Qui sera président de la république ?

Qui sera président de la république ?

Abonnez-vous à la chaine You Tube pour ne manquer aucune vidéo : cliquez ici.

Téléchargez le fichier MP3 ici.
Téléchargez le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Bonjour les amis ! Merci de me rejoindre pour cette nouvelle vidéo de Français Authentique. On est aujourd’hui lundi 24 avril 2017 – c’est le jour d’enregistrement de cette vidéo – et hier nous avons eu les résultats du premier tour de l’élection présidentielle 2017. Et cette vidéo sera postée le 5 mai, donc, deux jours avant le deuxième tour de l’élection présidentielle, deux jours avant que nous sachions qui a remporté cette élection. Je souhaitais vous parler de ce sujet parce que j’avais enregistré une vidéo qui a été  publiée le 29 mars dans laquelle je vous parlais de l’élection présidentielle et cette vidéo a intéressé beaucoup de monde et a beaucoup fait réagir. Donc, je voulais, entre les deux tours de l’élection, vous en parler, vous donner mes sentiments et mon avis. Attention : il ne s’agit que d’un avis ! Je sais que ces sujets politiques sont toujours un peu controversés – j’en ai fait l’expérience précédemment ; j’ai appris à ignorer les critiques – mais ce que je veux vous dire, c’est [que] c’est uniquement mon avis. Vous pouvez avoir le vôtre, vous pouvez ne pas être d’accord avec moi, je suis 100 % OK, mais je vais donner mon avis en toute liberté, honnêteté et en restant positif sans critique.

Les résultats d’hier, je les ai ici. Emmanuel Macro a obtenu 23,9 % des voix ; Marine Le Pen, candidate de l’extrême droite : 21,4 % des voix ; François Fillon : 19,9 % – il représentait les républicains, la droite française. Et Jean-Luc Mélenchon : 19,6 % – lui, il représentait un mouvement qu’il a créé lui-même, plutôt extrême gauche. Emmanuel Macron qui a gagné cette élection, lui, c’était son propre mouvement également.

Je vous rappelle (je l’ai dit dans ma précédente vidéo) que le système d’élection pour les présidentielles en France fonctionne de la façon suivante : vous avez un premier tour avec tous les candidats qui souhaitent se présenter et qui remplissent les conditions pour se présenter. Donc, on avait hier 11 candidats (il y avait 11 bulletins de vote – vous pouviez choisir entre 11 personnes). Ça, c’est le premier tour. Ensuite, il y a l’élection du premier [deuxième] tour et les deux personnes qui ont obtenu le plus de voix au premier tour sont qualifiées pour un deuxième tour. Donc, dans deux semaines, nous allons voter de nouveau et nous allons choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Le résultat d’hier, ce n’est absolument pas une surprise puisque c’est ce que les sondages disaient – les sondages disaient : « Macron, Le Pen, Fillon, Mélenchon » – donc, là-dessus, pas vraiment de surprise. C’est ce que je prédisais également depuis des mois et des mois parce qu’on sentait bien qu’il y avait différents événements qui feraient que ce serait ces deux personnes, donc, pas vraiment de surprise et pas de catastrophe comme je peux le voir ou l’entendre à l’étranger où les gens disent : « Ah, le Front National au deuxième tour de la présidentielle en France, c’est une catastrophe ! » Ce n’est pas vraiment une catastrophe et ça aurait pu être bien pire, on va en reparler un petit peu plus tard. Il y a quand même deux choses que je trouve personnellement et qui sont exceptionnelles dans ces résultats.

La première chose, c’est que les deux partis traditionnels… En France, on a toujours eu deux grands partis forts qui alternaient chacun à leur tour le pouvoir : c’était la droite (les conservateurs) ; là, c’est les républicains (avant, ça s’appelait l’UMP), ça a été le RPR, mais c’est les gens qui se disent gaullistes (des héritiers, on va dire, du général De Gaulle). Cette partie (la droite), les conservateurs, et la gauche, les socialistes qui étaient regroupés dans le parti socialiste. Ces deux partis qui gouvernent depuis 50 ans, depuis presque toujours ne sont pas au deuxième tour, donc, il y a eu un rejet des partis traditionnels.

La deuxième chose, c’est la puissance des extrêmes. Marine Le Pen, extrême droite – on est habitué ; son père, Jean Marie Le Pen avait déjà été au deuxième tour en 2002 il y a 15 ans, donc, on est habitué en France à avoir une extrême droite qui est forte. Par contre, on n’était pas du tout habitué (ou plus du tout habitué) à avoir une extrême gauche aussi forte. Jean-Luc Mélenchon, il était au parti socialiste, mais il avait des positions « extrême gauche » à la limite du communisme – c’est vraiment un candidat antisystème, etc. – et il a quand même fait 19,6 % des voix. Et si on ajoute son score à celui de Benoît Hamon qui représentait le parti socialiste, on obtient presque 26 %. Et Hamon avait un programme qui était plutôt extrême gauche également. Ça veut dire que l’extrême gauche en France, elle représente de l’ordre de 26 %. Marine Le Pen avec l’extrême droite, 24 %, donc, on est déjà à 50 % voire plus (puisqu’il y a des gens qui ne vont pas voter) qui sont pour les extrêmes et ça, pour moi, c’est une grosse surprise. Ça confirme qu’on a évité – ce qui aurait été, à  mon sens (encore une fois, c’est seulement mon avis et je ne vous force pas à avoir le même avis) – une catastrophe parce que la vraie catastrophe, ça aurait été un deuxième tour entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Si on avait eu les deux extrêmes au deuxième tour, là, c’était, à mon avis, la catastrophe. Parce que le résultat d’hier – c’est ce que je disais précédemment – il n’est absolument pas critique. La probabilité que Marine Le Pen remporte cette élection, elle est quasiment nulle. Je l’ai dit dans plein de précédentes vidéos dans lesquelles j’explique comment fonctionne l’élection en France puisqu’à chaque fois où je dis « l’extrême droite n’arrivera pas au pouvoir de la présidentielle en tout cas pas à court terme », on me dit toujours : « Oui, t’en sais rien, regarde Donald Trump aux Etats-Unis, le Brexit, etc. », mais ce n’est pas comparable parce que Donald Trump a été élu en un tour. Il représentait quand même un parti traditionnel et il a été élu en un tour même si tout le monde était contre lui et que personne ne l’attendait. Une surprise sur un tour, ça peut arriver ; le Brexit, c’était en un tour également.

En France, il y a deux tours, donc, ce qui s’est passé hier, c’est qu’il y a beaucoup de gens qui ont voté Marine Le Pen, mais elle n’a que 24 % des voix, donc, il y a une extrême majorité qui n’a pas voté pour elle et qui ne votera pas pour elle au deuxième tour. Et on l’a vu ; hier, j’ai suivi un petit peu les débats présidentiels. Tous les candidats, les grands hommes politiques de France, ils ont tous dit, quasiment sans exception – Jean-Luc Mélenchon s’est dit réservé, il n’a pas encore donné son avis – tout le monde a dit : « Je voterai Macron, il faut voter Macron. » Donc, tout le monde va se regrouper pour voter contre Marine Le Pen. Donc, les Français vont au deuxième tour, comme ils l’ont fait en 2002 quand ils ont élu Jacques Chirac contre Jean-Marie Le Pen, ils voteront Emmanuel Macron, pas forcément parce qu’ils l’aiment, qu’ils aiment son programme, qu’ils partagent ses idées,  mais parce que les Français, dans leur grande majorité, ne veulent pas du Front National au pouvoir. J’ai d’ailleurs vu un sondage qui a été fait hier après que les gens aient pris connaissance des résultats qui donnait Macron à 68 ou 70 % des voix au deuxième tour. Donc, pour moi, c’est évident, Emmanuel Macron sera le président. Réponse dans deux jours, bien sûr !

Mais, ça montre, à mon sens, qu’il faut faire très attention parce que les extrêmes sont puissants (représente 50 % des voix) ; Marine Le Pen est là depuis longtemps, elle a une image plus douce que son père, elle est encore jeune, donc, ce n’est pas dit qu’à moyen-long terme qu’elle ne réussisse pas un jour à rejoindre l’Elysée, à devenir présidente. J’y crois que moyennement. Comme je vous le dis, le système d’élection ne la favorise pas, mais ça va beaucoup dépendre de ce que va faire Emmanuel Macron. Il se présente comme un candidat ni droite ni gauche, mais s’il déçoit autant que les politiques ces 50 dernières années, ça peut encore renforcer le Front National qui, peut-être un jour, finira par réussir à gagner l’élection. Pour être transparent, j’ai personnellement voté pour Emmanuel Macron. J’ai toujours eu une tendance plutôt droite, donc, j’aurais peut-être voté François Fillon d’un point de vue programme [mais] je ne l’ai pas fait parce que je le trouve malhonnête ; toutes les affaires qui montrent qu’il a utilisé de l’argent public à des fins privées, je ne pouvais pas voter pour une personne comme celle-là qui demande des efforts aux Français (qui sont nécessaires), mais qui, d’un autre côté, profite du système pour voler de l’argent de nos impôts. Donc, c’était impossible pour moi de voter pour lui et le candidat qui se rapprochait le  plus de mes idées, c’était donc Emmanuel Macron qu’il faut vraiment féliciter parce qu’il ne faut pas oublier qu’il s’est lancé il y a un an et en un an, il a réussi à créer un parti politique en marche qui n’existait pas. Il promet de mettre des gens de la société civile avec lui au pouvoir – ce que je salue. La société civile, c’est des gens qui ne font pas que de la politique (comme tous nos autres hommes politiques qui ne font que ça ; c’est leur métier, c’est politique). Là, il veut prendre des gens qui ont fait autre chose. Lui-même a été, je crois, pendant 15 ans, banquier. On peut aimer ou pas son style, on peut aimer ou pas son parcours, toujours est-il qu’il n’a pas fait que de la politique. Donc, ce qu’il a fait, c’est à mon avis, malgré tout, exceptionnel, qu’on aime ou pas ; il a fait en un an ce que beaucoup n’ont pas réussi à faire en 30 ans. Il a eu quand même un petit peu de chance dans le sens où il y a eu l’affaire Fillon (c’est ce que j’ai évoqué avant) qui lui a fait perdre plein de voix ; il y a eu le fait que Benoît Hamon ait gagné la primaire socialiste, donc, il était le candidat de la gauche. Il a eu un petit peu de réussite sur certains points, mais il a eu une vision, il a très bien travaillé et j’espère qu’il fera un bon président.

Le vrai challenge pour lui maintenant – comme je vous le dis, à mon sens, ce n’est pas de gagner le deuxième tour parce que dans ma tête il l’a déjà gagné et j’espère ne pas me tromper parce que cette vidéo sort avant les résultats, donc, si je me suis trompé, vous allez bien rigoler en me regardant. En tout cas, c’est mon avis le plus profond, je pense qu’il sera président. Son vrai challenge, ça va être d’avoir une majorité parce que… J’en parle dans certains produits, notamment le pack 1 où je vous explique comment fonctionne la France, son système politique. Et lui, il va être à la tête de l’exécutif (ceux qui sont là pour exécuter, pour proposer des lois et pour les mettre en œuvre) mais on a besoin d’un parlement qui vote les lois. Et le parlement, il va être élu au suffrage universel également (je crois que c’est au mois de juin 2017) et s’il n’arrive pas à avoir des gens qui le suivent au parlement, si les députés qui sont là pour voter les lois ne sont pas de la même nature, s’il n’y a pas plus de 50 % qui est de son côté, eh bien, il aura beau proposer des lois, le parlement va les refuser, il ne les votera pas et on peut se retrouver dans un système de blocage. Donc, c’est le plus gros risque qui attend Emmanuel Macron, c’est le plus gros risque pour la France et j’espère vraiment que ça ne se produira pas, qu’il aura une majorité au parlement pour pouvoir gouverner correctement.

Merci d’avoir suivi cette vidéo. Désolé si elle était un petit trop longue – ce n’était pas mon intention, mais c’est un sujet qui m’intéresse, qui vous intéresse également, en tout cas qui intéresse beaucoup d’entre vous. Avant de nous quitter, je souhaite remercier du fond du cœur les membres Patreon. Patreon, c’est la communauté qui soutient financièrement Français Authentique, qui dit : « Johan, tu nous fournis du contenu gratuit (vidéos, podcasts) et pour te remercier, je fais un don mensuel. » Ça commence à un dollar par mois (ça peut être plus, vous pouvez payer dans une autre monnaie, vous pouvez arrêter quand vous voulez). Certains donnent un mois, d’autres six mois, d’autres un an, etc., même si un an, ça ne fait pas encore un an que le système est en place. Dans tous les cas, vous pouvez contribuer au développement de Français Authentique et si vous nous rejoignez dans ce projet, votre argent va directement dans la mission Français Authentique qui est de rester la référence mondiale en ce qui concerne l’apprentissage du français pour les personnes qui ont déjà un bon niveau de compréhension et de continuer à se développer dans le monde entier. On est une communauté mondiale et il faut que ça continue. Merci à tous les donateurs ; rejoignez-nous dans ce projet Patreon et je vous dis à très bientôt pour une nouvelle vidéo de Français Authentique.