On n’est pas sorti de l’auberge

On n’est pas sorti de l’auberge

Dans l’épisode d’aujourd’hui, je t’explique le sens de l’expression “On n’est pas sorti de l’auberge”

J’attends ton avis sur Facebook : clique ici.

Ressource(s) évoquée(s) dans l’épisode :

 

(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Transcription de l’épisode :

Salut ! Bienvenue dans le nouvel épisode du podcast de Français Authentique. Et aujourd’hui, nous allons voir ensemble au sens de l’expression « on n’est pas sorti de l’auberge ». « On n’est pas sorti de l’auberge ».

Je remercie notre ami Alberto, qui est un membre italien de la famille Français Authentique et qui m’a suggéré gentiment cette expression sur notre page Facebook.

Avant de passer à cette expression, un petit rappel. Si tu souhaites aller plus loin et plus vite dans ton apprentissage du français, eh bien tu peux aller regarder à la liste de cours de Français Authentique. On a toute une bibliothèque de cours qui t’aideront à vraiment amener ton français à un niveau supérieur. Tous les cours sont basés sur les 7 règles de Français Authentique dont j’ai déjà beaucoup parlé. Et, il y a vraiment un cours pour chaque besoin. Quel que soit ton besoin, quels que soient tes intérêts, quelles que soient tes envies, tu trouveras le cours qui sera fait pour toi. Il y a notamment mon dernier cours : 30 jours pour booster ton français qui rencontre un grand, grand, grand succès et dans lequel je te prends par la main pour t’aider à pratiquer le français pendant 30 jours. Vraiment, jour par jour, je te dis exactement quoi faire afin que ton français soit boosté et que ton niveau de français soit bien meilleur au bout de 30 jours.

Ceci étant dit, passons maintenant à l’expression d’aujourd’hui « on est pas sorti de l’auberge ». Et comme d’habitude, on regarde au sens des différents mots qui composent cette expression.

Le premier mot, c’est le verbe sortir, sortir, que tu connais certainement. Le verbe sortir a plein de sens différents, mais ici, sortir, il est utilisé dans le sens de quitter quelque chose. Si je dis : « Je sors de la maison », eh bien je quitte la maison. Si je sors de ma voiture, je quitte ma voiture. Sortir dans le sens de quitter.

L’auberge, c’est une sorte de maison, c’est comme un petit hôtel, une maison où on peut prendre un repas et dormir contre un paiement évidemment. C’est comme un hôtel. Il y a l’idée quand on parle d’auberge, de quelque chose de plus petit et de moins luxueux qu’un hôtel en général. Ça, c’est le premier sens. C’est le sens le plus courant du mot auberge, mais une auberge, ça peut vouloir dire en argot, en français un peu familier, une prison, une prison. Si tu entends le mot auberge, tu peux faire le rapprochement avec une prison dans certains cas. C’est un cas moins utilisé que le sens d’hôtel ou de maison où on dort, mais en tout cas, une auberge ça peut vouloir dire une prison.

Donc au sens propre, si tu dis : « On n’est pas sorti de l’auberge », ça veut dire qu’on n’est pas sorti de la prison, on n’a pas encore quitté la prison, ce qui n’est pas vraiment une chose qui a du sens.

Au figuré, et c’est comme ça que les Français emploient cette expression : « on n’est pas sorti de l’auberge », eh bien, on veut dire qu’on est dans une situation dont il est dur de sortir. On est même dans une situation critique, difficile, dans laquelle ou de laquelle il est difficile de sortir. Il y a vraiment l’idée qu’on n’en a pas fini avec les ennuis. On n’en a pas fini avec les problèmes. Les problèmes ou des problèmes sont là depuis un moment et ils vont continuer. Ils vont persister. On n’est pas sorti de l’auberge. On avait des problèmes, on est dans une situation difficile et on sent bien dès maintenant que ça va être difficile de sortir de cette situation.

Alors, l’actualité nous fait souvent dire qu’on n’est pas sorti de l’auberge. La crise sanitaire liée au coronavirus nous fait souvent dire en regardant les informations : « On n’est pas sorti de l’auberge ». On a eu une première vague et maintenant, la deuxième vague est là. « On n’est pas sorti de l’auberge ». Eh bien, ça veut dire qu’on est dans une situation dont il est difficile de sortir. On a du mal à imaginer le problème se résoudre. C’est un problème qui persiste, qui est là depuis un moment et qui va continuer encore un moment. On n’en a pas fini avec les ennuis, « on n’est pas sorti de l’auberge » avec ce maudit virus.

Il y a plein d’autres sens dans lesquels ou plein d’autres contextes dans lesquels on peut utiliser cette expression, notamment, j’ai lu dans la presse, il y avait un titre de journal qui disait : « Toyota, (le constructeur automobile japonais) Toyota n’est pas sorti de l’auberge ». Et dans l’article, ils expliquaient que l’entreprise Toyota avait eu pas mal de problèmes sur différents véhicules et que ce n’était pas courant pour eux. Toyota avait habitué tout le monde à faire des véhicules de grande qualité qui étaient très fiables. Et là, ils ont eu quelques problèmes de qualité. Et dans l’article, ils expliquaient que les problèmes risquaient de persister, de ne pas se résoudre tout de suite. Et pour imager ça, ils ont écrit en titre que Toyota n’était pas sorti de l’auberge.

Troisième exemple. Tu imagines, il y a une femme à la maison et la porte de la maison est cassée. Elle le dit à son mari et son mari lui dit : « Mais pas de problème, je vais la réparer ». Or, le mari n’est pas bricoleur. Il est très mauvais. Dès qu’il essaie de réparer des choses, il les casse encore plus. Et là, la femme lui dit : « Eh ben dis donc, on n’est pas sorti de l’auberge ». Donc, en disant ça à son mari, elle le dit avec ironie et pour se moquer un peu de lui, mais elle veut dire : « Les problèmes ne sont pas finis. On a une porte qui est cassée. Le problème n’est pas près d’être résolu. Il va persister parce que mon mari, qui n’est pas bricoleur, va essayer de réparer la porte ». C’est une manière un peu ironique et amusante de se moquer de son mari en disant « on est pas sorti de l’auberge » parce qu’elle sait très bien que la situation critique va persister, les ennuis et les problèmes ne sont pas près d’être terminés.

Donc voilà pour les trois différents exemples, pour les trois contextes. Ce que je te propose de faire maintenant, c’est, eh bien de tout simplement pratiquer ta prononciation. Je fais des exercices un peu plus poussés et intense dans mes différents cours, mais on peut déjà dans le podcast prendre quelques instants pour que tu copies ma prononciation et mon intonation. Les moments où je fais des liaisons, etc. etc. On y va !

On n’est pas…

On n’est pas…

On n’est pas…

Sorti de l’auberge.

Sorti de l’auberge.

Sorti de l’auberge.

La phrase complète…

On n’est pas sorti de l’auberge.

On n’est pas sorti de l’auberge.

On n’est pas sorti de l’auberge.

Et tu remarques ici, on dit bien « sorti d’ l’auberge », on ne dit pas… Les francophones ne disent pas à l’oral « on n’est pas sorti de l’auberge », ils disent « on n’est pas sorti d’ l’auberge, d’ l’auberge ». Voilà pour ta pratique orale proche des francophones. Merci de m’avoir suivi.

Pour aller plus loin, plus vite, va jeter un œil dans le lien en bas de cet épisode. C’est www.francaisauthentique.com/cours. Tu trouveras forcément les contenus qui t’attendent et seront là pour t’aider à améliorer ton français.

A bientôt et bonne semaine.