Le subjonctif en français

Le subjonctif en français

Abonnez-vous à la chaine You Tube pour ne manquer aucune vidéo : cliquez ici.

Téléchargez le fichier MP3 ici.
Téléchargez le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Dans la vidéo d’aujourd’hui, je vais aborder un sujet très demandé : le subjonctif.

Bonjour les amis, merci de me rejoindre dans cette nouvelle vidéo de Français Authentique. Dans une vidéo précédente qui s’appelait Quelques bases de conjugaison en français, je parlais un petit peu des différents modes qu’il existait pour les temps dans la conjugaison française. Je vous parlais du mode indicatif qui est le mode du réel, du concret, puis, j’ai évoqué le subjonctif qui est le mode de l’incertain, de l’abstrait. Et depuis, il n’y a pas une journée qui se passe sans qu’on ne me demande : « Johan, fais-nous, s’il te plaît, une vidéo sur le subjonctif. » On me le demande par mail, sur Facebook, sur YouTube, sur Instagram. Partout où je suis, on me pose cette question, on me fait cette requête et j’ai longtemps résisté.

Je ne voulais absolument pas faire cette vidéo parce que le subjonctif, c’est un sujet qui est très théorique, très technique et ça va, si vous voulez, contre les principes de Français Authentique puisque je vous parle depuis des années de l’apprentissage du français en utilisant une méthode naturelle, c’est-à-dire que vous écoutez du contenu authentique (que vous comprenez et que vous aimez) et c’est ça qui vous fait vous améliorer en français. Là, on les voit ; mes références sont Steve Kaufman et il y a plein d’autres références comme celle-là (Stephen Krashen) qui sont vraiment partisans de ces méthodes d’apprentissage naturelle. Mais face à cette demande, face aux centaines de demandes que j’ai, j’ai décidé de vous aider et de faire une vidéo sur le subjonctif, mais attention : j’ai vraiment synthétisé le sujet parce qu’on pourrait parler du subjonctif pendant deux heures si on voulait – c’est très très complexe et très technique. Donc, j’ai simplifié un maximum le subjonctif pour vous aider à l’utiliser au quotidien et pour vous aider à comprendre les formes de subjonctif les plus répandues. Donc, on ne parlera pas de toutes les exceptions, on n’ira pas dans le détail, on ne parlera pas de tous les temps du subjonctif, je vais vraiment me focaliser sur son utilisation pratique au quotidien.

Si vous souhaiter aller plus loin derrière, absolument, aucun souci, il y a des tas de ressources, que ce soit sur Internet ou dans les livres de grammaire, qui vous permettront d’aller plus loin et d’étudier la théorie, mais ce n’est pas ce que vous aurez dans cette vidéo. Enormément de professeurs qui enseignent le français n’ont jamais appris de langue étrangère. Je ne dis pas ça de façon péjorative pour critiquer ou pour essayer de minimiser leur effort et leur légitimité, je dis juste que beaucoup de professeurs pensent vraiment au fond d’eux qu’on peut apprendre une langue en apprenant la théorie pure, qu’il suffit d’apprendre des règles par cœur et les appliquer à l’oral quand on parle pour maîtriser une langue étrangère. Et ils pensent ça, encore une fois, au fond d’eux parce qu’ils n’ont jamais eu la possibilité ou la chance d’apprendre à parler une langue étrangère. Et mon expérience personnelle (j’ai appris à parler l’anglais, j’ai appris à parler l’allemand, je suis en train d’apprendre l’italien) dans l’apprentissage des langues me montre que la réalité est bien différente de ça. A chaque fois que j’essayais d’apprendre une règle par cœur et que j’essayais de l’appliquer en parlant, j’ai échoué, à chaque fois, parce qu’on ne peut pas, quand on parle, quand on s’exprime, réfléchir à la théorie qu’on a apprise devant une feuille bien au calme. Donc, ça, ce n’est pas possible, à mon sens. A chaque fois que j’ai voulu assimiler des notions complexes en anglais, en allemand et maintenant en italien et que je les fait en écoutant beaucoup de contenu authentique que j’appréciais et que je comprenais, j’ai réussi. C’est donc pour cette raison qu’aujourd’hui, on n’ira pas dans le détail et on va regarder vraiment la théorie de façon ultra simplifiée.

Avant d’y aller, comme d’habitude (une très longue introduction de ma part), deux petits avertissements. Le premier : pas de stress. Le subjonctif, je pense que c’est la chose certainement la plus délicate pour vous à apprendre, c’est la chose qui est peut-être la moins intuitive pour une personne dont le français n’est pas la langue maternelle. Il y a beaucoup de raisons pour ça. Déjà, il y a beaucoup d’exceptions, beaucoup de choses à apprendre par cœur et le subjonctif, c’est une notion qui n’existe pas dans toutes les langues ; en anglais, par exemple, on n’a pas de subjonctif. En allemande, on a quelque chose qui s’y rapproche mais qu’on n’utilise pas tout à fait pareil. En fait, ce type de subjonctif est assez propre au français et à d’autres langues romanes. Donc, le subjonctif, ça va être quelque chose qui va vous poser problème pendant très longtemps certainement, donc, pas de stress, détendez-vous et dites-vous que ça fait partie de votre apprentissage du français.

Deuxième avertissement. J’en ai parlé un petit peu avant, mais je vais le redire là : ce n’est pas parce que vous aurez compris la théorie, ce n’est pas parce que vous aurez compris ce que je vais vous expliquer dans cette vidéo que vous saurez l’appliquer par magie directement à l’oral. A l’oral, on n’a pas le temps de réfléchir ; le seul moyen d’utiliser correctement le subjonctif à l’oral, ce sera de l’avoir assimilé, que ce soit quelque chose d’automatique et vous l’obtiendrez par l’écoute. Maintenant qu’on a fait ces deux petites parenthèses, on peut passer au subjonctif.

– Ben, dis donc, ce n’est pas trop tôt ! La prochaine fois, il faudrait essayer de faire une introduction un peu plus courte.

– OK, OK, j’essaierai.

Le subjonctif, c’est quoi ? La théorie est les livres vous disent que le subjonctif, c’est un mode que l’on utilise pour exprimer l’incertitude, le doute, une chose, en l’occurrence qui ne s’est pas passée et dont on n’est pas tout à fait sûr à l’opposé de l’indicatif qui est le mode du « je suis sûr, c’est réel, c’est concret ». Ça, c’est la théorie, c’est ce qu’on nous enseigne dans les livres de grammaire. On nous dit aussi qu’on emploie le subjonctif après des verbes qui émettent le doute, l’envie, l’obligation. Donc, le subjonctif, c’est cette notion un peu obscur et, même si ce que je viens de dire est plutôt vrai en général (puisqu’on peut exprimer l’envie en disant : « J’aimerais qu’il soit là. » au subjonctif, on peut exprimer l’obligation en disant : « Il faut que tu ailles dormir. » – subjonctif – ou on peut exprimer le doute en disant : « Il est possible qu’il vienne. ») Si je vous dis ça, si je vous dis que le subjonctif est utilisé après des verbes qui expriment l’envie, l’obligation, le doute, que ça exprime quelque chose d’incertain, vous ne pourrez pas l’utiliser. Vous allez devoir, quand vous parler à l’oral dire : « Bon, est-ce que je veux exprimer le doute, l’envie ? » C’est inutilisable si je vous l’explique comme ça.

Une façon plus simple de considérer le subjonctif, même s’il y a pas mal d’exceptions et ce n’est pas toujours vrai, c’est de se concentrer sur les trois exemples que je viens de prendre.

J’aimerais que tu sois là

Il faut que tu ailles

Il est possible qu’il vienne

Si on observe ces trois exemples – et je ne les ai pas choisi pour vous prouver ça – on voit qu’il y a le petit mot « que ». Donc, si on simplifie à l’extrême – encore une fois, c’est mon objectif ici de simplifier à l’extrême, il y a des tas d’exception – on dit qu’on utilise le subjonctif après la préposition ou le petit mot « que ». Et d’ailleurs, si vous regardez un petit peu dans les livres de grammaire ou les sites qui vous expliquent la construction du subjonctif, on va vous dire : « Le subjonctif, c’est une conjugaison précédée par « que ». » 9/10 vous allez voir qu’on dit « que + quelque chose ». Pour construire le subjonctif, on prend le radical du verbe conjugué à la troisième personne du pluriel, du présent de l’indicatif (vous me suivez ?) et on ajoute les terminaisons « -e, -es, -e, -ions, -iez et -ent », mais on va toujours vous dire : « Vous ajoutez « que » devant. » Par exemple, pour le verbe « parler », ce sera :

– que je parle

– que tu parles

– qu’il parle

– que nous parlions

– que vous parliez

– qu’ils parlent

Et pour le verbe « finir » :

– que je finisse

– que tu finisses

– qu’il finisse

– que nous finissions

– que vous finissiez

– qu’ils finissent

Il y a quelques exceptions, encore une fois, dans la construction de certains verbes dont on ne pas parler maintenant, par contre, ce qu’il est important d’assimiler et de connaître, ce sont les verbes irréguliers. Eh oui, il y a aussi des verbes irréguliers. Et même s’il en existe plus que ça, je vous recommande d’en connaître sept ; je vous recommande ces verbes-là parce qu’ils sont très utilisés. Vous avez les verbes « être » et « avoir » ; vous avez le verbe « faire », le verbe « aller », le verbe « vouloir », le verbe « savoir », le verbe « pouvoir », des verbes vraiment très très utilisés. Vous pouvez jeter un petit coup d’œil dans un livre de grammaire pour avoir la conjugaison de tous ces verbes ; je peux juste vous dire… à la première personne, on dit pour le verbe « être » : que je sois ; pour le verbe « avoir  »: que j’aie ; pour le verbe « faire » : que je fasse ; pour le verbe « aller » : que j’aille ; pour le verbe « vouloir » : que je veuille ; pour le verbe « savoir »  : que je sache ; pour le verbe « pouvoir » : que je puisse.

Je vous recommande vraiment d’apprendre la conjugaison de ces sept verbes au subjonctif par cœur parce qu’ils vous seront très utiles. Le subjonctif, c’est un mode, ce n’est pas un temps. Il est composé de quatre temps : le subjonctif présent, subjonctif passé, l’imparfait du subjonctif et le plus-que-parfait du subjonctif. Les deux derniers ne sont quasiment pas utilisés – un petit peu dans la littérature et encore, c’est très très peu utilisé – et pour ce qui est du passé, on l’utilise un petit peu, mais aujourd’hui, je voulais vraiment me concentrer sur le subjonctif présent.

En résumé, les amis, regardez peut-être cette vidéo plusieurs fois, essayer de trouver une livre ou une ressource pour comprendre un petit peu les exceptions liées à l’utilisation du subjonctif et pour le reste, pas de stress et écoutez beaucoup de français. Si vous m’entendez trente fois dire : « Il faut que j’aille dehors. » eh bien, ça sera assimilé, vous n’aurez pas besoin de réfléchir : « Alors, il a utilisé le subjonctif, etc. » Lorsque vous verrez quelqu’un et que vous voudrez dire que vous devez aller dehors, vous allez dire : « Il faut que j’aille dehors. », donc, vous assimilerez les subjonctif et les formes les plus utilisées en écoutant beaucoup de français qui vous intéresse et que vous comprenez.

Merci du fond du cœur de prendre le temps de regarder mes vidéos, ça me fait vraiment très très plaisir. Si vous souhaitez aller plus loin et plus vite dans votre apprentissage du français, que vous souhaitez parler le français, que vous souhaitez apprendre en prenant du plaisir et que vous souhaitez utiliser le subjonctif sans effort, je vous recommande mes cours, les trois packs de Français Authentique – vous aurez plus d’informations en suivant les différents liens qu’il y a en-dessous dans le « i » comme info par-là-bas (je me trompe toujours). Jetez un petit coup d’œil et rejoignez les près de 9.000 clients satisfaits par les cours de Français Authentique. Que vous vous les procuriez ou non, je vous dis à très bientôt pour une nouvelle vidéo.

Merci de me suivre. Salut !