La règle française la plus misogyne

La règle française la plus misogyne

Ressource(s) évoquée(s) dans l’épisode :

 

(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Transcription de l’épisode :

Salut, cher(e)s ami(e)s ! Bienvenue dans ce nouvel épisode de… Allez, on va l’appeler “Roulez avec Johan” puisque ça fait, je crois que c’est la cinquième semaine de suite que je ne suis pas en train de marcher en forêt, mais que je suis dans ma voiture. Il y a plusieurs raisons pour ça. Habituellement, je le dis pour les nouveaux, j’ai tendance à enregistrer des épisodes de “Marchez avec Johan” en marchant, évidemment. C’est pour ça qu’on l’a appelé “Marchez avec Johan”. Mais là, depuis un certain temps, depuis l’arrivée de mon fils Raphaël, depuis la naissance de mon fils Raphaël, j’ai un tout petit peu moins de temps. Et comme je passe du temps en voiture, je préfère utiliser ce temps pour enregistrer ces épisodes. Je te rassure, le contenu est exactement le même puisque voilà, moi je me prends quelques notes, je réfléchis à un sujet et j’aborde ce sujet de façon spontanée. Donc, que je le fasse spontanément en marchant ou spontanément en roulant, c’est un peu la même chose et je le fais en toute sécurité puisque je suis sur autoroute et je ne dois pas tenir le micro. J’ai un petit système, donc tout va bien.

Pour les nouveaux, pour ceux qui ne sont pas au courant, on a une lettre d’information de Français Authentique qui te permet chaque semaine de recevoir gratuitement deux contenus exclusifs : un le mercredi, un le vendredi. Donc si ça t’intéresse, vas voir dans la description de cet épisode pour t’y inscrire. Tu donnes ton adresse mail et tu reçois tes deux e-mails chaque semaine.

Le sujet du jour, c’est la règle française la plus misogyne. Alors le mot misogyne, je pense qu’il convient d’être expliqué. Misogyne, ça veut dire qui méprise les femmes, qui méprise les femmes, qui est négatif à l’égard des femmes, qui pense sans toujours le dire, mais qui le pense en tout cas, que les femmes sont inférieures aux hommes. C’est ce qu’on appelle la misogynie. Et quelqu’un qui agit comme ça, c’est quelqu’un qui est misogyne. Tu as peut-être déjà entendu le mot macho. On l’utilise beaucoup en français. Il a le même sens. Misogyne, macho, qui méprise les femmes.

Et alors bien sûr, il y a eu beaucoup de progrès, je dirais ces 40, 50 dernières années en ce qui concerne le poids des femmes, les droits des femmes et la reconnaissance des femmes. Il reste évidemment beaucoup, beaucoup de travail sur le sujet. Malheureusement, il n’y a pas encore de vraie égalité homme femme. La misogynie existe toujours, mais je pense que voilà, on est sur la bonne voie, ça progresse et ça continuera de progresser.

Tu te demandes peut-être quel est le lien entre ce que je t’explique là, la misogynie et la langue française. Et en fait, ce que je voudrais partager avec toi aujourd’hui, c’est une règle de la langue française qu’on entend quand on est jeune, quand on est enfant. Je me souviens très bien de l’avoir entendu quand j’étais à l’école primaire en fait.

Quand on apprend à accorder des adjectifs, des adjectifs qui sont masculins ou féminins, on nous dit que quand il y a un adjectif masculin et un adjectif féminin, ou quand un nom plutôt, quand on a deux noms, un nom masculin et un nom féminin et qu’on a un même adjectif, on l’accorde comme si c’était deux noms masculins parce que, et ça je m’en souviens, c’est gravé dans ma mémoire, on dit  que c’est le masculin qui l’emporte. Ça, c’est misogyne de dire : le masculin l’emporte sur le féminin. Et c’est exactement ce qu’on fait.

Alors, je te donne juste des exemples.

Quand tu as deux noms masculins, par exemple tu vas dire j’ai… ou quand tu as un pluriel masculin, tu vas dire : J’ai deux t-shirts blancs. Blancs va être masculin parce qu’on parle de t-shirt. C’est un t-shirt. J’ai deux t-shirts blancs.

Si tu as un nom ou deux noms féminins, on prend le mot chemise, là, tu vas accorder chemise, tu vas accorder blanche et tu vas avoir deux chemises blanches. Donc quand tu as deux masculins, c’est deux t-shirts blancs, on accorde au masculin. Quand tu as deux féminins on dit deux chemises blanches, on accorde au féminin.

Et quand tu as un de chaque, alors ? Est-ce que tu dis une chemise et un t-shirt blanches ? Une chemise et un t-shirt blancs ? Comment tu fais?

Eh bien, c’est là où cette fameuse règle s’impose et on te dit que c’est le masculin qui l’emporte. Quand tu as un nom masculin et un nom féminin, eh bien, tu accordes l’adjectif au masculin parce que c’est le masculin qui l’emporte.

On te conseille, quand tu as un t-shirt et une chemise par exemple, le masculin l’emporte, mais on va mettre le masculin en deuxième position. On ne va pas dire un t-shirt et une chemise blancs parce que tu aurais blanc et chemise côte à côte. Ça ne serait pas beau. Donc, on mettra le nom masculin en deuxième. Donc on commence par le nom féminin, on met le nom masculin en deuxième et on accorde au masculin parce que c’est le masculin qui l’emporte.

Donc, on dira ici, une chemise et un t-shirt blancs. On ne dira pas un t-shirt et une chemise blancs. Donc, tu comprends l’idée. Je voulais te rappeler cette règle ou t’enseigner cette règle de grammaire française et lier ça un petit peu à la société en fait, parce que je comprends bien qu’on a fait ça en français par souci de simplification. Ça aurait été très, très lourd de dire : un t-shirt blanc et une chemise blanches. Ça aurait fait de la répétition, ça aurait été lourd, donc c’était beaucoup plus simple de dire bon, écoutez, c’est le masculin qui l’emporte. Donc, on dit une chemise et un t-shirt blancs. Donc c’est vraiment un souci de simplification qui a été fait.

Je pense que ceux qui ont décidé ça étaient des hommes, clairement, puisqu’on aurait très bien pu décider que ce soit le féminin qui l’emporte. Donc ici, le souci de simplification, je le salue, mais bien sûr, beaucoup de personnes, notamment des femmes, aimeraient qu’on donne plus de visibilité au féminin, que le féminin soit un peu plus visible, qu’on le voit plus dans la langue française, notamment dans les noms. Par exemple, qu’on dise les marchands et les marchandes. C’est un exemple, au lieu de dire les marchands au sens général, souvent on va dire les marchands, ce sont des gens qui vendent des choses, des marchandises justement. Mais on va dire les marchands pour parler d’hommes et de femmes, eh bien, certains voudraient qu’on dise les marchands et les marchandes pour montrer qu’il y a des femmes, alors que le mot marchand, on comprend bien qu’il est ici au sens global, c’est-à-dire au sens masculin plus féminin : tous les hommes plus toutes les femmes. Mais donc, on a des gens qui aimeraient qu’on dise les marchands et les marchandes, et pas seulement les marchands. Donc qu’on donne plus d’importance à la femme.

Ils aimeraient aussi, pour certains, qu’on utilise à l’écrit ce qu’on appelle l’écriture inclusive, c’est-à-dire, au lieu de dire les marchands ou qu’on écrive les marchands ou qu’on écrive les marchands et les marchandes, eh bien, qu’on écrive les marchands, qu’on mette un point («.») et un «e» pour dire que c’est soit les marchands, soit les marchandes. Donc, tu écris marchands, un point («.»), un «e», et ça t’indique, en fait qu’on parle ici des marchands et des marchandes. On mettrait un «s» si c’est au pluriel.

Donc moi, personnellement, je trouve que ça alourdit beaucoup l’écriture. Si on dit les marchands au sens large et que ça inclut les hommes et les femmes, je trouve ça personnellement non choquant. Je ne trouve pas ça choquant non plus, même si je suis très, très loin d’être misogyne et de dire les hommes sont supérieurs aux femmes, etc., ce n’est pas du tout ma façon de penser. Je pense que la règle que j’ai décrite aujourd’hui, avec l’accord de l’adjectif en fonction des noms, si on a un nom masculin et féminin, je pense que c’est une règle correcte par souci de simplification et je ne pense pas personnellement que c’est faire offense aux femmes que de dire, comme je l’ai dit tout à l’heure, les chemises et les t-shirts blancs. Pour moi, c’est une simplification qui est utile et que je trouve OK. Pour moi, le français n’est pas forcément une langue misogyne. Il a essayé de simplifier et comme évidemment, lorsque ces règles ont été établies, c’était les hommes qui avaient beaucoup plus de pouvoir et à l’époque, il y avait beaucoup de misogynie, eh bien, ils ont choisi de dire que c’était le masculin qui l’emportait.

Personnellement, ça ne me dérange pas, mais j’aimerais beaucoup connaître ton avis. Donc, tu peux très bien m’écrire sur les différents réseaux sociaux de Français Authentique, sur Facebook, sur Instagram pour me donner ton avis. Surtout si tu es une femme d’ailleurs, parce que c’est intéressant pour moi de savoir ce que pensent les femmes. Moi, je suis un homme. À la limite, je ne suis pas du tout bien placé pour juger et tu peux aussi aller voir la description de cet épisode pour tout simplement rejoindre la lettre d’information de Français Authentique et obtenir chaque mercredi et chaque vendredi un e-mail de contenus exclusifs pour progresser en français.

Merci de m’avoir suivi. A bientôt pour un nouvel épisode de “Marchez avec Johan” ou “Roulez avec Johan”.

À bientôt !