Courir sur le haricot

Courir sur le haricot

Dans l’épisode d’aujourd’hui, je t’explique le sens de l’expression “Courir sur le haricot”

J’attends ton avis sur Facebook : clique ici.

Ressource(s) évoquée(s) dans l’épisode :

 

(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Transcription de l’épisode :

Salut ! Bienvenue dans cet épisode du podcast de Français Authentique et on va faire aujourd’hui d’une pierre deux coups. Faire d’une pierre deux coups, ça veut dire avec une action, avoir deux résultats, obtenir deux résultats grâce à une action. Ici, tu vas écouter le podcast (c’est une action) et tu auras deux résultats. Le premier résultat, c’est que je vais expliquer l’expression « courir sur le haricot » et le deuxième résultat, c’est qu’on va parler un petit peu de la prononciation du H ici (puisque le mot « haricot », il pose quelques problèmes pour prononcer le H). En fin de podcast, je vais t’expliquer pourquoi, on prononce le H de cette façon. On va parler de H aspiré, H muet et tout ça, ce sera en fin d’épisode et j’avais abordé ce sujet dans mon cours Prononciation authentique dans lequel je te proposais d’améliorer ta prononciation en dix semaines et il y avait un module bonus sur la prononciation du H.

Je remercie, Daniel, des Pays-Bas de m’avoir suggéré cette expression « Courir sur le haricot » qui est une expression un peu familière. Elle n’est pas grossière, il n’y a pas de grossièreté à utiliser cette expression, mais elle est familière ; ça veut dire qu’il faut quand même l’utiliser dans un cadre amical ou familial, faut éviter d’utiliser cette expression dans un cadre très formel.

Comme d’habitude, on va parler des différents mots qui composent cette expression. Le verbe « courir », je pense que tu le connais, ça veut dire « se déplacer rapidement ». Quand on marche, on avance avec ses pieds doucement et quand on court, eh bien, on va plus vite, on fait des pas qui sont plus rapides. Ça, c’est courir.

Le mot « Haricot », c’est une plante, mais c’est une plante qui donne un légume qu’on appelle également un haricot. Il existe des haricots verts, des haricots rouges, différents types de haricots qui sont très bons au goût et bons pour la santé. Et tu vois que si on en revient à notre expression « courir sur le haricot », ça veut dire se déplacer rapidement sur un haricot.  Aucun sens. Au sens propre, ça n’a aucun sens, on ne comprend pas. C’est souvent le cas avec les expressions idiomatiques.

Par contre, si on sait que dans l’ancien français, on utilisait le mot « haricot » pour parler d’un orteil, on comprend que courir sur le haricot, c’est quand quelqu’un nous court sur un orteil. Et qu’est-ce qui se passe si quelqu’un vient nous courir sur un orteil ? Ça va nous faire mal ? Bien sûr, mais ça va aussi nous énerver, ça va nous agacer et c’est exactement le sens de l’expression « courir sur le haricot ». Dans le langage courant aujourd’hui, si tu entends « courir sur le haricot », eh bien, ça veut dire « ennuyer, énerver, agacer, embêter ». Tous ces mots sont à peu près des synonymes. Courir sur le haricot, ça veut dire énerver.

On va prendre quelques exemples pour que tu comprennes mieux. Imagine qu’il y a une réunion au travail, tout le monde est prêt, tout le monde est là sauf une personne. Il manque le responsable des ressources humaines qui n’est pas là et il est important, on ne peut pas démarrer la discussion sans lui. Et là, le directeur, le grand chef, il commence à s’énerver et il dit : « Oh, il me court sur le haricot, celui-là. » En disant « il me court sur le haricot », ça veut dire « il m’énerve, il m’ennuie, il m’agace, il m’embête ». C’est quelque chose de négatif. Il est en retard, on l’attend ; à cause de lui, tout le monde perd son temps, il me court sur le haricot.

Une situation dans laquelle on peut également entendre cette expression, c’est en voiture. En voiture, c’est souvent une source de stress pour beaucoup de monde. Moi, j’arrive à rester calme en général, mais la voiture, c’est une source stress. Et imagine-toi, tu es en voiture et il y a quelqu’un qui te double (qui roule plus vite que toi), mais qui vient et qui se met devant toi et il rabat sa voiture juste devant toi et il ralentit, ce qui t’oblige toi à ralentir. Il le fait une fois, oh ça t’agace, tu le redoubles ; il refait pareil, il accélère, il accélère, il accélère, il te double, il se met devant toi et il ralentit. Et là, au bout de la deuxième fois, tu dis : « Mais, il commence à me courir sur le haricot, celui-là. »  Ça veut dire : « Il commence à m’énerver, il commence à m’agacer, il commence à m’ennuyer, il commence à m’embêter. » donc, encore une fois, quelque chose de négatif.

Un dernier exemple. Imagine que tu es père de famille et tu as un enfant un peu têtu, un enfant qui veut absolument manger un bonbon et toi, tu dis non. Puisque ce n’est pas bon pour la santé, tu as décidé ce jour-là qu’il n’y aurait pas de bonbon. L’enfant demande une fois, deux fois, trois fois, cinq fois et la sixième fois, tu dis : « Bon, tu commences à me courir sur le haricot, tu n’auras pas de bonbon. » Si tu dis ça à ton fils (ou ta fille, ton enfant), ça veut dire : « Tu m’énerves, tu m’agaces, tu m’ennuies, tu m’embêtes, tu me contraries. Tu veux un bonbon, je t’ai dit que tu n’aurais pas de bonbon. » Voilà pour le sens de cette expression. Il y a deux expressions synonymes de « courir sur le haricot » à savoir « taper sur le système ». Si tu dis : « Tu me tapes sur le système », ça veut dire « tu me cours sur le haricot », ça veut dire « tu m’énerves » ou encore « taper sur les nerfs ». Les nerfs, c’est ce qu’il y a dans notre corps qui créent les émotions. Quand on dit à quelqu’un qu’il est énervé, voilà, c’est ces nerfs qui sont en jeu ou en action. Donc, si on dit à quelqu’un « tu me tapes sur les nerfs », c’est comme si on disait : « Tu me tapes sur le système, tu me cours sur le haricot, tu m’énerves. » Ça, c’est un synonyme.

Je voulais revenir, comme je l’ai dit en introduction, sur le fameux H qu’il y a au début du mot haricot. Ce que j’ai vu, ça m’a surpris, en préparant ce podcast, certains ont écrit : « Courir sur l’haricot. » Et parfois, on entend – ma fille Emma notamment le dit : « J’ai mangé des haricots. » Et quand on dit « manger des haricots » ou quand on dit « courir sur l’haricot », c’est faux parce que le H qu’il y a devant haricot est ce qu’on appelle un H aspiré.

Il y a deux types de H au début des mots en français. On a un H muet. Il est là, il faut l’écrire, mais il ne sert à rien. Quand il y a un H muet, eh bien, on fait la liaison. Par exemple, on dit : « Il y a des hommes. », on ne dit pas : « Il y a des hommes. » Ça, c’est un H muet. Devant un H muet, on pratique ce qu’on appelle l’élision qui veut dire qu’on enlève la voyelle de « le » ou de « la ». Par exemple, si on reprend le mot « homme », on ne dit pas « le homme », mais on dit « l’homme ». Donc, quand on un H muet (avec un mot comme « homme », par exemple), eh bien, on pratique l’élision : on ne dit pas « le homme » mais « l’homme » et on fait la liaison. On dit « il y a des hommes ». Ça, c’est quand c’est un H muet.

Et tu as bien compris que pour haricot, c’est différent. Haricot n’a pas un H muet au début mais ce qu’on appelle un H aspiré. Avec le H aspiré, c’est le contraire : on ne fait pas de liaison et on ne fait pas d’élision, on n’enlève pas la voyelle devant le mot. Donc, on ne dit pas « courir sur l’haricot », mais « courir sur le haricot ». Il n’y a pas d’élision. « Le » ne se transforme pas en « l' » parce que c’est un H aspiré. Et on ne fait pas la liaison. On ne dit pas « j’ai mangé des haricots », on dit « j’ai mangé des haricots » parce que le H est aspiré.

Tout ça, je le détaille dans une des leçons du pack prononciation authentique (je te mets un lien en-dessous) et si tu es intéressé, c’est sur www.francaisauthentique.com/pa. Il y a un module bonus sur le H où j’explique tout un tas d’autres choses, mais là, je t’ai donné les informations majeures. Beaucoup confondent le H aspiré avec le H muet. Le problème, c’est qu’il n’y a pas de règle, c’est-à-dire pourquoi « Homme » a un H muet et « Haricot » a un H aspiré parce que c’est comme ça. Il faut plus ou moins connaître les mots et il faut connaître la liste, c’est deux choses à apprendre. Mais, déjà, il faut connaître la règle, il faut connaître l’astuce et ce genre d’astuce, ça existe pour le H et ça existe pour tous les sons. C’est pour ça qu’on m’avait demandé de créer un cours Prononciation authentique et je l’ai créé. En gros, il y a 11 leçons avec la leçon bonus du H, mais il y a 10 modules.

Je te demande de pratiquer un module par semaine, donc, tu as 10 semaines pour améliorer ta prononciation. J’ai des retours vraiment très positifs sur ce cours. J’ai voulu en fait me concentrer sur 20 % des sons qui créaient 80 % des problèmes, c’est pour qu’il n’y a que 10 modules et c’est pour ça qu’il n’y a pas un gros pavé comme dans la majorité des autres cours de prononciation. Moi, je me suis concentré sur ce qui te pose problème : sur le H, sur les voyelles nasales, sur le GN, sur le ille, sur le U, sur tout ce qui pose des problèmes aux non francophones. J’ai condensé ça sur un cours en 10 semaines qui n’est pas lourd, qui est facile à suivre. Je l’ai rendu amusant en sollicitant mon épouse Céline, ma fille Emma, mon fils Tom. Chaque expression qui est prononcée, elle est prononcée par moi, prononcée par ma femme, prononcée par ma fille et par mon fils. Donc, tu as une voix d’homme adulte, une voix de femme adulte, une voix de fille enfant et une voix de garçon enfant. Ça donne un large panel et on t’aide à prononcer, on te forme l’oreille aux différents sons. Si t’es intéressé, jette un petit coup d’œil à www.francaisauthentique.com/pa comme prononciation authentique. Si tu as besoin d’informations sur le sujet, n’hésite pas à nous contacter par mail. C’est un cours qui a rencontré un franc succès depuis qu’il est sorti au mois de novembre 2018.

Merci de suivre Français Authentique et à très bientôt pour du nouveau contenu. Salut !