Le passé simple expliqué de façon simple

Le passé simple expliqué de façon simple

Abonne-toi à la chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo : clique ici.

Télécharge le fichier MP3 ici.
Télécharge le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Salut ! Merci de me rejoindre. Aujourd’hui, je vais t’expliquer à quoi sert le passé simple en français de façon simple et compréhensible.

Merci d’être fidèle à Français Authentique. Vous êtes très nombreux à m’interroger sur le passé simple en français. Vous me dites tous : « Johan, parle-nous du passé simple. »

Déjà, ce qu’il faut savoir, c’est que le passé simple, on va le voir, il est très peu utilisé à l’oral, mais il fait quand même de la langue française, c’est un temps important. J’ai décidé aujourd’hui, d’expliquer mais de façon simple, très facile à comprendre et très résumé, à quoi il sert et quand est-ce qu’on l’utilise. Ça va être comparable à ce que j’avais fait pour ma vidéo « Imparfait ou passé composé ? », tu te souviens qu’on avait vu ça dans une vidéo. Je te mets le lien dans la description ou dans le « i » comme info si tu veux ouvrir un nouvel onglet et découvrir quand est-ce qu’on utilise l’imparfait, quand est-ce qu’on utilise le passé composé, fais-le dès maintenant. Et on continue maintenant avec le passé simple.

Cette vidéo va être en deux parties relativement courtes. Premièrement, la première chose qu’on va faire, ça va être de voir : Quand est-ce qu’on utilise le passé simple ? À quoi il sert ? Pourquoi on a inventé le passé simple ? La deuxième petite partie de cette vidéo consistera à voir comment conjuguer au passé simple. Et en toute fin de vidéo, je prendrai des exemples tiré de ce livre de Zola, L’Assommoir, puisque dans ce genre de roman, on a le passé simple qui est assez souvent employé. Donc, je te lirai deux extraits de L’Assommoir de Zola.

Quand est-ce qu’on utilise le passé simple ? Je vais te donner une définition simple et facile à comprendre. Le passé simple, il sert à exprimer une action du passé qui est brève et achevée. Il y a deux mots-clés ici dans ce que je viens de te dire. Le premier mot-clé, c’est que l’action décrite en utilisant le passé simple, elle est brève, c’est-à-dire qu’elle est courte, elle ne dure pas très longtemps, elle est soudaine et elle ne dure pas très, très longtemps. Et en plus d’être brève, elle est achevée, ça veut dire qu’elle est terminée, elle ne continue pas aujourd’hui, elle ne continue pas dans le présent.

Il y a deux exemples, que je t’ai préparés, d’emploi très simple du passé simple. Le premier, ce serait : « Tout à coup, il entendit quelqu’un frapper à la porte. Tout à coup, il entendit quelqu’un frapper à la porte. » Alors, c’est bref parce que c’est tout à coup, c’est une action très brève, ça ne dure même pas une seconde. On entend quelqu’un frapper à la porte de façon brève et rapide. Et c’est aussi une action qui est achevée. Quelqu’un a frappé à la porte, c’est fini aujourd’hui. Au moment où on raconte cette histoire, c’est terminé. Donc, c’est bref et achevé.

Un deuxième exemple, ce serait : « Son voisin entra dans la pièce et s’assit sur le canapé. Son voisin entra dans la pièce et s’assit sur le canapé. » Donc, deux verbes au passé simple pour décrire des actions brèves, parce que son voisin il est entré, donc le fait d’entrer ça ne dure même pas une seconde, et le fait de s’asseoir sur le canapé ça dure aussi à peine une seconde. Donc, le fait d’entrer et de s’asseoir, c’est une action très brève et une action achevée, puisqu’au moment où on raconte ça, il est déjà entré et il s’est déjà assis sur le canapé. Donc tu vois, c’est relativement simple à comprendre.

Souvent, le passé simple, il accompagne un contexte qui dure dans le temps et qui est décrit en utilisant l’imparfait. Donc, je t’ai préparé encore un autre exemple pour que tu comprennes ce que je veux dire par là : « Il était malade depuis une semaine quand soudain, il eut d’énormes maux de tête, Il était malade depuis une semaine quand soudain, il eut d’énormes maux de tête. » Donc, tu as une action passée qui dure longtemps, c’est la maladie, il était malade. On utilise ici l’imparfait parce qu’il était malade depuis une semaine, c’est une action qui dure longtemps, elle n’est pas brève, ça dure une semaine, donc on utilise l’imparfait.

Et pour la deuxième partie, « soudain, il eut d’énormes maux de tête », là on a une action qui est passée mais qui est brève, puisque les maux de tête, ils apparaissent subitement, ils n’apparaissent pas sur une semaine, ils apparaissent d’un coup, en quelques instants. C’est le fait d’avoir subitement mal à la tête, en un instant, qui est utilisé ici via le passé simple. Tu as une action longue qui est utilisée ou qui est conjuguée à l’imparfait, « il était malade », et une action brève qui est conjuguée au passé simple, « il eut d’énorme maux de tête ».

Tu le savais certainement déjà et tu le vois bien, quand je cite tous ces exemples, le passé simple, il est peu utilisé à l’oral. Tu ne m’entendras pas dire à un de mes amis : « Il était malade depuis une semaine quand soudain, il eut d’énormes maux de tête. » À l’oral, on ne parle pas comme ça, on ne dit pas ça. Le passé simple, c’est plutôt un temps de l’écrit et en particulier de récit. Dès qu’on veut raconter des choses, raconter des histoires, on utilise le passé simple. Tu le rencontres énormément dans les romans, dans les contes, dans les poèmes etc.

À l’oral, on utilise surtout le passé composé quand on veut raconter des choses qui se sont produites dans le passé, ou l’imparfait. Ce sont les deux temps qu’on utilise plutôt à l’oral. Et à l’écrit, on utilise plutôt, quand on raconte des histoires, le passé simple.

Une exception, c’est quand on lit un roman ou quand on raconte une histoire, un conte, là on utilise le passé simple à l’oral parce qu’on lit quelque chose. Tout à l’heure, quand je vais te lire des petits extraits d’Émile Zola, je parlerai au passé simple, mais je serai en train de lire quelque chose qui a été écrit. Quand je raconte des histoires à mes enfants le soir, j’aime raconter des contes, forcément, je parle au passé simple mais en racontant quelque chose qui est d’abord destiné à l’écrit.

Par exemple, il y a une phrase très célèbre qu’il y a à la fin des contes de princesse en français, c’est : « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » ; c’est-à-dire qu’ils ont vécu heureux et ils ont eu beaucoup d’enfants. Ça, c’est ce qu’on dirait à l’oral, mais à l’écrit, dans les contes, on dit : « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. » Donc si je lis ça, forcément, je vais utiliser le passé simple à l’oral. Mais dans les autres cas, on utilise plutôt le passé composé et l’imparfait quand on parle.

Je t’ai promis une deuxième partie dans laquelle je t’expliquerai brièvement comment conjuguer au passé simple. On ne va pas s’attarder énormément sur cette partie, puisqu’il y a plein de tableaux en ligne qui t’expliquent comment faire. Il faut juste que tu retiennes que la conjugaison varie en fonction des groupes. Il y a en français différents groupes, on classe les verbes selon différents groupes. J’ai fait une vidéo sur le sujet, que tu peux retrouver aussi dans le « i » comme info ou dans la description. Tu pourras regarder après. Et on a au passé simple quatre types de terminaisons. C’est le son qu’on entend à la fin.

On a premièrement la terminaison en « -a ». Donc ça, c’est une terminaison utilisée pour les verbes du premier groupe et pour le verbe « aller ». Pour le verbe aller par exemple, on va conjuguer au passé simple en disant : j’allai, tu allas, il ou elle alla, nous allâmes, vous allâtes, ils ou elles allèrent.

On a en deuxième catégorie les terminaisons en « -i » pour les verbes du deuxième groupe et pour certains verbes du troisième groupe. On va prendre un autre exemple, le verbe « faire », qui est un verbe du troisième groupe : je fis, tu fis, il ou elle fit, nous fîmes, vous fîtes, ils ou elles firent.

Nous avons une troisième catégorie, les terminaisons en « -u » pour certains verbes du troisième groupe. Par exemple, le verbe « pouvoir ». On va conjuguer le verbe « pouvoir » au passé simple : Je pus… Alors, je sais, ça faire rire les enfants, puisque « je pus », c’est le passé simple du verbe « pouvoir » mais c’est aussi, si on conjugue au présent, le verbe « puer », qui veut dire « sentir mauvais ». Donc, si je dis « je pue », ça veut dire « je sens mauvais ». Ici, « je pus », c’est le passé simple du verbe « pouvoir ». Tu l’as compris. Je pus, tu pus, il ou elle put, nous pûmes, vous pûtes, ils ou elles purent.

La quatrième catégorie, c’est la terminaison en « -in » pour les verbes « tenir » et « venir » ainsi que leurs dérivés. Si on prend par exemple le verbe « revenir », ça nous donne : je revins, tu revins, il ou elle revint, nous revînmes, vous revîntes, ils ou elles revinrent.

Encore une fois, on n’insiste pas là-dessus, il y a plein de détails sur internet avec des tableaux très bien faits pour que tu apprennes à conjuguer au passé simple.

Avant de résumer et de conclure, je voulais te lire deux petits extraits très court de L’Assommoir d’Émile Zola. Au passage, c’est vraiment un très, très bon livre. Alors après, le français, tu vas voir, le vocabulaire utilisé dans ce bouquin est assez complexe, mais c’est un excellent livre que j’ai beaucoup apprécié, un grand classique de la littérature française.

Le premier petit extrait que je vais te lire, c’est vraiment tout au début dans le deuxième paragraphe : « Quand Gervaise s’éveilla, vers 5 heures, raidie, les reins brisés, elle éclata en sanglots. Lantier n’était pas rentré. Pour la première fois, il découchait. Elle resta assise au bord du lit. »

Tu vois, « s’éveilla », « elle s’éveilla », ça veut dire « elle se réveilla » hein. Tu as « elle éclata en sanglots », c’est-à-dire « elle s’est mise à pleurer », « elle commença à pleurer » et elle resta assise au bord du lit. Des actions brèves. Le fait de se réveiller, c’est bref. Le fait de pleurer, d’éclater en sanglots, c’est bref, c’est court. Le fait de rester assis sur le lit, c’est court aussi. Donc, des actions brèves qui sont terminées au moment où on raconte l’histoire. Donc ça, c’était au début de L’Assommoir.

Et un autre petit extrait en fin de bouquin : « Mais on ne sut jamais au juste de quoi elle était morte. On parla d’un froid et chaud. Mais la vérité était qu’elle s’en allait de misère, des ordures et des fatigues de sa vie gâtée. Elle creva d’avachissement, selon le mot des Lorilleux. »

Alors ici, Gervaise, une des héros, meurt.  On dit qu’on ne sut jamais pourquoi ou de quoi elle était morte, quelle était la raison de sa mort. C’est le verbe « savoir », « on ne sut pas », on n’a jamais su en fait. « On parla d’un froid et chaud », on dit que peut-être elle avait eu trop chaud ou trop froid. Et enfin, on dit : « elle creva d’avachissement. » « Crever », ça veut dire « mourir », mais c’est familier et l’avachissement, c’est le fait de se laisser aller. Donc, elle serait morte en se laissant aller. Le fait qu’on n’ait pas su, on ne savait pas le fait qu’on parla, on a parlé d’un chaud et froid, et elle creva, ce sont encore une fois des actions brèves, courtes, qui sont dans le passé et qui sont achevées au moment où on raconte cette histoire.

Donc voilà, le passé n’a plus aucun secret pour toi. J’espère que ça t’a plu. Juste pour résumer, le passé simple sert à exprimer une action du passé brève et achevée. Il est souvent utilisé dans un contexte à l’imparfait, on l’a vu, où l’imparfait est une action longue et le passé simple, une action brève et courte. On l’utilise très peu à l’oral, on l’utilise beaucoup dans des récits, à l’écrit. Et il y a quatre types de terminaisons en fonction du verbe qu’on veut conjuguer.

J’espère que cette vidéo a été utile pour toi. Si c’est le cas, montre-le avec un petit J’aime, ça fait toujours plaisir. Tu peux aller jeter un œil à ma vidéo dans laquelle je te montre comment faire la différence entre l’imparfait et le passé composé en français. Tu retrouveras le lien en haut dans le « i » comme info et dans la description, en bas. Tu peux t’abonner évidemment à la chaîne You Tube de Français Authentique en activant les notifications pour ne rien manquer. Et je t’invite à laisser ta question en commentaires, s’il y a une chose que tu aimerais que j’approfondisse en français afin que tu puisses parler français de façon automatique, sans effort, et que tu apprennes en prenant du plaisir.

Merci de m’avoir regardé. À très bientôt. Salut !