Les interjections (ah, eh, aïe, chut, ouf…)

Les interjections (ah, eh, aïe, chut, ouf…)

Abonne-toi à la chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo : clique ici.

Télécharge le fichier MP3 ici.
Télécharge le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Salut les amis ! Merci de me rejoindre pour cette nouvelle vidéo de Français Authentique et aujourd’hui, nous allons parler d’un sujet dont beaucoup de membres m’ont parlé. Beaucoup de membres de Français Authentique m’ont demandé de parler un peu des interjections. Comment ça marche ? Qu’est-ce que c’est ? Quelles sont les principales ? Donc, on va lister tout ça aujourd’hui. Les interjections, ce sont tout simplement des mots qui sont invariables – c’est-à-dire qu’ils ne changent jamais, il n’y a pas d’accord, il n’y a pas de modification, ils sont toujours pareils – et ils sont utilisés très souvent pour exprimer des émotions ou des sentiments en gros. C’est comme ça qu’on pourrait définir une interjection.

Alors pour certaines interjections, c’est assez difficile de dégager un sens unique. Par exemple, l’interjection « ah », elle peut être utilisée pour exprimer un sentiment de plaisir. Par exemple, si tu dis : « Il neige demain ? Ah oui ! », « Ah oui », ici, ça montre que tu es content. Tu es content parce qu’il va neiger demain. Mais cette interjection « ah » peut aussi être là pour exprimer l’étonnement, l’étonnement, pour montrer que tu es étonné. Tu peux dire, par exemple : « Hé, il est déjà 22 heures ! », et ta femme répond : « Ah bon ? », « Ah bon ? », « Je suis étonné ».

Cette interjection « ah », peut être également utilisée pour montrer l’admiration, montrer l’admiration. Par exemple, si Emma, ma fille me montre un dessin qu’elle vient de terminer, je peux dire : « Ah, c’est beau ! Ah, c’est beau ! ». Donc, cette interjection « ah », elle est utilisée pour plein de choses. Et ici, c’est le contexte qui va te donner le sens. Malheureusement, sans contexte, tu ne peux pas connaître le sens, contrairement à ceux qu’on va voir après.

Dans le même registre d’interjection qui a plusieurs sens et dont tu as besoin du contexte, il y a l’interjection « oh », « oh » qui peut exprimer la surprise. Si tu dis par exemple, à quelqu’un qui était parti : « Oh, tu es déjà de retour ! », tu montres que tu es surpris. Ça peut aussi, cette interjection « oh » montrer de l’admiration, de l’admiration. Je peux dire à mon fiston Tom : « Oh, comme tu es beau aujourd’hui !  » (s’il s’est habillé d’une façon spéciale). Le « oh » va montrer de l’admiration. Le « oh » peut aussi montrer que tu as mal ; ça peut être là pour montrer la douleur. Si tu travailles, tu bricoles et que tu te tapes sur un doigt, tu peux dire : « Oh, ça fait mal ! ». Toujours « oh », l’interjection « oh ». Donc, tu vois l’interjection « ah », « oh » ou même « eh » ont différents sens et là tu as vraiment besoin du contexte pour savoir ce qu’elles veulent dire et elles sont très utilisées, notamment à l’oral.

Et il existe plein plein d’autres interjections qui ont, elles, un sens bien défini, un seul sens. Par exemple l’interjection « aïe », elle veut dire que tu as mal. C’est là pour montrer que tu ressens de la douleur. Aïe ! Ou alors ouille, aïe, ouille. Ce sont des interjections qui montrent que tu as mal. L’interjection « ouf », « ouf », ça montre que tu es soulagé. Si ma fille Emma, par exemple me dit : « Oh, papa, je me suis fait mal. Regarde, j’ai mal aux doigts », je dis : « OK  ! Et ça va aller ? C’est pas cassé ? ». Elle me dit : « Non, je peux le bouger. » Je dis « ouf » ! « ouf » ! Ça veut dire « je suis soulagé. »

Si tu n’es pas content et que tu veux montrer que quelque chose est dommage, tu peux dire « zut » ou « mince ». « Zut » ou « mince », ce sont des interjections qui montrent que c’est dommage. C’est dommage. Si Tom par exemple, me dit : « Oh papa, on ne peut pas aller se promener parce qu’il pleut », je fais : « Oh zut » ou alors « mince ». Ça veut dire « c’est dommage, je regrette, je ne suis pas content ».

L’interjection « ben », ça montre l’hésitation, l’hésitation. Si, par exemple, ma femme me demande : « Quel film tu veux qu’on aille voir au cinéma ? » et que je dis : « Ben », ça montre que je réfléchis, que j’hésite.

« Bof » montre qu’on n’a pas d’avis, qu’on est indifférent. Si ma femme me propose trois films, elle me dit : « Tu veux aller voir ce film-là, ce film-là ou celui-là ? », je dis « bof ». « Bof », ça veut dire « je n’ai pas d’avis, je m’en moque un peu en fait ».

Tu peux aussi rencontrer « oh là là ». Les interjections, parfois, ce sont plusieurs petits mots. « Oh là là ! », ça veut dire « je suis étonné », « je suis étonné ». Si je n’ai pas vu un enfant depuis quelques années et qu’il est devenu plus grand, je dis « oh là là ! Tu as grandi ! Oh là là ! Je suis étonné ».

« Beurk » et « pouah », ça montre un dégoût. Si tu goûtes quelque chose, et que tu n’aimes pas ça, tu peux faire « beurk » ou « pouah ». Ça veut dire que c’est pas bon, je n’aime pas ça, je suis dégoûté.

« Hélas », ça montre que tu regrettes quelque chose, que tu regrettes quelque chose. Si par exemple, je dis : « Ah tiens, il y a quelqu’un qui travaillait avec moi, mais il a quitté la société. Hélas ! ». Ça veut dire : « Je regrette, c’est dommage ».

« Chut », ça veut dire que tu demandes le silence. Si par exemple, j’enregistre une vidéo, je dis aux enfants « chut » parce que j’ai besoin de silence. Donc, « chut », ça veut dire « ne fait pas de bruit, arrête de parler fort. J’ai besoin de silence ». Et parfois, avec certaines interjections, on peut avoir le geste qui va avec. « Oh là là », on fait ça. Oh là là ! Je suis étonné. « Chut », on va faire ça. On montre avec le doigt qu’on a envie que la personne fasse moins de bruit et notamment ne parle pas.

« Bravo », c’est une interjection qu’on utilise pour dire qu’on félicite quelqu’un. Bravo Tom, tu as bien travaillé à l’école. Je le félicite.

L’interjection « hourrah » ou « chic », c’est-à-dire qu’on est content, qu’on est content. Si je dis : « Les enfants, on va aller manger au restaurant ce soir », ils peuvent faire « hourrah ! » ou « chic ! ». Ça veut dire qu’ils sont contents, ils sont heureux.

L’interjection « Allez ! », je l’ai expliquée déjà sur Instagram (tu retrouveras une vidéo sur le sujet), mais ça veut dire qu’on encourage quelqu’un. On encourage quelqu’un. Si Emma a du mal par exemple à faire un exercice, je dis « allez Emma, ça va aller ». Si Emma est en train de faire ses devoirs et qu’elle a du mal à finir l’exercice, je peux lui dire : « Allez, Emma continue ». « Allez » ici, c’est pour l’encourager.

Pour montrer la surprise, tu peux dire : « ça alors », « ça alors ». Deux mots pour dire que tu es très surpris, tu es très surpris. Si par exemple, tu regardes la télévision et que tu vois que le chômage a augmenté, qu’il y a un million de chômage en plus en 2 semaines, tu dis : « Ça alors ! », ça veut dire : je suis… « Quoi ? », c’est une autre interjection. Je suis complètement étonné, surpris.

« Hein », ce n’est pas poli, mais c’est une interjection qui montre qu’on n’a pas compris et qu’on aimerait que la personne répète, mais ce n’est pas poli. Si quelqu’un, par exemple, te parle et tu n’as pas compris, tu dis « hein ? ». Ça veut dire « j’ai pas compris, tu peux répéter ? ». Encore une fois, il vaut mieux dire « pardon ? », ou alors « comment ? », ou alors, « tu peux répéter s’il te plaît ? ». Ça, c’est plus poli que de dire « hein », mais « hein », c’est une interjection qui montre qu’on a pas entendu, qu’on n’a pas compris.

Pour appeler quelqu’un, on peut dire « ohé » avec ce geste. « Ohé », ça veut dire j’appelle quelqu’un qui est un peu loin. J’aimerais qu’il vienne, qu’il m’entendre. Je dis « ohé ». On peut dire « hé », ça marche aussi.

Nous avons aussi l’interjection « atchoum » pour dire qu’on éternue. « Atchoum » pour dire qu’on éternue.

Ce n’est pas exhaustif, bien sûr. Je viens de t’en citer un peu plus de 20. Il en existe plein d’autres. Tu peux t’amuser à les rechercher sur Internet. Mon idée, c’était de te résumer les principales. Les 20, un peu plus de 20 que je viens de te proposer sont vraiment les interjections que tu rencontreras le plus souvent à l’oral. On est d’accord, c’est ce que je disais tout à l’heure. Les interjections se rencontrent surtout à l’oral. A l’écrit, c’est quand il y a des dialogues. Quand il y a des dialogues, tu peux retrouver ces différentes interjections.

« Et voilà ! », c’est une interjection aussi qui montre que quelque chose est fini. Donc, si je te dis « et voilà, la vidéo est terminée ». Merci de m’avoir suivi, merci d’avoir écouté. J’espère que ça t’a plu. Si c’est le cas, laisse-nous, un petit « j’aime ». Ça encourage la chaîne. N’hésite pas à dire en commentaire quelles sont les interjections que tu connais et que je n’ai pas citées. Nous lisons chacun des commentaires et bien sûr, n’oublie pas de t’abonner à la chaîne YouTube de Français Authentique et d’activer les notifications. Il y a plein de surprises qui arrivent dans les prochaines semaines, mais « chut », c’est un secret.

A bientôt !