Etudions un extrait du roman “demain” de Guillaume Musso

Etudions un extrait du roman “demain” de Guillaume Musso

Abonne-toi à la chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo : clique ici.

Télécharge le fichier MP3 ici.
Télécharge le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Salut ! Aujourd’hui, nous allons étudier ensemble un extrait d’un roman de Guillaume Musso qui s’appelle Demain.

Merci de me rejoindre. J’espère que tu vas bien. Comme nous l’avions fait pour Le petit prince, je vais te laisser un lien dans la description, ici, ou dans le « i » comme info, ici, pour que tu puisses aller jeter un œil sur cette vidéo du Petit prince. On avait tout simplement étudié ensemble un extrait de ce livre.

Aujourd’hui, je souhaite te proposer d’étudier un extrait d’un autre roman un peu plus contemporain, c’est-à-dire un peu plus récent de Guillaume Musso, c’est un bouquin qui s’appelle Demain. Je sais que vous êtes nombreux à aimer Musso, donc j’ai trouvé que c’était une bonne idée de te proposer ça pour cette vidéo.

Comme je l’ai proposé la semaine dernière, il y a une fiche PDF à télécharger. Dans la description de cette vidéo, tu peux obtenir gratuitement une fiche PDF. Tu entres ton adresse e-mail, tu reçois immédiatement le PDF avec les différents extraits que je vais lire, les explications du vocabulaire etc. Et tu seras automatiquement ajouté à la lettre d’information de Français Authentique. Donc, tout est dans la description de cette vidéo.

On va travailler en trois parties. Je vais faire une courte description dans un premier temps, je vais te donner quelques informations rapides sur Guillaume Musso, qui il est etc. Ensuite, on va parler de l’histoire globale de l’ouvrage Demain. Et ensuite, la troisième partie, qui sera un peu plus longue, ce sera celle dans laquelle je vais lire un passage et je vais t’expliquer un certain nombre de mots de vocabulaire, et je vais t’expliquer le sens du bouquin. C’est ce qu’on avait fait pour Le petit prince, ça avait bien plu à l’audience, donc on va répéter ça aujourd’hui.

Qui est Guillaume Musso ? Quelques petits chiffres, quelques petites informations. C’est un romancier français qui est né en 1974 à Antibes. Ça se trouve pas très loin de la ville de Nice, dans le Sud-Est de la France, dans la région PACA, Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Il était passionné des États-Unis. Il a séjourné à New-York pendant un certain temps, dans sa jeunesse. Dans plusieurs de ses livres, il en fait référence, il en parle. Il a même un bouquin qui s’appelle Central Park. Donc, on sent l’influence des États-Unis dans son écriture.

Son premier roman, il l’a écrit en 2001. Ca s’appelait Skidamarink. Son premier gros succès, il l’a rencontré en 2004 avec son livre Et après, qui a été vendu à 2 millions d’exemplaires, qui a été traduit dans 20 langues et qui a même été repris au cinéma. Donc Et après, ça a été son premier gros succès. Ensuite, après 2004, il a enchainé les livres. Il écrit, il publie environ un livre par an. Il rencontre toujours un succès fou. Et c’est l’auteur français le plus lu depuis une dizaine d’années. En 2020, rien qu’en 2020, en une année, il a vendu 1,5 millions de livres.

Le roman Demain dont on va parler, c’est son dixième roman qui est sorti en 2013. Alors, je ne vais pas te spoiler le livre. Spoiler, ça veut dire raconter un secret, dévoiler une histoire. Donc, je ne peux pas trop t’en parler. Si tu veux le lire, il ne faut pas que je te raconte vraiment ce qui s’est passé. Je peux juste te dire que ça se passe à New-York. Comme je te le disais, il a toujours été influencé par les États-Unis.

Je peux te dire que c’est un livre dans lequel il y a beaucoup de suspens, qui est assez plaisant à lire et qui rencontre un certain succès. Musso en général, mais je sais que ce bouquin en particulier, a été apprécié par pas mal de membres de l’académie Français Authentique. Donc, ça peut être une bonne idée pour toi. Je vais te lire la quatrième de couverture, c’est l’arrière du livre, pour que tu te fasses une idée de l’histoire.

Emma vit à New-York. L’héroïne s’appelle Emma, comme ma fille. À 32 ans, elle continue à chercher l’homme de sa vie, c’est-à-dire elle cherche à trouver l’amour. Matthew habite Boston. Il a perdu sa femme dans un terrible accident et élève seul sa fille. On apprend ici que sa femme est décédée. Ils font connaissance grâce à Internet, et désireux de se rencontrer, se donnent bientôt rendez-vous dans un restaurant de Manhattan. Donc, Emma et Matthew, ils font connaissance, ils apprennent à se connaître sur Internet et ils décident de se rencontrer à Manhattan, à New-York.

Le même jour, à la même heure, ils poussent chacun à leur tour la porte de l’établissement, sont conduits à la même table et pourtant, ils ne se croiseront jamais. C’est bizarre, on apprend que le même jour, à la même heure, ils rentrent dans le restaurant, le serveur les amène à la même table, mais finalement ils ne se rencontrent pas. Ça attire un petit peu la curiosité, cette histoire.

Jeu de mensonges ? Fantasme de l’un ? Manipulation de l’autre ? On demande est-ce quelqu’un a menti, puisque chacun dit qu’il est allé à cet endroit-là le même jour. Est-ce quelqu’un a menti ? Est-ce qu’il manipule l’autre etc. C’est la question qu’on se pose. Et on nous dit ensuite : Victimes d’une réalité qui les dépasse, Matthew et Emma vont rapidement se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un simple rendez-vous manqué.

Donc là, je ne vais pas te donner la suite, mais on va apprendre dans le bouquin pourquoi et comment c’est possible que deux personnes qui arrivent le même jour à la même heure dans le même restaurant et vont à la même table ne se rencontrent pas. Ça donne envie de le lire, n’est-ce pas ? Et plutôt que de lire le bouquin, donc je te laisserai aller voir si ça t’intéresse. Il fait 530 pages quand même, 530 pages de français. Ça reste un langage relativement accessible, même aux non francophones. Donc, ça peut être intéressant pour toi.

Ce que je te propose, c’est de te lire un petit extrait. J’ai surligné quelques mots en orange, que je vais t’expliquer, mais on va voir ça. Je m’arrêterai régulièrement pour t’expliquer.

Donc, on retrouve Emma. Emma prit l’ascenseur et en quelques secondes, se retrouva au pied du Rockefeller Center. Il faisait nuit depuis longtemps. De la buée sortait de sa bouche. Donc là, on apprend qu’elle va dans l’ascenseur du Rockefeller Center, qui est une grande tour à New-York. Donc, il fait nuit depuis longtemps on nous dit. Et il y a de la buée qui sort de sa bouche. La buée, c’est de la vapeur d’eau condensé en gouttelette. Souvent, c’est ce qu’on a sur les lunettes. Par exemple, quand les gens ont un masque et qu’ils respirent, eh bien il y a de la buée sur les lunettes. C’est des petites gouttes d’eau sur les lunettes. Tu peux en avoir aussi sur les vitres.

Le vent glacial qui balayait le parvis n’avait pas découragé les nombreux badauds, se pressant contre les barrières pour photographier l’immense sapin de Noël qui dominait la patinoire.

Donc ici, le vent était très froid. On dit qu’il balayait le parvis. Le parvis, c’est une place devant un bâtiment public ou devant une église, une grande place. On nous dit que ça n’avait pas découragé les badauds qui se pressaient pour photographier le sapin de Noël. Les badauds, ce sont des promeneurs qui sont un peu émerveillés et intéressés par tout ce qu’ils croisent. Souvent, ce sont des touristes qui s’amusent de tout et qui sont intéressés par tout ce qu’ils voient. Ce sont les badauds qui s’arrêtent et qui photographient l’arbre de Noël.

Haut d’une trentaine de mètres, l’arbre ployait sous les guirlandes électriques et les décorations. Le spectacle était impressionnant, mais donna le cafard à Emma.

Donc, l’arbre ployait sous les guirlandes électriques. Le verbe « ployer », c’est un langage relativement soutenu, ça veut dire « fléchir », « courber ». L’arbre, il se courbait, il pliait, parce qu’il y avait beaucoup de guirlandes et de décorations. On nous dit que le spectacle était beau, était impressionnant, mais Emma, ça lui donnait le cafard. Le cafard c’est un animal, c’est une blatte, le cafard qui est vu comme un insecte nuisible. Mais quand on parle comme ici d’avoir le cafard ou de donner le cafard, eh bien on pense plutôt à la tristesse et la nostalgie. Donc, c’était très beau, mais Emma, l’héroïne, avait de la nostalgie, de la tristesse.

Ça avait beau être un cliché, le poids de la solitude était vraiment plus lourd lors des fêtes de fin d’année. Elle s’approcha du bord du trottoir, ajusta son bonnet et resserra son écharpe tout en scrutant les lumineux sur le toit des taxis, espérant, sans trop y croire, repérer une voiture libre.

Quand on dit « c’est un cliché », on veut dire que c’est quelque chose que tout le monde dit, que tout le monde pense, et qui n’est pas toujours vrai. Mais elle se sentait plus triste au moment de Noël en fait. Elle disait qu’elle était seule, le poids de la solitude au moment de Noël et ça la rendait triste. Donc, elle s’approche du trottoir et on dit qu’elle scrute les lumineux sur le toit des taxis. Scruter, ça veut dire « regarder avec attention », souvent quand on cherche quelque chose. Donc ici, elle regarde le toit des taxis pour en trouver un de libre, tout simplement.

Malheureusement, c’était l’heure de pointe et tous les Yellow Cabs qui passaient devant elle avaient déjà chargé des passagers. Résignée, elle fendit la cohue et marcha d’un pas pressé jusqu’à l’angle de Lexington Avenue et de la 53ème rue.

Donc, elle veut avoir un taxi. Malheureusement, comme c’est l’heure de pointe, c’est-à-dire tout le monde sort du travail, c’est une heure très fréquentée, il y a beaucoup de monde, donc elle ne trouve pas de taxi. Et on dit qu’elle est résignée. Résigner, ça veut dire : « qui accepte une situation sans se battre ». Elle dit : « Bon, il n’y a pas de taxi ». Elle ne cherche pas à en trouver un à tout prix, elle est résignée, elle ne cherche pas à se battre. On dit qu’elle fend la cohue. Fendre la cohue, ça veut dire « traverser une foule bruyante ». Fendre, ça veut dire « couper » ou « séparer ». La cohue, c’est une foule bruyante. Ici, quand on dit qu’elle fend la cohue, ça veut dire « elle marche à travers une foule où il y a beaucoup de monde, une foule de gens qui sont très bruyants ».

Elle s’engouffra dans la station de métro et prit la ligne E, direction Downtown. C’était prévisible, le wagon était bondé et elle voyagea debout, comprimée par les autres usagers. S’engouffrer, ça veut dire « entrer rapidement dans un endroit clos ». Ici, elle s’engouffre dans la station de métro, c’est-à-dire elle court, elle va de façon précipitée dans un endroit clos, dans un endroit fermé, qui est le métro. On nous dit que le wagon, donc l’endroit dans lequel elle va, la voiture du métro, du RER, était bondé, ça veut dire « plein ». Bondé, veut dire « plein », veut dire ici « plein de monde ». Donc, il y avait plein de monde dans la rame de métro et donc, elle était comprimée, elle était un peu coincée entre tous les autres passagers dans cette rame.

Malgré les secousses, elle extirpa son téléphone et relut le SMS qu’elle connaissait pourtant par cœur. Extirpa, c’est le passé simple du verbe « extirper ». Extirper veut dire « extraire ». Ici, elle extirpe sont téléphone, ça veut dire « extraire le téléphone de la poche », surement. Il y a l’idée dans « extirper », on extrait avec des difficultés, c’est difficile à faire, extirper. Si tu veux apprendre les bases du passé simple de façon très simple justement, tu peux regarder la vidéo qu’on a proposée sur le sujet. On te met la description en bas de cette vidéo.

Et pour finir : Je suis de passage à New York cette semaine. On dine ensemble ce soir. Tu me manques. François. Donc ça, c’est le SMS qu’elle a reçu, qu’elle a lu à plusieurs reprises. C’est son ex-petit-ami qui lui dit qu’il est à New York et qu’il aimerait la voir, qu’il aimerait dîner avec elle.

Voilà pour cette petite revue ou cette petite introduction, cette étude d’un chapitre de ce livre de Guillaume Musso, Demain. Je te recommande d’essayer de jeter un coup d’œil parce que c’est vraiment un bon bouquin. J’ai beaucoup aimé le suspens. J’ai lu très facilement les 530 pages. Et encore une fois, le vocabulaire n’est pas très, très, très avancé.

N’hésite pas à, premièrement, télécharger la fiche PDF gratuite de synthèse qui reprend un peu tout ce qu’on a vu dont l’explication du vocabulaire que je viens de faire. Pour ça, tu vas dans la description, tu entres ton adresse au moment où on te le demande, tu reçois la fiche PDF et tu es automatiquement abonné à la lettre d’information de Français Authentique.

Tu peux aussi me donner ton avis. Est-ce que tu souhaites avoir d’autres revues de livre comme celle-là, comme ce qu’on a vu aujourd’hui ? On avait fait Le petit prince, mais j’ai voulu un livre un peu plus contemporain. Si ça t’intéresse, n’hésite pas à le dire en commentaire. Laisse aussi un petit J’aime, ça fait toujours plaisir. Et abonne-toi à la chaîne You Tube de Français Authentique en activant les notifications.

Merci de ta confiance. A très bientôt pour du nouveau contenu en français authentique. Salut !