Le NE explétif : c’est plus facile qu’il NE le semble

Le NE explétif : c’est plus facile qu’il NE le semble

Abonne-toi à la chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo : clique ici.

Télécharge le fichier MP3 ici.
Télécharge le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Salut cher ami ! Merci de me rejoindre pour cette nouvelle vidéo de Français Authentique et aujourd’hui, nous allons faire une vidéo grammaticale. Nous allons parler grammaire. Alors tu sais qu’il est contre la philosophie de Français Authentique de se focaliser énormément sur la grammaire, mais je pense qu’il est quand même intéressant et important, parfois, de s’intéresser à certaines notions même si tu as un niveau avancé parce que malgré tout, la grammaire pour une langue, c’est comme les fondations pour une maison. Tu as besoin d’avoir des bases solides et tu as besoin de comprendre un peu la mécanique et certains concepts. Donc, on m’interroge souvent sur un sujet dont on va parler aujourd’hui qui est ce fameux « NE » explétif, explétif. On m’a beaucoup interrogé sur ce sujet et notamment suite à une photo que j’avais publiée sur mon compte Instagram. Je montrais sur cette photo un sac qui contenait une baguette de pain que je venais d’acheter à la boulangerie et sur ce sac, il était écrit : « Il a fallu de nombreuses mains avant que ce pain ne finisse entre les vôtres ». « Il a fallu de nombreuses mains avant que ce pain ne finisse entre les vôtres ».

Alors moi, ce que j’expliquais via cette photo à la base, c’est qu’il y avait un petit paradoxe puisque l’argument marketing utilisé qui était de dire que c’est un produit artisanal, (beaucoup de mains ont travaillé pour le fabriquer), c’était paradoxal parce qu’on était en pleine crise du coronavirus où, justement, il ne valait mieux pas qu’il y ait beaucoup de mains qui touchent le pain. Donc, j’ai posté cette photo pour faire une blague et montrer ce petit paradoxe en disant : « Bien voilà, c’est pas un très bon argument marketing ». Et quand j’ai montré cette photo, beaucoup de gens m’ont interrogé et m’ont dit : « Mais pourquoi il y a “NE”  » ? Pourquoi on dit : « Il a fallu de nombreuses mains avant que ce pain NE finisse entre les vôtres » ? C’est quoi ce « NE » ?

Eh bien, ce « NE », c’est tout simplement le « NE » explétif et derrière ce nom un peu barbare – ça paraît complexe, ça paraît obscur – il y a une idée qui est très, très simple ; très, très simple.

Ce qu’il faut déjà comprendre, le plus important, c’est que ce « NE », il n’a absolument rien à voir avec la négation. Tu sais qu’en français, pour nier quelque chose, pour passer à la négation, on utilise « NE…pas », « NE…plus ». Ça, c’est pour utiliser la négation. Par exemple : « Je NE viens pas. » Le « NE » et le « pas », c’est la négation. Ou : « Je NE veux plus. » Le « NE », et le « plus », c’est la négation.

Le « NE » explétif, c’est différent. Ce n’est pas parce que tu vois un « NE » que c’est une négation. Dans la majorité des cas, oui, mais pour être sûr que ce soit une négation, il faut qu’il y ait autre chose (pas, plus, etc.) Donc, ici, ce « NE » explétif n’a rien à voir avec la négation. « Explétif », ça veut dire « qui n’est pas obligatoire, qui n’est pas nécessaire ». Et le « NE » explétif, c’est un « NE » qui n’est pas obligatoire, il n’est pas nécessaire, tu n’es pas obligé de le mettre. Il ne modifie pas le sens d’une phrase, mais on l’ajoute seulement pour donner de l’élégance. Tu sais, parfois, les Français, on a tendance à compliquer les choses pour rien et on le voit dans la langue française, mais il est là pour ajouter un peu d’élégance. Donc, on l’utilise plutôt, ce « NE » explétif, dans le langage soutenu, dans le langage écrit. A l’oral, le boulanger il aurait probablement dit : « Il a fallu de nombreuses mains avant que ce pain finisse entre les vôtres ». Il n’aurait pas dit le « NE ». A l’écrit, pour faire un peu plus beau, un peu plus soutenu, on dit : « Il a fallu de nombreuses mains pour que ce pain NE finisse entre les vôtres ». A l’oral, le boulanger, il m’aurait dit : « Il a fallu de nombreuses mains pour que ce pain finisse entre les vôtres. » C’est le « NE » explétif. Il n’est pas obligatoire.

Bien sûr, le « NE » explétif, on ne peut pas l’ajouter n’importe où et n’importe comment. On ne peut pas ajouter un « NE » quand on veut juste pour faire beau. On le trouve essentiellement après certaines locutions. Par exemple, « avant que » ou « à moins que ». Si tu dis par exemple : « Allons dans le jardin avant qu’il NE pleuve. », c’est le « NE » explétif. « Allons dans le jardin avant qu’il NE pleuve », c’est plus élégant que de dire « Allons dans le jardin avant qu’il pleuve », mais ça marche aussi.

Tu peux par exemple dire : « J’irai au travail en métro, à moins qu’il N’y ait une grève ». « J’irais au travail en métro, à moins qu’il N’y ait une grève. » Tu aurais pu dire « à moins qu’il y ait une grève », ça aurait marché aussi.

On utilise aussi beaucoup le « NE » explétif après des expressions qui montrent la crainte, qui montrent la peur ou qui montrent l’empêchement. Tu peux par exemple dire : « J’ai peur qu’il NE soit trop tard. » Attention cependant, on ne peut pas ajouter de « NE » explétif dans une phrase où il y a une négation, sinon on aurait deux fois « NE », ce ne serait pas beau. Donc le « NE » explétif, c’est uniquement dans des phrases affirmatives dans lesquelles il n’y a donc pas de négation, il n’y a pas « NE…pas ».

Mon conseil, cher ami, pour toi qui es non-francophone, pour qui la langue française n’est pas la langue maternelle, je te conseille tout simplement de ne pas forcément chercher à l’utiliser. On l’a vu, il n’y a pas d’obligation, ce n’est pas grammaticalement faux de ne pas l’utiliser. Donc, apprends en premier lieu à faire la différence entre le « NE » de la négation qui est obligatoire et le « NE » explétif. Ça, c’est ta priorité : c’est de savoir reconnaître quand tu rencontres « NE » dans une phrase, savoir reconnaître si c’est le « NE » de la négation ou le « NE » explétif. Tu dois savoir les reconnaître parce que le premier est obligatoire, le deuxième ne l’est pas.

Pour l’utilisation, pour savoir quand l’utiliser, le mieux, c’est de beaucoup écouter de français parce que ce genre de choses, ça se fait au feeling. Tu ne peux pas ajouter un « NE » en te disant : « Tiens, là, ça exprime la crainte ou ça exprime la peur ou l’empêchement. Je vais mettre un« NE » explétif. » T’as pas le temps quand tu parles à l’oral. Il faut que ce soit du feeling. Tu dis : « On sort les amis avant qu’il NE pleuve. » Le « NE », il sort comme ça, automatiquement, sans que tu réfléchisses. Le seul moyen de faire ça, c’est que ce soit un réflexe, c’est que ça fasse partie de ton feeling, que tu sentes que c’est mieux et il n’y a rien de tel pour atteindre ce feeling que d’écouter beaucoup, beaucoup, beaucoup de français.

Donc voilà, c’est une question qu’on m’a beaucoup posée. J’espère y avoir répondu aujourd’hui. Le « NE » explétif n’est pas le « NE » de la négation. Il n’est pas obligatoire. On l’ajoute surtout dans certaines phrases pour ajouter une touche de langage soutenu. Et donc, on l’utilise essentiellement à l’écrit. Tu n’es pas obligé de l’utiliser, à moins que tu NE souhaites parler en langage soutenu. T’as vu ? J’ai utilisé le « NE » explétif.

Merci de suivre les vidéos de Français Authentique. Si tu as aimé cette vidéo, si elle t’a aidé, eh bien montre-le-moi grâce à un petit pouce en l’air, un petit « j’aime ». On apprécie toujours. Tu peux me dire en commentaire ce que tu souhaites que j’approfondisse. D’autres notions de grammaire peut-être ? Nous lisons tous les commentaires, nous notons tous les sujets, donc, n’hésite pas à me faire des suggestions. Et bien sûr, abonne-toi à la chaîne, mets les notifications, active-les pour être informé de chaque nouvelle vidéo qui sortira à l’avenir.

Merci de ta confiance, à très bientôt. Salut !