Viens parler avec les tuteurs de l'académie Français Authentique (fermeture le 16 avril)
Plus d'informations

Le type de personne à devenir

Ressource(s) évoquée(s) dans l’épisode :

 

(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Transcription de l’épisode :

Salut, chers amis ! Merci de me rejoindre pour ce nouvel épisode de « Marcher avec Johan ». Je suis très content de t’avoir avec moi pour cet épisode. Comme je te l’ai dit les dernières semaines, si tu as écouté les précédents épisodes, j’apprécie beaucoup si tu as pris déjà un instant pour laisser 5 étoiles à ce podcast, quelle que soit la plateforme sur laquelle tu m’écoutes, parce que tout simplement ça aide Français Authentique et ça aidera aussi ceux qui s’intéressent au développement personnel, qui ont envie de faire d’une pierre deux coups, une action deux résultats, à savoir, améliorer leur français en écoutant du contenu authentique proposé par un natif et bien sûr améliorer leur vie.

Aujourd’hui, je voudrais te proposer un concept et te proposer finalement un modèle assez simple qui est basé sur deux idées et qui correspond au type de personne à devenir. C’est un type de personnalité que j’ai imaginé, mais en fait je n’en suis même pas sûr. Ce que je vais partager avec toi aujourd’hui, je ne suis même pas sûr finalement si j’ai trouvé ça, j’ai inventé ça ou si je l’ai entendu quelque part, je n’arrive pas à savoir, mais ça m’est venu d’un coup pendant mon jogging de dimanche dernier. J’étais en train de courir et j’ai pensé à cette chose qui m’a séduit, un concept qui m’a séduit, une image qui m’a séduit et je l’ai vite notée dans mon téléphone. Je me suis dit : « Tiens, c’est moi qui ai inventé ça ou pas ? »

Et en fait, on s’en moque, mais je voulais au moins te prévenir que je n’étais pas sûr de la paternité de l’idée. Donc, si l’idée n’est pas de moi, ce n’est pas grave et je m’excuse envers son créateur ou envers la personne qui a pensé pour la première fois, parce que parfois je lis des choses et parfois on oublie etc.

Mais en fait ce que je me suis imaginé pendant ce jogging, c’est qu’il était super important d’avoir une personnalité en deux parties. Je suis venu à cette idée en cherchant un peu un compromis entre deux excès. Le premier excès, c’est d’être rigoureux, d’avoir des idées fixes claires, être centré, avoir des valeurs fixes et se dire : « Moi, quoi qu’il arrive, ça ne bougera pas. Je suis rigoureux, je ne change pas d’avis sur ces points-là ».

Et l’autre côté, l’autre partie de la pièce, c’est la flexibilité, se dire : « Ouais, mais attends, je ne change pas, mais c’est quand même important de changer », parce qu’on apprend des choses et le Johan d’aujourd’hui n’est pas le même que le Johan d’il y a 10 ans. Si je me disais que je suis rigoureux, je ne change pas, je ne bouge pas, je perdrais énormément, ça serait la fin de toute évolution. Donc non, je ne veux pas être quelqu’un de figé, de rigoureux dans le sens je ne bouge pas.

Donc, je pensais à ça en courant et je me suis dit finalement : « Il faut imaginer un objet avec un noyau très dur, un noyau en diamant ». Le diamant, c’est un matériau très dur. Tu ne peux pas vraiment le changer, le bouger. Si tu commences à essayer de le mettre sous pression, tu n’arrives pas à le casser. Le diamant, il ne bouge pas, il ne change pas. Je pense qu’on doit avoir une personnalité avec un cœur en diamant.

Et autour de ce diamant, la périphérie… ce qu’on appelle la périphérie, c’est le tour de quelque chose, donc autour du diamant, ce qui vient englober le diamant, c’est de la pâte à modeler. La pâte à modeler, c’est ce qu’utilisent les enfants. Je crois que c’est plasticine en anglais, je pense. C’est quelque chose que tu prends en main et que tu peux facilement bouger. Les enfants, il y a une marque qui s’appelle Play-Doh qui propose de la pâte à modeler et tu peux faire des petits objets avec, tu peux la malaxer, la presser dans tes mains et lui donner différentes formes.

Pour moi, la personnalité qu’on doit avoir, c’est ça, c’est un cœur en diamant entouré d’une périphérie en pâte à modeler. Je te laisse imaginer l’image. Sympa hein, sympa, un cœur en diamant, une périphérie en pâte à modeler.

L’idée de ça, c’est d’avoir… dans ce cœur en diamant, ce noyau en diamant, d’avoir des choses qui ne changent pas. Et ces choses qui ne changent pas, quelles que soient les étapes de ta vie ou qui changent mais très très peu, vraiment les choses sur lesquelles il y a très peu de compromis, sont tes valeurs, tes grandes valeurs.

Moi, personnellement, les valeurs que je préconise sont des valeurs de responsabilité parce que la responsabilité ça accompagne toujours la liberté. Donc ça, ce sont des valeurs qui sont pour moi super importantes. Quoi qu’il se passe, c’est ma faute, je prends responsabilité, mais en contrepartie, tu me laisses tranquille, je veux être libre. C’est vraiment ces deux aspects qui sont super importants pour moi et je les donne à titre d’exemple.

Pour toi, ça sera autre chose certainement et c’est bien comme ça. Mais toujours est-il que ce qui doit faire partie de ton noyau en diamant, eh bien ce sont tes valeurs, ce sont aussi tes principes. Quelles sont les choses qui sont les plus importantes pour toi au niveau souvent du comportement, des choses que tu ne ferais sous aucun prétexte ? De mon côté, c’est l’honnêteté. Je ne mentirai pour rien au monde à mes proches, je ne peux pas mentir. Même si tu me donnes 10 000 €, je ne mentirai pas à mes proches. Hors de question. Ça fait partie de mes principes. Et ça, c’est pareil. Les principes, ça n’a pas vocation à évoluer, donc ça fait partie de ton noyau en diamant.

La philosophie de vie également. Alors, ce que j’appelle ici philosophie de vie, ce sont les règles que tu te fixes, mais les grandes règles par exemple pour moi, faire du sport, de l’exercice, bouger tous les jours, lire tous les jours, ça je n’ai pas envie que ça change. Bien sûr, le sport en lui-même va évoluer, mais je n’ai pas envie, même quand j’aurai 80 ans, de ne pas être quelqu’un qui bouge et qui va marcher tous les jours un petit peu.

L’exécution va être différente tout au long de ma vie et c’est tout à fait normal, mais la philosophie en elle-même restera. Bien se nourrir, bien dormir, toutes ces choses-là, les philosophies de vie, ce que j’appelle les différentes choses qui sont liées à notre philosophie de vie, ça n’a pas vocation à évoluer beaucoup, une fois que c’est stabilisé. Bien sûr, je ne raisonnais pas de la même façon à 18-20 ans qu’aujourd’hui. Mais aujourd’hui, je ne vois pas ces choses évoluer.

Et l’attitude, on en a parlé dans un épisode précédent, l’importance de l’attitude, c’est primordial, le savoir-être qui est encore plus important que le savoir-faire, c’est ce que j’expliquais dans un épisode il y a quelques semaines, je disais qu’il était plus important, par exemple, moi qui recrute des gens pour travailler avec moi dans le cadre de Français Authentique, eh bien il est important de se focaliser sur le savoir-être plutôt que sur le savoir-faire.

Le savoir-être, c’est l’attitude, c’est le fait d’être ponctuel, d’arriver à l’heure au rendez-vous, de faire de son mieux etc. Et tout ça, ça ne change pas ou très peu au cours d’une vie. C’est ton noyau dur, ton noyau en diamant, les valeurs, les principes, la philosophie de vie et l’attitude.

Une fois qu’on a ce noyau, qui est au centre, on n’a pas mis la pâte à modeler au milieu, ça ne marche pas, on met la pâte à modeler autour, et cette pâte à modeler, cette périphérie qui est malléable, en français, malléable, ça veut dire qui se déforme. Si on prend un matériau malléable, c’est un matériau qu’on peut déformer. Tu as bien compris que le diamant n’était pas du tout malléable alors que la pâte à modeler, elle, elle est malléable. La périphérie, ça va être tes objectifs. Tes objectifs court terme, moyen terme, long terme, eux, ils vont évoluer.

Je le vois de mon côté. Ça fait plusieurs années que je me fixe des objectifs. Et souvent, l’objectif même long terme que je me fixe, je me dis : « Tiens, dans 5-10 ans, j’aimerais atteindre ça », parfois il n’est plus valable un an après, parce que tout simplement j’ai changé, j’ai évolué. L’environnement a changé, les circonstances ont changé. Du coup, ça, il faut être malléable. Si tu te trompes et que tu mets tes objectifs dans la case noyau en diamant, tu vas avoir une vie beaucoup trop rigide, tu ne seras pas flexible. Donc, il faut garder cette flexibilité. Tu es obligé si tu veux avoir une vie qui te remplit de joie, pour laquelle tu es satisfait, tu as besoin de ça, d’avoir des objectifs quelque peu malléables.

Ça ne veut pas dire qu’il faut les modifier tous les jours, évidemment. Il faut avoir de la rigueur. Mais eux peuvent évoluer. Les croyances peuvent évoluer. D’ailleurs, il faut faire attention aux croyances limitantes. Les croyances limitantes, c’est des choses dont tu es persuadé, ça peut être conscient ou inconscient, et qui te limitent.

Par exemple, moi, longtemps, je me suis dit : « Je ne suis pas un bon manager. Je n’ai pas suffisamment de qualité pour vraiment gérer une équipe. Je préfère être dans le créatif, je préfère créer des systèmes ». C’était une croyance limitante. J’en suis tout à fait capable. D’ailleurs, même si je suis loin d’être parfait, ça correspond à une grande partie de mon travail au quotidien maintenant, de gérer et de diriger, d’être le leader d’une équipe. Et ça, ça s’apprend.

Donc ça fait partie, les croyances, de notre partie en pâte à modeler, la périphérie et tout le reste, les goûts, les choses que tu aimes ou que tu n’aimes pas, on peut changer de goût, les envies. J’ai envie de ça, envie de ça, ça, ça peut changer aussi. J’ai envie d’aller voir un match de foot et après je n’aime plus le foot, ça, ça peut changer, ça fait partie de la périphérie qui est en pâte à modeler.

Et ça va varier. Toute cette périphérie, elle va varier en fonction des expériences, tes réussites, tes échecs. Quand tu vas réussir des choses, ça va changer la périphérie. Quand tu vas avoir un échec, ça va changer aussi la périphérie, un peu comme un choc, une météorite qui viendrait taper ta personnalité et qui, localement, aurait déformé la pâte à modeler.

L’environnement, évidemment, va influencer aussi toute cette périphérie en pâte à modeler, les gens avec lesquels tu passes du temps. Jim Rohn disait : « Tu es la moyenne des cinq personnes avec lesquelles tu passes le plus de temps ». Ce qu’il voulait dire par là, c’est qu’on est très influencé par les gens avec lesquels on passe du temps.

Nos lectures vont nous influencer aussi. Plus tu vas lire, plus tu vas être influencé par le message des écrivains etc.

Donc, il y a plein de choses qui vont changer ta périphérie, des choses que tu maîtrises. C’est pour ça qu’il faut chercher à être dans un bon environnement, être avec des personnes positives, avec des personnes qui te font avancer, qu’il faut en permanence essayer d’apprendre, lire, écouter des choses positives, parce que toutes ces choses-là vont transformer ta périphérie en pâte à modeler. Donc, autant le faire de façon consciente plutôt que de mettre ta pâte à modeler à un endroit et d’attendre que le premier venu l’influence, parce qu’on peut être influencé évidemment d’une mauvaise façon.

Ce modèle, moi je le trouve plutôt cool, plutôt séduisant, ce modèle avec un cœur en diamant qui ne change pas et qui correspond à tes valeurs, tes principes, ta philosophie de vie, ton attitude, et une périphérie, ce qu’il y a tout autour de ce cœur en diamant, et qui, cette périphérie, est en pâte à modeler qui va changer relativement facilement, qui correspond à tes objectifs, à tes croyances, tes goûts, tes envies. Tout ça, ça va être façonné par ton environnement, par les personnes avec lesquelles tu passes du temps, par tes lectures, par tes expériences etc.

On en revient à un sujet aussi très important dont on a parlé dans un épisode précédent, dans lequel je disais qu’il fallait se connaître. On avait parlé de la grande citation de Socrate inscrite sur le temple de Delphes, « connais-toi toi-même ». C’est important de te connaître toi-même pour justement connaître la nature de ton cœur en diamant, savoir exactement de quoi est composé ce cœur en diamant, qu’est-ce qu’il y a dedans, à quoi tu dois faire attention.

Ça demande, tout ça, un petit travail d’introspection qui est passionnant, à mon avis. Donc, tu peux réécouter cet épisode peut-être sur le fait de se connaître, tu utilises la fonction de recherche sur n’importe quelle application de podcast. Et reste ouvert à bouger, faire bouger ta périphérie. C’est de la pâte à modeler. Et la pâte à modeler, c’est fait pour bouger, c’est fait pour être transformée.

J’espère que ça t’a plu. Si tu ne l’as pas encore fait, rends-moi un petit service et laisse un petit 5 étoiles sur l’application de podcast sur laquelle tu écoutes cet épisode.

Je te retrouve dans tous les cas mercredi prochain pour un nouvel épisode de « Marcher avec Johan ». Merci de m’avoir suivi. Salut !