Être au four et au moulin

Être au four et au moulin

Dans cet épisode du podcast, je vous explique le sens de l’expression « Être au four et au moulin ». Merci à notre ami Marcos de me l’avoir suggérée sur la page Facebook de Français Authentique.

(Faites un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Faites un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Transcription de l’épisode :

Bonjour les amis membres de la famille Français Authentique. Merci de me rejoindre pour ce nouvel épisode du podcast dans lequel je vais vous expliquer le sens d’une expression idiomatique française et celle-ci m’a été suggérée par notre ami Marcos du Brésil sur la page Facebook de Français Authentique. Merci Marcos ; j’en profite pour saluer la communauté brésilienne qui est très très nombreuse. Vous êtes très nombreux à me suivre du Brésil comme vous l’êtes, évidemment, du monde entier et je remercie Marcos de m’avoir suggéré l’expression « au four et au moulin ». Marcos m’a demandé d’expliquer ce que signifiait « être au four et au moulin ».

Les mots de l’expression : le mot « four », je pense que vous le connaissez, c’est un appareil qu’on utilise pour chauffer – ça peut être pour chauffer de la nourriture, du pain, plein de choses différentes. Dans l’industrie, on utilise des fours pour chauffer des matériaux, mais, en général, quand on parle de four, c’est ce qu’on utilise chez soi pour chauffer de la nourriture.

On a le mot « moulin » : c’est une machine qui sert à moudre les céréales pour en faire de la farine. Les céréales, c’est le blé, l’orge, etc., il y a plein de types de céréales. La farine, c’est une petite poudre blanche qu’on utilise pour faire le pain, par exemple ou pour faire des gâteaux, etc. Et le verbe « moudre », ça veut dire « broyer ». Moudre des céréales, ça veut dire : « Vous broyez la céréale et vous en faites de la poudre, vous passez quelque chose qui est solide, dure à l’état de poudre. » Vous pouvez, par exemple, aussi moudre du café. Si le café est en gros grains, vous pouvez le moudre pour en faire une petite poudre. Et tout ça, c’est fait au niveau des céréales dans un moulin – ou, en tout cas, c’était fait, à l’époque dans un moulin. Un moulin, ça tourne avec le vent – vous avez déjà vu certainement des moulins : on utilise la force soit du vent, soit de l’eau pour faire tourner souvent une hélice ou pour faire tourner quelque chose qui va venir moudre les céréales.

L’expression « être au four et au moulin » date du temps des seigneurs – ce qu’on appelle le temps féodal où la terre se donnait de génération en génération ; si vous aviez la chance d’être fils d’un seigneur, vous possédiez tout le royaume et les membres qui y étaient vous payaient des impôts. Les seigneurs possédaient les fours et les moulins. Non seulement ils les possédaient, mais, en plus, ils obligeaient les paysans qui voulaient faire leur pain à utiliser leur matériel à eux afin d’obtenir une redevance, un impôt. C’est-à-dire que le paysan n’avait pas d’autre choix que d’utiliser le four et le moulin du seigneur pour fabriquer son pain et, bien sûr, il devait payer le seigneur pour utiliser son matériel. Et le paysan, comme c’était des fours et des moulins qui étaient communs (utilisés par tous les paysans), il ne pouvait pas moudre le grain et, bien sûr, faire cuire la farine pour en faire du pain en même temps ; c’est impossible de faire les mêmes choses en même temps, ce sont des tâches qu’on exécute l’une après l’autre : d’abord, on moud le grain pour faire la farine et ensuite, on fait cuire la farine pour faire du pain.

L’expression « être au four et au moulin », on l’utilise souvent à la forme négative en disant : « Je ne peux pas être au four et au moulin. » parce qu’il est impossible de réaliser ces deux tâches en même temps ; il est impossible d’être au four et en même temps au moulin puisque ce sont deux choses qui viennent l’une après l’autre. On l’utilise donc souvent à la forme négative, mais on peut aussi l’utiliser parfois à la forme positive et ça veut dire : « Faire plusieurs tâches, plusieurs choses en même temps », « faire plusieurs choses de façon simultanée ».

On va prendre un exemple – puisqu’on est en période d’Euro de football, en tout cas au moment où j’enregistre cet épisode – de football : imaginez qu’il y a un joueur de football qui court énormément sur le terrain et qui attaque, qui défend, qui est partout. Et là, le commentateur télé va dire – on va prendre l’exemple de Blaise Matuidi qui est un joueur de l’équipe de France et qui a ce profil, qui court beaucoup et qui attaque et qui défend : « Oh le joueur de l’équipe de France Blaise Matuidi est vraiment au four et au moulin. » Ça veut dire qu’il fait plusieurs tâches en même temps : il attaque, il défend, il est partout.

On peut utiliser cette expression, par exemple, de manière négative (comme souvent). Imaginez que vous entrez dans un petit magasin et la personne qui est à la caisse (qui est censée vous faire payer) est seule pour s’occuper de tout le magasin et elle doit aussi balayer, elle doit aussi mettre les articles dans les rayons pour que vous puissiez les acheter, elle doit tout faire. Elle passe la journée à faire ce qu’elle peut ; quand il y a un client qui doit acheter quelque chose, elle le fait payer ; quand il n’y a personne, elle prépare les rayons, elle balaie, etc. et le soir, le propriétaire du magasin lui dit : « Oh là là, c’est sale ici, qu’est-ce qui s’est passé ? » Et elle, elle s’énerve un petit peu en disant : « Je suis toute seule, je ne peux pas être au four et au moulin, je ne peux pas être en train de faire payer un client et en même temps être en train de balayer. Je ne peux pas ranger les rayons, balayer le sol et faire payer les clients en même temps. » Vous voyez, c’est un exemple ou une utilisation typique de l’expression « être au four et au moulin ».

Cette expression de notre ami Marcos me touche beaucoup en ce moment ; vous l’avez certainement vu si vous suivez la page Facebook de Français Authentique – si ce n’est pas le cas, je vous invite à nous rejoindre parce qu’on est un peu plus de 250.000 et il y a des discussions passionnantes qui s’y déroulent et dès que j’ai besoin d’un avis, je me tourne vers cette page, donc, c’est vraiment le cœur de la communauté Français Authentique. Et en ce moment où je parle, je n’ai pas encore pris la décision, mais au moment où vous allez écouter cet épisode, la décision sera prise : je parle de mon idée de fusionner Pas-de-stress et Français Authentique. « Fusionner », ça veut dire « regrouper » ; vous avez deux choses en main et à la fin, vous n’en avez plus qu’une ; vous prenez donc les deux choses pour en faire une. Actuellement, vous savez que je publie chaque semaine une vidéo sur le site Pas-de-stress qui est un site axé vers le développement personnel et, bien sûr, je publie du contenu pour Français Authentique. J’ai fait une vidéo là-dessus que vous pourrez regarder sur YouTube et le titre de la vidéo, c’est J’ai un doute et je vous explique que j’ai du mal à gérer les deux sites en même temps et j’ai souvent mauvaise conscience parce que le temps que je passe sur Pas-de-stress, c’est du temps que je ne passe pas sur Français Authentique. Et pourquoi est-ce comme ça ? C’est parce que tout simplement, je ne peux pas être au four et au moulin, je ne peux pas être en train de faire une vidéo Pas-de-stress et en même temps enregistrer un podcast de Français Authentique. Donc, ce que je vais certainement faire, c’est arrêter Pas-de-stress ou, tout du moins, faire une pause et prendre le contenu de Pas-de-stress, continuer de faire des vidéos de développement personnel,  mais les publier en tant que vidéos Français Authentique.

Dites-moi ce que vous en pensez ; pour l’instant, la majorité des membres de la famille Français Authentique dit : « Oui, ce sera plus facile. » Beaucoup de monde m’encourage à le faire, mais j’ai encore un petit doute parce que j’ai peur de fermer la porte à beaucoup de francophones qui suivaient Pas-de-stress et qui arrêteront parce qu’ils n’ont pas envie d’apprendre le Français. Je ne veux pas vous ennuyer avec cette réflexion ou mon doute ; si ça vous intéresse, allez voir la vidéo sur YouTube, elle s’appelle J’ai un doute, par contre, ce que je voulais vous dire, c’est que je ne peux pas être au four et au moulin, je ne peux pas être en train de travailler sur Pas-de-stress et sur Français Authentique en même temps. C’était le dernier contexte ; merci de m’avoir écouté et je vous dis à très bientôt pour un nouvel épisode du podcast de Français Authentique.