Viens parler avec les tuteurs de l'académie Français Authentique (fermeture le 16 janvier)
Plus d'informations

Réussir ne nécessite pas de faire des choses extraordinaires

 

(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Transcription de l’épisode :

Salut, très chers amis ! Merci de me rejoindre pour ce nouvel épisode de Marchez avec Johan. Et aujourd’hui, nous allons parler de réussite, comment réussir.

Avant ça, si tu apprécies, si tu aimes ce podcast, ça m’aiderait beaucoup que tu le partages. Partage-le avec toutes les personnes que tu connais et qui s’intéressent au français et au développement personnel et tu peux, au passage, laisser 5 étoiles et noter ce podcast sur l’application que tu utilises. Merci du fond du cœur pour ça.

Comme je te disais, nous allons parler de réussite. Alors attention, réussir, c’est un terme très personnel, qu’il faut définir pour soi-même. Réussir n’aura pas le même sens pour toi qu’il a pour moi. Le président Emmanuel Macron a une autre définition de la réussite que moi ou que toi ou que quelqu’un d’autre, que n’importe quelle autre personnalité ou personne.

Pour moi, réussir, c’est être libre, pouvoir profiter de ma famille, de pouvoir profiter de ce que j’aime, lire, marcher, écrire, et d’aider les gens et contribuer à leur développement. Pour moi, si je fais ça, j’ai réussi, tout simplement.

Dans ce podcast, je vais bien sûr pas te parler de la réussite clichée du type il faut rouler en Ferrari, devenir un professionnel de foot ou propriétaire d’une île. Non, ça c’est décorrélé, à mon sens, du bonheur réel. Bien sûr, on peut être heureux en ayant ces choses-là, mais avoir ces choses-là ne conduira pas forcément au bonheur. Donc la première chose, c’est de savoir ce que signifie la réussite pour toi.

J’ai déjà, je pense, cité cette phrase qui me vient de mon prof de maths en seconde. En seconde, je devais avoir quoi ? 15, 16 ans peut-être. Ouais, 15 ans. Je devais avoir 15 ans. Et mon prof de seconde disait : « Quand on sait où on va, c’est plus facile pour y aller ». Et donc il disait : « fixe-toi d’abord l’objectif, essaie de savoir dans quelle direction tu vas, et ensuite, seulement, mets-toi en route », parce que si tu ne choisis pas ce que tu veux, si tu ne définis pas la réussite pour toi, quelqu’un d’autre le fera. Ça peut être ton chef au travail qui dira : « Tu n’as pas décidé, laisse-moi décider ». Ce sera ton mari ou ta femme, mais il y a toujours quelqu’un qui décide. Donc si tu veux décider pour toi, eh bien définis et clarifie les choses. C’est vraiment à toi d’être clair sur ce qu’est la réussite.

Maintenant, voilà la bonne nouvelle. Tiens-toi bien. Réussir, ça ne nécessite pas de faire des choses extraordinaires. Je suis pas sûr de ma source. J’ai entendu il y a peu de temps dans un podcast. Il me semble que ça venait de Warren Buffett et de Charlie Munger, mais je suis pas sûr. En fait, ces deux personnes, qui ont beaucoup d’expérience, qui ont réussi d’un point de vue financier et apparemment dans leur vie, parce que ce sont des personnes heureuses… je crois que Warren Buffett a presque 90 ans et Charlie Munger presque 100 ans et ils continuent de travailler et de lire, donc il me semble… en tout cas, c’est l’impression qu’ils donnent, c’est qu’ils ont réussi à obtenir ce qu’ils voulaient. Eh bien ils disaient que réussir ne nécessite pas de faire des choses extraordinaires, mais ça consiste tout d’abord à éviter de faire des choses stupides, dangereuses ou immorales.

Et quand on y pense, c’est vraiment logique. Qu’est-ce qui peut faire que ta vie soit manquée, que tu ne réussisses pas ? Eh bien c’est de faire des choses qui sont immorales, dangereuses ou stupides, d’avoir trop de dettes, de devoir de l’argent, de prendre de la drogue, de tromper ta femme ou ton mari, d’être violent, vraiment que des grosses choses qui sont stupides, immorales ou dangereuses et qui peuvent complètement ruiner ta vie et t’empêcher de réussir. Donc vraiment, c’est ces choses-là qui peuvent conduire à la faillite, à la prison, au divorce, aux addictions ou à la misère, si on est surendetté, et donc aux vraies difficultés de la vie.

Je ne dis pas qu’une personne qui a rencontré une des choses que je viens de citer a raté sa vie ou n’a pas réussi, je ne me permettrai jamais de dire ça, mais ce que je dis, c’est que, avant de chercher des choses magiques pour réussir, commençons par éviter de faire des choses stupides.

Et une fois qu’on a évité de faire des choses stupides ou dangereuses ou immorales, eh bien on se concentre sur ce qui est bon, sur ce qui est simple, sur ce qui n’est pas excessif, et on le fait tout le temps, on répète des bonnes actions avec le principe des intérêts composés, c’est-à-dire une bonne chose que je fais aujourd’hui, elle va non seulement m’aider aujourd’hui mais aussi demain et après-demain. Et chaque jour, chaque chose positive que j’ajoute, eh bien elle va se combiner à toutes les autres choses positives pour faire de moi une meilleure personne et pour faire en sorte que je réussisse.

Il y a peu de temps, dans une de mes vidéos You Tube de développement personnel, je reprenais la définition du succès de Jim Rohn, le très célèbre conférencier et écrivain américain, qui disait en gros que le succès c’était de mettre en place quelques habitudes positives et de les répéter tout le temps. L’échec, c’était de répéter quelques erreurs de jugement tout le temps.

Donc il prenait l’exemple, il disait : « Dans les petites choses positives à répéter tout le temps, eh bien tu peux lire, tu peux manger une pomme parce que c’est bon pour la santé, tu peux marcher tous les jours ». Et par contre, les erreurs de jugement qu’il prenait, c’était d’être devant la télé tout le temps, de manger des sucreries, de rester sur son canapé.

Et bien sûr que de rester sur son canapé une fois, le soir, ça va pas te causer un manque de réussite, bien sûr marcher une fois, ça ne va pas faire de toi une personne qui réussit, mais si tu marches tous les jours, tu as plus de chances de réussir qu’une personne qui reste assis sur son canapé tous les jours. Si tu lis tous les jours, tu as plus de chances de réussir que quelqu’un qui regarde la télé tous les jours. Si tu manges une pomme tous les jours, tu as plus de chances de réussir que quelqu’un qui mange des sucreries tous les jours.

Donc c’est cette idée de petites actions simples, claires, parce qu’on sait ce qui est bon, on sait que lire, manger des pommes et marcher, c’est mieux que de manger des sucreries sur le canapé devant la télé, on le sait.

Donc l’idée, ce n’est pas de chercher à faire des choses extraordinaires. La réussite, elle est très très simple. L’idée, c’est de définir ce que la réussite est pour nous, on l’a choisie. On choisit des actions qui sont nécessaires à son accomplissement, donc des choses qu’on peut faire et qui nous aideront à réussir et les faire tous les jours. Parce que quand on y pense bien, même les choses qui nous semblent extraordinaires, finalement, elles ne le sont pas.

Le pianiste qu’on va voir à un concert et qui a un niveau exceptionnel, ce n’est que quelqu’un qui a répété suffisamment de fois des exercices au piano. C’est suffisamment exercé. D’abord, il a fait des exercices basiques et puis des exercices de plus en plus difficiles, mais ce n’est que quelqu’un qui a fait des choses ordinaires et qui les a répétées dans le temps. Et c’est pareil pour les sportifs ou pour toute autre personne qui a obtenu ce qu’il voulait et qui a réussi selon ses termes. Donc ne te focalise pas sur des choses magiques ou sur des petites astuces qui vont te faire progresser très vite. Focalise-toi vraiment sur le fait de ne rien faire de stupide.

Il y a un exemple que j’avais entendu dans un podcast et que j’ai déjà cité ici, mais je le trouve très intéressant. Imagine trois personnes qui doivent courir un marathon. La première, on lui dit : « Bon ben toi, tu restes comme tu es et tu vas courir ton marathon ». La deuxième, on lui dit : « Tiens, ça c’est les meilleures chaussures du monde, c’est les chaussures les plus rapides. Mets-les à tes pieds pour courir le marathon ». Et la troisième, on lui dit : « Tiens, voilà un sac à dos avec un poids de 10 kilos. Mets-le sur ton dos et va courir le marathon ».

Ici, c’est la même chose. La personne qui a le sac avec un poids de 10 kilos, c’est une personne qui fait des choses stupides. Donc ne t’ajoute pas de poids, parce que ça va beaucoup plus te détruire que les chaussures qui sont le détail soi-disant magique, la nouvelle invention, la chose à faire à tout prix, te permettront d’obtenir. Donc tu as plus à perdre à mettre un sac à dos de 10 kilos pour courir ton marathon que d’avoir les meilleures chaussures du monde, tout simplement. Donc fais des choses simples, fais des choses constructives, fais-les tous les jours.

J’espère t’avoir inspiré. Si c’est le cas, n’oublie pas de partager cet épisode avec tes amis, n’oublie pas de laisser un petit 5 étoiles, un petit avis, sur l’application de podcast que tu utilises. Et n’hésite pas à nous dire, soit par mail, soit sur les réseaux, ce que ça t’inspire et qu’est-ce que c’est la réussite pour toi.

Merci de m’avoir écouté. Je te dis à très très bientôt pour du nouveau contenu en français authentique dans le podcast Marchez avec Johan. Salut !