Remonter la pente

Remonter la pente

Dans cet épisode je vous explique le sens de l’expression « Remonter la pente ». Cette expression m’a été suggérée par notre amie « Brise de mer  » sur la page Facebook de Français Authentique. Bonne écoute !

(Faites un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Faites un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Venez discuter de cet article sur Facebook avec nous : Cliquez ici.

Voici la transcription de l’épisode :

Salut à tous membres de la famille Français Authentique, bienvenue dans ce nouvel épisode du podcast. Aujourd’hui, je vais vous expliquer le sens d’une expression française authentique. Cette expression, je ne l’ai pas choisie au hasard, c’est une expression qui m’a été suggérée sur la page Facebook de Français Authentique par une personne qui a un pseudonyme qui est Brise de mer – joli pseudonyme ; (brise de mer, c’est du vent). Merci pour cette suggestion, Brise de mer. Et l’expression qui m’a été suggérée, c’est remonter la pente. J’espère qu’elle ne s’applique pas à vous parce que ce n’est pas forcément quelque chose de très positif ; et si c’est le cas, courage, je croise les doigts pour vous, vous allez réussir à remonter la pente. Comme d’habitude, on va regarder au sens des mots et comme d’habitude, je vous donnerai peut-être une explication de l’expression et ensuite, j’essayerai de trouver quelques contextes pour que vous compreniez à 100%.

Le mot « remonter », ça veut dire « monter encore une fois » ; « monter », ça signifie « prendre de la hauteur, aller plus haut ». Si vous montez les escaliers, vous prenez les escaliers, vous êtes en haut, vous avez monté les escaliers marche par marche. Si vous montez dans le bus, eh bien, vous faites un mouvement vers le haut puisque le bus est plus haut que le sol où vous étiez. Donc, en montant dans le bus, vous prenez de la hauteur, vous passez d’un endroit bas à un endroit un peu plus haut, et c’est ce que veut dire monter. Monter, ça veut dire « monter dans quelque chose, prendre de la hauteur ». Monter dans la voiture, monter en haut d’une montagne, prendre de la hauteur. Et quand en Français, on met « re » devant un verbe, très souvent, ça veut dire qu’il y a une répétition ; ça veut dire que vous l’avez déjà fait et vous le faites encore une fois. Si vous remontez dans le bus, ça veut dire que vous êtes monté une fois, vous descendez et vous remontez (montez une deuxième fois) et le fait de monter de nouveau (une nouvelle fois), c’est remonter.

Le mot « pente » : une pente, c’est une inclinaison ; en gros, le contraire, ça serait quelque chose de plat. Imaginez que vous ayez quelque chose de parfaitement plat, vous marchez dessus. Si vous marchez sur quelque chose de complètement plat qui n’a aucune inclinaison, qui n’est pas une pente, eh bien, en marchant, vous n’allez  ni vers le haut  ni vers le bas puisque c’est tout à fait plat. Par contre, il peut y avoir… si vous montez une montagne, vous allez avoir des montées, des côtes. Là, le sol n’est plus plat mais il y a une pente ascendante : c’est un angle du sol qui fait qu’en avançant vous montez. Il existe aussi des pentes descendantes – on appelle plutôt des descentes – et là, c’est l’inverse : quand vous avancez, vous descendez, vous perdez en altitude. Une pente, c’est ça. Ça peut être une pente qui monte, une pente qui descend mais une pente, c’est que lorsque vous vous promenez dessus, lorsque vous avancez dessus, eh bien, soit vous montez, soit vous descendez.

Et l’expression « remonter la pente », eh bien, ça veut dire : vous êtes dans une mauvaise passe, vous êtes dans une mauvaise situation et vous faites en sorte de résoudre vos problèmes, vous réagissez, vous quittez cette zone négative ; vous quittez cette zone où ça ne va pas. Remonter la pente, c’est vraiment faire en sorte d’aller mieux. C’est un sens figuré, c’est un sens qui n’est pas propre, qui  n’est pas à 100% le sens des mots, c’est le sens figuré. Remonter la pente, en gros si on prend un petit peu les explications que je viens de vous donner, ça voudrait dire que vous êtes monté, il y a quelques mois ou quelques années, au sommet ; donc, vous étiez à un point et au cours de votre vie, vous avez évolué, vous avez fait en sorte de devenir meilleur. Par exemple, vous avez obtenu une nouvelle compétence ou obtenu un nouveau travail et tout d’un coup, pour une raison ou pour une autre, eh bien, vous avez descendu cette pente – c’est psychologique, on parle d’une pente qui n’existe pas vraiment, mais vous aviez réussi à vous développer, donc à monter et pour une raison ou pour une autre, vous êtes descendu, vous avez perdu les choses. Si on dit : « Il faut remonter la pente », ça veut dire : « Allez, j’étais en bas, j’ai réussi à aller en haut en me développant, en obtenant un meilleur job, une nouvelle formation et  j’ai perdu tout ça parce que j’ai eu un problème de santé par exemple ; maintenant, je dois remonter la pente, je dois réagir, je dois retourner où j’étais ; je dois faire en sorte d’évoluer et de remonter cette pente. »

On va essayer de prendre quelques contextes d’utilisation de cette expression : par exemple, vous pouvez avoir… imaginez qu’il y a une personne dans votre famille qui fait de la dépression – la dépression, c’est un problème grave, un problème psychologique ; c’est une personne qui perd un peu le goût à la vie à cause de certains événements dans sa vie : ça peut être du stress, ça peut être le fait qu’elle ait perdu un membre de sa famille, qu’elle est divorcée, etc. Cette personne perd le goût à la vie et est en dépression. J’imagine une personne qui est en dépression, qui est triste ou que ça ne va pas et elle en prend conscience – souvent, les gens n’ont pas conscience d’être en dépression, ce qui rend le problème plus difficile à résoudre – mais elle prend conscience. Le médecin lui dit : « Non, là, vous faites une dépression, il faut résoudre ce problème. » Et là, vous dites : « D’accord, je vais remonter la pente. » C’est-à-dire qu’il y a une pente qui était descendante dans ma vie ; j’étais à un endroit et il y avait une pente qui descendait et qui faisait que ma vie, au lieu de s’améliorer, devenait de moins en moins bonne, de moins en moins belle. Eh bien, je vais faire en sorte que tout ce que j’ai descendu, je vais le remonter, je vais faire demi-tour, je vais arrêter de descendre, arrêter d’être triste, arrêter d’être mal et je vais remonter la pente, je vais retourner vers le haut pour améliorer ma vie. Voilà un exemple : une personne déprimée qui a descendu la pente et qui veut la remonter.

Un exemple un peu moins triste (peut-être) : imaginez une équipe de football qui perd quatre matchs d’affilée ; quatre matchs à la suite, ils perdent. Ils perdent 3-0, 2-0, 1-0, 5-0 et là, ça ne va pas du tout, et l’entraîneur, – il est un peu en colère après ses joueurs – il essaye de les convaincre du fait qu’ils ont le potentiel de faire mieux et à la fin de l’entretien, il leur dit : « Allez, maintenant, il faut remonter la pente. » Donc, les joueurs de cette équipe, avant tout ça, ils ont descendu quelque part une pente parce qu’ils ont perdu quatre matchs de suite, ils se sont dégradés, ils sont descendus au classement. Donc, vous voyez, il y a toujours une idée de dégradation ; vous allez plus bas que l’endroit où vous étiez et là, il demande à ses joueurs de remonter, de retourner où ils étaient avant, d’arrêter de descendre au classement et de remonter ; il faut remonter la pente.

Je pense, Brise de mer, que le sens de « remonter la pente » est un peu plus clair pour toi. Ce que je propose, c’est qu’on pratique un petit peu votre prononciation à tous afin que vous essayiez de pratiquer un petit peu le Français avec moi. Donc, copiez exactement ce que je dis, copiez ma prononciation, faites ça tranquillement chez vous et c’est très important. Comme je vous le dis souvent, ça vous permettra de travailler des muscles que vous n’avez pas l’habitude de travailler et ça vous permettra d’avoir l’habitude de vous entendre parler en Français parce que moi, j’ai eu ça quand je parlais Allemand. Au début, ça fait bizarre ; vous avez l’habitude de vous entendre parler dans votre langue maternelle et soudain vous parlez dans une autre langue, donc, ça fait un petit peu bizarre, vous vous sentez un peu « bête ». Et le fait de pratiquer seul chez soi, eh bien, ça vous habitue. Au bout d’un moment, vous ne faites plus attention que vous parlez dans une nouvelle langue puisque c’est intuitif pour vous. Alors, on va pratiquer : vous répétez exactement après moi.

Je remonte la pente
Tu remontes la pente
Il remonte la pente
Elle remonte la pente
Nous remontons la pente
Vous remontez la pente
Elles remontent la pente

Très très bien ! C’est tout pour aujourd’hui, c’est tout pour cette nouvelle expression.
Je vais aller travailler un petit peu sur l’académie – je vous en parlais récemment ; je travaille beaucoup sur l’académie Français Authentique en ce moment ; j’aimerais [la] lancer en janvier 2016. Je travaille pas mal au contenu, j’ai déjà trois modules qui sont prêts : il y a un qui est sur la rédaction du CV en Français ; il y en a un, c’est sur le livre Le Petit Prince (très connu) ; il y en a un, c’est sur la révolution française. Donc, j’essaye de varier les sujets. Là, je vais en faire un sur Albert Camus. L’académie, ça sera réservé à ceux qui sont à 100% motivés pour apprendre à parler le Français et je vais partager plein de choses avec vous. Il y aura chaque mois un groupe de leçons qui vous sera livré quand vous souscrivez à l’académie avec une vidéo, un fichier audio, un fichier PDF, un fichier « vocabulaire », un fichier « prononciation » et plus certainement d’autres surprises mais grosso modo, vous aurez chaque mois un groupe de leçons complet sur différents sujets liés à la francophonie, à la France, au développement personnel et aux sujets que vous me suggérerez – c’est l’avantage.

Il y aura également un groupe Facebook privé seulement réservé aux membres de l’académie où je serai le plus présent possible (vous aurez un accès plus direct à moi). Je suis très excité à l’idée de mettre ce nouveau projet au monde ; restez connectés ; si vous n’êtes pas encore abonnés au cours, abonnez-vous : allez sur www.francaisauthentique.com/cours-gratuit ou alors, sur mon site, vous avez différentes possibilités d’entrer votre adresse pour vous abonner à mon cours gratuit et là, vous recevrez toutes les informations pour souscrire à l’académie. Et ceux qui seront prioritaires, ce seront les gens qui ont pour l’instant acheté un de mes produits. Je veux bien sûr remercier tout le monde de votre fidélité, et ce que je ferai dans un premier temps, pendant une semaine, ça sera seulement les gens qui se sont procurés un des packs (pack 1, 2 ou 3) qui pourront adhérer à l’académie ; les places seront limitées puisque je ne veux pas des milliers de personnes ; je veux vraiment des personnes motivées. Dans un premier temps, il y aura ces personnes-là : ce seront les seules qui pourront accéder – et je donnerai même une réduction de l’ordre de 30% du prix normal – et après une semaine, eh bien, les autres, ceux qui n’ont pas acheté de produit auront l’occasion d’adhérer à l’académie Français Authentique. Donc, plus d’infos à suivre. Moi, de mon côté, je vais aller travailler sur l’académie et je vous dis à très bientôt, merci de m’avoir écouté jusqu’ici. Salut les amis !