Il a une épée de Damoclès au-dessus de la tête

Il a une épée de Damoclès au-dessus de la tête

Dans l’épisode d’aujourd’hui, je t’explique le sens de l’expression “Il a une épée de Damoclès au-dessus de la tête”

J’attends ton avis sur Facebook : clique ici.

Ressource(s) évoquée(s) dans l’épisode :

 

(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Transcription de l’épisode :

Salut ! Bienvenue dans ce nouvel épisode du podcast de Français Authentique. Je suis très honoré que tu aies décidé de passer une petite dizaine de minutes avec moi pour parler français et surtout pour apprendre le sens d’une nouvelle expression. Aujourd’hui, je vais t’expliquer le sens de l’expression « il a une épée de Damoclès au-dessus de la tête ». Je remercie notre ami Charles qui m’a interrogé sur You Tube et qui m’a suggéré cette expression.

« Il a une épée de Damoclès au-dessus de la tête », tu vas voir, c’est très simple. C’est une expression que tu peux rencontrer dans plein de contextes différents, aussi bien dans des films français, des séries, des romans et même au journal télévisé, au journal de 20 heures. Donc, c’est très intéressant de connaître le sens de cette expression.

Si justement tu as envie d’en savoir plus et si tu as envie de réviser un peu cet épisode du podcast, je te propose de télécharger dès maintenant la fiche PDF qui accompagne la leçon d’aujourd’hui. Tu la trouveras dans la description de cet épisode de podcast. C’est un PDF tout simple, c’est quelque chose de très simple, mais où je reprends un peu l’explication des mots de l’expression et les exemples que je vais utiliser pour toi. Donc, tu vas en bas, tu télécharges gratuitement la fiche PDF, et en même temps, tu seras automatiquement inscrit à la lettre d’information de Français Authentique. Donc, tu fais d’une pierre deux coups.

En ce qui concerne l’expression, on va étudier surtout les mots « épée », la « tête », « Damoclès » et « au-dessus ».

L’épée ou une épée, je pense que tu connais ce mot, c’est un objet, c’est une arme qui est tranchante, qui est coupante. On l’utilise pour couper ou pour faire mal à quelqu’un. C’est une arme qui a été utilisée de façon très célèbre par les chevaliers au Moyen Âge, ils avaient de grandes épées pour se battre et pour se défendre. Donc ça, c’est une épée, un objet tranchant, qui est une arme.

Au-dessus, c’est relativement simple, ça veut dire « plus haut ». Si je mets la main au-dessus de ma tête, eh bien elle est plus haute que ma tête, elle est au-dessus, elle est plus haute. Le contraire d’au-dessus, c’est « en dessous », qui veut dire « plus bas ». Plus haut, au-dessus ; plus bas, en dessous.

La tête, je pense que c’est clair également, c’est une partie du corps qui, par exemple, renferme le cerveau ou la bouche ou le nez. Donc, c’est tout ce qui est au-dessus de ton cou, ça c’est la tête.

Et le mot certainement le plus important ou le plus intéressant pour bien comprendre cette expression, c’est le mot « Damoclès », qui est en fait un nom propre et qui est un personnage qui vient d’une légende grecque. Damoclès était quelqu’un qui flattait sans cesse un roi. Il lui disait : « Vous êtes si puissant, vous êtes si riche », il faisait tout le temps plein de compliments au roi pour lui montrer que celui-ci avait une superbe vie.

Un jour, le roi l’a invité Damoclès à un repas, et il a voulu lui faire comprendre que sa situation de roi n’était pas si facile que ça et c’était une position risquée qui pouvait être remise en question à tout moment. Donc, ce qu’a fait le roi, il a placé à l’endroit où allait s’assoir Damoclès, il a placé en hauteur une épée. Et cette épée, elle était suspendue, c’est-à-dire qu’elle pendait en l’air, elle était juste tenue par un petit fil très fin. Il a demandé à Damoclès de s’assoir à cet endroit-là.

On comprend bien l’image hein. L’épée, comme elle n’était tenue, elle était suspendue par un tout petit fil, eh bien elle pouvait tomber à tout moment. Et si elle tombait, elle pouvait tuer Damoclès. L’idée, c’était de lui montrer qu’il y avait un danger constant, que la position du roi n’était pas si formidable que Damoclès le pensait. C’est une situation risquée, dangereuse et qui, à tout moment, pouvait changer.

Cette histoire, c’est elle qui a donné naissance à la fameuse épée de Damoclès et c’est elle qui a donné le sens à cette expression que nous utilisons encore aujourd’hui, certainement 2000 ans après que cette légende grecque ait été écrite.

Aujourd’hui, quand on parle d’une épée de Damoclès qui est au-dessus de notre tête, on parle d’une situation dans laquelle on est en danger constant. On court un risque et ce risque peut avoir de grandes conséquences, et il peut nous toucher à tout moment. On n’a aucune sécurité, aucune certitude, on est en danger constant.

Je vais prendre trois exemples, comme d’habitude, pour que tu saisisses bien comment on peut, aujourd’hui, utiliser ou entendre cette expression « avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête ».

La première qui me vient en tête, ce serait celle qui concerne l’économie des pays occidentaux. On pourrait dire que tous les pays occidentaux : les États-Unis, les pays européens, l’Australie etc. tous ces pays ont une épée de Damoclès au-dessus de la tête parce que leur dette est énorme, ils ont des dettes énormes. Ces pays ont emprunté beaucoup d’argent.

Si jamais les taux d’intérêt augmentaient… Les taux d’intérêt, c’est quand on te prête de l’argent, on te demande de payer un peu plus, puisque si la banque me prête de l’argent, si elle me prête 1 000 €, elle aimerait que je lui rembourse progressivement mais qu’à la fin je lui ai payé un peu plus que 1 000 €, sinon elle n’a pas d’intérêt à me prêter de l’argent. Le taux d’intérêt, c’est justement la quantité d’argent que va toucher la banque en contrepartie de ce prêt.

Et si ceux qui ont prêté de l’argent à tous les pays occidentaux décident que les taux augmentent… Évidemment, d’un point de vue économique, c’est difficile, puisque ceux qui décident des taux sont aussi ceux qui ont un intérêt à ce que l’État n’ait pas de problèmes. En tout cas, si jamais ces taux montaient, les pays qui sont très endettés auraient un gros problème. Et ce risque qui pèse sur eux tous les jours au quotidien, on peut dire qu’il est équivalent à l’épée de Damoclès. Donc tous ces États, tous ces pays ont une épée de Damoclès au-dessus de la tête, ils courent un risque. En tout cas, ils ont à faire face à un danger qui est constant, ils n’ont aucune sécurité financière.

Un autre exemple serait de dire : « Mon cousin n’est pas en bonne santé. Il mange mal, il ne fait pas de sport, il est un peu en surpoids, il est un peu trop lourd, il ne dort pas bien, il regarde énormément la télé. On peut dire qu’il a une épée de Damoclès au-dessus de la tête parce que finalement il peut tomber gravement malade à tout moment ». Donc, il est en danger constant face à sa situation en ce qui concerne sa santé. Il est en danger, il court un risque et il peut à tout moment avoir un problème avec de graves conséquences. Il n’a pas de sécurité, pas de certitude, il a une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

Et enfin, un autre exemple serait pris dans le cadre du travail, dans une entreprise. Tu as un ouvrier qui fait mal son travail, mais alors très mal. Un de ses amis dit que ce n’est pas possible, il a une épée de Damoclès au-dessus de la tête. En disant ça, l’ami dit qu’il peut finalement se faire renvoyer à tout moment, il peut perdre son travail à tout moment, donc il est dans une situation de danger. Il court un risque constant, il n’a pas de sécurité, pas de certitude, il peut perdre son travail, il a une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

Ce que je te propose de faire maintenant, c’est de pratiquer ta prononciation. Donc, je vais répéter un certain nombre de phrases, on va conjuguer à l’imparfait. Ça te permettra de travailler d’une part un peu ta conjugaison de façon automatique, authentique, et d’autre part, tout simplement, de pratiquer ta prononciation. Donc, fais bien cet exercice et répète après moi. Je vais te laisser des petits blancs à chaque fois. On y va.

J’avais une épée de Damoclès au-dessus de la tête

Petite remarque ici, j’ai dit : « j’avais z’une », donc je fais la liaison. « J’avais » se termine par une consonne, « une » commence par une voyelle, donc on fait la liaison. Ici, c’est une liaison qui n’est pas obligatoire, mais qui donne l’aspect d’un langage un peu plus soutenu. Donc, on y va, on termine sans interruption.

Tu avais une épée de Damoclès au-dessus de la tête

Il avait une épée de Damoclès au-dessus de la tête

Elle avait une épée de Damoclès au-dessus de la tête

Nous avions une épée de Damoclès au-dessus de la tête

Vous aviez une épée de Damoclès au-dessus de la tête

Ils avaient une épée de Damoclès au-dessus de la tête

Elles avaient une épée de Damoclès au-dessus de la tête

Très, très bien ! N’oublie pas d’aller télécharger la fiche PDF gratuite, elle est en description de cet épisode, pour avoir un peu le résumé de tout ce qu’on a dit, les exemples etc. Tu seras automatiquement abonné à la lettre d’information de Français Authentique.

Merci d’avoir suivi cet épisode. À très bientôt pour du nouveau contenu en français authentique. Salut !