tous les dimanches soirs, vous aurez votre épisode – s’il y a un problème technique, ça sera peut-être le lundi – mais je posterai un  épisode par semaine pendant toutes les vacances.

Et j’ai l’ambition de continuer à poster un épisode de blog de mon site de développement personnel Pas-de-stress et là, c’est tous les vendredis : tous les vendredis soirs, vous avez un article écrit. Je vous recommande de le lire parce que – ce n’est pas parce que c’est moi qui l’ai écrit que je dis ça – je pense que je peux vous aider à limiter un peu votre stress parce qu’il y a un gros lien entre l’apprentissage des langues et le stress. Souvent, quand on est stressé, quand on est anxieux, eh bien, on a du mal à apprendre une langue. En maîtrisant ses émotions, en apprenant à déstresser, on est capable d’apprendre une langue, on n’a pas peur de faire des erreurs, on sait qu’un jour ou l’autre on maîtrisera la langue ; c’est pour ça que je pense que ce site www.pas-de-stress.com pourra vous aider. En plus, ça fait de la pratique pour vous puisque vous lisez un article écrit par un francophone et ce blog ne s’adresse pas à des personnes dont le Français n’est pas la langue maternelle – j’ai écrit pour des gens qui comprennent parfaitement le Français. Ça veut dire que c’est du contenu 100% authentique et c’est ce que je vous recommande de consommer. Allez sur la page du site Pas-de-stress et vous  pouvez entrer votre adresse mail pour recevoir toutes les informations de Pas-de-stress : vous êtes informés quand je publie quelque chose, etc. C’est un projet qui me tient à cœur. J’arrive maintenant, depuis que j’ai arrêté de travailler en tant que salarié, à gérer les deux activité, les deux blogs ou les deux sites Français Authentique et Pas-de-stress et je suis content de voir qu’il y a de nombreuses personnes membres de la famille Français Authentique qui m’ont rejoint et voila, ça me donne envie de continuer, ça me donne envie de vous donner des conseils pour limiter votre stress et je suis très content de vous compter parmi les membres de Pas-de-stress et parmi les membres de la famille Français Authentique. Merci du fond du cœur pour votre fidélité et je vous dis à très bientôt pour un nouvel épisode du podcast de Français Authentique.