En mettre sa main au feu

En mettre sa main au feu

Dans l’épisode d’aujourd’hui, je t’explique le sens de l’expression “En mettre sa main au feu”

J’attends ton avis sur Facebook : clique ici.

Ressource(s) évoquée(s) dans l’épisode :

 

(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Transcription de l’épisode :

Bonjour, chers amis ! Merci de me rejoindre. Je suis toujours très heureux et j’éprouve toujours beaucoup de gratitude envers vous qui choisissez de passer ce petit moment avec moi. Quel que soit ce que tu fais, que tu sois en train de marcher, courir, que tu sois dans le bus, dans ta voiture, que tu fasses les courses, que tu marches, peu importe et ou que tu sois dans le monde, je te dis « merci du fond du cœur ».

Aujourd’hui, on va voir ensemble une expression, on va étudier une expression qui est « en mettre sa main au feu ». Tu peux clairement rencontrer cette expression dans plein de contextes et de cas différents, que nous allons étudier. Et je remercie Andréa, qui est un membre fidèle de Français Authentique, qui nous suit depuis très longtemps, qui habite en Suisse et qui m’a suggéré cette expression. Il me semble que c’était sur Facebook. Merci, chère Andréa. C’était sympa de ta part.

Tu peux, comme ces dernières semaines, comme ça a été fait, vous êtes très nombreux à en avoir profité, j’en suis très heureux, tu peux télécharger ta fiche PDF gratuite qui va résumer et reprendre toutes les infos liées à cet épisode. Et en même temps, tant que tu y seras, eh bien ça te permettra de rejoindre la lettre d’information de Français Authentique. Télécharge cela tout de suite. C’est une petite fiche très simple qui reprend l’explication des mots, le sens de l’expression ou les sens même de l’expression, et les exemples. Donc, va télécharger ça.

Moi, j’attaque doucement, j’avance doucement et je commence par l’explication des mots qui composent cette expression.

On a d’abord le mot « mettre », le verbe « mettre », qui a plusieurs sens dont l’un est « placer ». Par exemple, ici, j’ai un stylo près du bureau. Si je mets le stylo sur la table, eh bien je le place sur la table, je le pose sur la table. On dit que je le mets sur la table.

Le mot « main », pareil, c’est assez clair, nous avons deux mains au bout de nos bras. On s’en sert pour écrire. Donc, si je prends le stylo et que je commence à écrire, j’utilise ma main, je peux exécuter plein d’autres actions avec ma main. Je peux par exemple, ici, me taper doucement sur la joue en utilisant ma main.

Le « feu », c’est un phénomène qui correspond à ce qui brûle. Si on prend du bois, qu’on l’allume, le bois, avec un briquet ou avec d’autres choses, le bois va apporter de la chaleur, il va apporter de la couleur. Ce qui apporte la couleur et la chaleur, c’est ce qu’on appelle le feu. Le synonyme, c’est un incendie. Si le feu entre dans une maison par exemple, on dit que c’est un incendie, parce qu’on ne maîtrise pas, on ne contrôle pas le feu.

Cette expression, ça paraît dangereux hein de prendre sa main, de la placer dans du feu qui brûle, qui fait mal, elle est là pour exprimer qu’on est absolument sûr de quelque chose. C’est pour ça qu’on dit le « en » aussi devant, « en mettre sa main au feu », ça veut dire « je suis tellement sûr de cette chose que je serai prêt à mettre ma main au feu ». C’est pour ça qu’on utilise le « en », la petite préposition « en ». Je suis tellement sûr de ça que je serai prêt à mettre ma main dans le feu. Bien sûr, ce n’est pas une chose qu’on est prêt à faire quand on le dit, mais tu comprends l’idée, l’image hein.

L’image de base, elle est d’ailleurs tirée de ce qu’on appelait « l’épreuve du feu » au Moyen Âge, qu’on utilisait…. Alors, c’est très barbare hein. On plaçait la main d’une personne dans un gant, qu’on plaçait dans le feu. La main, forcément, elle allait avoir des brûlures, elle allait être blessée. Et on disait que si la main guérissait, c’est que la personne n’avait pas menti. C’est pour ça qu’on disait l’épreuve du feu, c’était pour tester si quelqu’un avait menti ou pas. On disait que s’il n’avait pas menti, sa main allait vite reprendre sa forme normale. Par contre, si on voyait encore des traces rouges, au bout d’un certain temps, c’est que la personne avait menti. C’est l’épreuve du feu.

Aujourd’hui, on l’entend plus dans le sens : « je suis tellement sûr de ce que je te dis que je suis prêt à mettre ma main dans le feu, si je me trompe ». Bien sûr, parfois, il y a une sorte d’abus de langage, parce qu’on a tendance à parfois utiliser cette expression, alors qu’on n’est pas sûr à 100%, on est sûr à 80%. On a une forte tendance à penser quelque chose, mais on n’est pas vraiment sûr à 100%, et on dit pourtant qu’on est prêt à mettre sa main au feu.

On va, comme d’habitude, prendre quelques exemples pour illustrer le sens de cette expression.

Le premier, ce serait, tu as un ami qui va te recommander une babysitteur pour s’occuper de tes enfants. Et cet ami te dit : « Écoute, tu peux faire confiance à cette babysitteur. Elle s’occupera bien de tes enfants. J’en mets ma main au feu ». Ça veut dire il est sûr à 100%, il n’a aucun doute que cette personne, cette babysitteur, sera là pour s’occuper de tes enfants et qu’elle le fera d’une très bonne façon, de la meilleure façon. Il en est tellement sûr qu’il serait prêt à mettre sa main dans le feu si jamais ce n’était pas le cas.

Imagine maintenant, deuxième exemple, deux amis qui discutent et tu en as un qui dit : « São Paulo, c’est la capitale du Brésil ». Et l’autre lui dit : « Non, c’est Brasilia la capitale du Brésil ». L’autre ami dit : « Ah bon ! Tu en es sûr ? » Et celui qui a dit Brasilia dit : « Oui, j’en suis sûr, j’en mettrais ma main au feu ou j’en mets ma main au feu ». On peut dire « j’en mets » ou « j’en mettrais ». En disant ça, la personne indique être sûre. Il n’y a aucun doute dans son esprit. La capitale du Brésil, c’est bien Brasilia, pour cette personne. Elle est sûre, elle dit qu’elle en met sa main au feu, qu’elle en mettrait sa main au feu.

Dernier exemple, un avocat au tribunal qui est là pour défendre un client, l’avocat dit au juge : « Écoutez, mon client est innocent. J’en mets ma main au feu ». Donc là, c’est un peu un abus de langage, parce que l’avocat, il peut avoir beaucoup d’éléments qui l’aident à penser que son client est innocent, mais le fait de dire « j’en mets ma main au feu », ça veut dire « je suis sûr à 100% », c’est ce qu’on a appelle un peu « un abus de langage ». On rencontre souvent cette expression utilisée comme ça et c’est pour cette raison que j’ai voulu prendre cet exemple également.

J’en mets ma main au feu, retiens que ça veut dire « je suis sûr de moi », « je suis absolument certain de ce que je dis ».

Ce que je te propose de faire maintenant, comme chaque semaine, c’est de pratiquer ta prononciation. Je prononce une phrase, on va conjuguer au présent aujourd’hui, et toi, tu répètes, tout simplement. Donc, on y va.

J’en mets ma main au feu

Tu en mets ta main au feu

Il en met sa main au feu

Elle en met sa main au feu

Nous en mettons notre main au feu

Vous en mettez votre main au feu

Ils en mettent leur main au feu

Elles en mettent leur main au feu

Très, très bien ! N’oublie pas d’aller télécharger ta fiche PDF gratuite en description de cet épisode. Tu mets ton adresse email, tu la reçois instantanément et tu es automatiquement abonné à la lettre d’information de Français Authentique. Tu recevras de ce fait deux épisodes exclusifs ou deux contenus exclusifs chaque semaine.

Merci de ta confiance. À très bientôt ! Salut !