Comment Virginie parle français (malgré sa timidité)

Comment Virginie parle français (malgré sa timidité)

Abonne-toi à la chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo : clique ici.

Télécharge le fichier MP3 ici.
Télécharge le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Salut chers amis ! Merci de me rejoindre. Je suis très content aujourd’hui de te proposer une nouvelle interview inspirante et aujourd’hui, c’est mon amie Virginie, qui est membre de l’académie Français Authentique depuis un peu plus de deux ans qui me fait l’honneur de venir partager avec nous ici ses meilleurs conseils d’apprentissage. Comment a-t-elle appris le français ? Comment maintient-elle son français ? Je te conseille vraiment de rester jusqu’au bout parce que tu verras que ses conseils sont très intéressants et que tu vas apprendre plein de choses en ce qui concerne l’expression orale en français. Et tu verras une chose très très importante et inspirante dans cette interview : c’est que tu apprendras à parler français à l’oral même si tu es quelqu’un de timide et que tu as tendance à parfois avoir des émotions négatives qui te bloquent. Virginie nous explique comment elle arrive à vaincre ça et je suis assez content d’elle parce que le résultat est très bon. Donc, on retrouve tout de suite Virginie qui va nous donner ses meilleurs conseils d’apprentissage du français.

Johan: Salut Virginie !

Virginie: Salut Johan.

Johan: Virginie, merci beaucoup de prendre du temps pour discuter un petit peu avec nous et pour partager ton expérience. Je sais que tu es un peu timide. On s’est rencontré tous les deux quand tu étais à Metz et j’apprécie beaucoup que tu prennes du temps et que tu sortes de ta zone de confort pour nous. C’est très sympa.

Virginie: C’est un grand plaisir.

Johan: Virginie, est-ce que tu peux, s’il te plaît, nous dire qui tu es, où tu habites, ce que tu fais, pour te présenter brièvement ?

Virginie: D’accord ! Je m’appelle Virginie Payne, je suis d’origine chinoise (parce que mes parents sont chinois), mais je suis née au Sud Vietnam dans la capitale Saigon. Vietnam était une colonie de la France jusqu’en 1952, mais les écoles françaises existaient encore lorsque je grandissais là-bas même après l’indépendance du pays. J’ai commencé à aller à l’école française à l’âge de huit ans, c’est-à-dire que tout était enseigné en français par les francophones. Par exemple, les maths, la géographie, littérature. En bref, j’ai passé deux dernières années de l’école élémentaire dans une école française et puis, j’ai continué mes études au collège français et au lycée français. Et j’ai même reçu mon baccalauréat en français en série B, mais après avoir reçu mon baccalauréat français, je suis venue à Boston aux Etats-Unis pour mes études supérieures. Depuis lors, je reste ici, je vis à Boston,  dans la banlieue de Boston. Autrement dit, j’habite au Nord-Est des Etats-Unis depuis plus de 45 ans.

Johan: Ouais, c’est très inspirant ! En fait, une des raisons pour lesquelles je t’ai demandé de venir, c’était pour que tu partages ton expérience puisque je sais que tu as vécu dans différentes parties du monde, mais j’ignorais, j’avais oublié que tu avais appris le français si jeune. Donc, c’est suite à… C’était l’Indochine, c’est ça, en français, jusqu’en 1952 ?

Virginie: Oui.

Johan: Donc, c’est en fait, une très bonne raison pour toi d’avoir appris le français dans un plus jeune âge en fait. Et après tu as continué à l’apprendre ou tu as abandonné et puis tu as repris plus tard ?

Virginie: Non, depuis que je suis arrivée aux Etats-Unis, l’anglais est devenu ma langue principale à la maison et au travail depuis plus de 45 ans. Mon mari est Américain, alors lui et mon fils, ils ne parlent que l’anglais. Ça veut dire que ma situation, c’est que j’ai été coupée de la langue française et toute activité française depuis mon arrivée aux Etats-Unis. C’est très triste, c’est triste.

Johan: Depuis combien de temps finalement ?

Virginie: Plus de 45 ans !

Johan: D’accord !

Virginie: Pendant toutes ces années, je n’ai jamais trouvé personne avec qui je peux parler français parce qu’à l’époque, il y a très peu d’Américains qui cherchent à connaître ou parler une autre langue, une langue étrangère. Oui, certaines personnes apprennent le français au lycée, mais le niveau est très bas, très bas. Par exemple, mon mari et mon fils, ils apprennent le français au lycée, mais ils ne comprennent rien si on leur parle, si quelque chose est en français.

Johan: Oui, bon, je pense. Déjà, il y a une question de besoin souvent. Qu’en penses-tu ? Si l’anglais est ta langue maternelle, tu t’en sors partout, donc, ce n’est peut-être pas facile de se motiver puisqu’apprendre une langue, c’est assez difficile. Et est-ce que finalement, c’est ce manque d’opportunités localement qui t’a poussée à chercher et à trouver Français Authentique ?

Virginie: Oui, oui, oui, c’est ça. Ma situation est très similaire aux élèves algériens et marocains, je crois, qui ont appris le français dans l’école primaire et secondaire, je crois, mais tout comme eux, malgré notre éducation en français, notre langue maternelle n’est pas le français. Après, tous, on n’a jamais l’occasion de parler français ni avec les amis, ni avec notre famille, donc, on comprend, on écrit bien le français, mais on ne peut pas parler couramment parce qu’on ne parle pas à la maison.

Johan: Ouais, après, tu sais, c’est ce que vous dites. J’entends aussi beaucoup ce que tu viens de me dire au Maroc notamment. Vous dites « on ne parle pas couramment », mais c’est faux puisque qu’est-ce qu’on fait toi et moi depuis dix minutes ? On parle français couramment ! Il y a aussi cette croyance un peu parfois limitante qui te fait dire : « Je n’ai pas le niveau que je devrais avoir », mais finalement, on communique en français, n’est-ce pas ?

Virginie: Non mais je vais te raconter l’histoire, pendant cette interview parce que ce n’est pas facile que je parle comme ça à présent aujourd’hui parce que pour moi, je cherche toujours à réapprendre mon français parce que je n’ai jamais l’occasion d’apprendre… Si tu veux, je peux te raconter une petite histoire comment j’ai commencé à réapprendre mon français. Tu sais, j’enseigne le Tai Chi. Un jour, en 2016, l’un de mes élèves, Stéphane, il m’a dit qu’il allait rater les sessions de Tai Chi pour deux semaines, pendant deux semaines parce qu’il allait faire du ski dans les alpes italiennes. A l’époque, je connaissais Stéphane depuis deux ans, presque deux ans, il était mon élève. C’était en 2016. Je sais qu’il a un accent quand il parle l’anglais, mais je n’ai jamais demandé d’où il vient parce que ce n’est pas poli de demander à quelqu’un une telle question parce que ça ne me regarde pas d’où il vient, mais cette fois-ci, j’ai saisi l’occasion pendant notre conversation et je lui ai demandé s’il est Italien (parce qu’il a choisi d’aller faire du ski dans les alpes italiennes). Devine quelle a été sa réponse !

Johan: Non, je suis Français.

Virginie: Oui, tout à fait ! Tu peux imaginer comment j’ai été à la fois surprise et tellement ravie, même exaltée. Alors, je lui ai expliqué ma situation et je lui ai demandé tout de suite comment… Je lui ai dit que j’aurais bien aimé réapprendre mon français et j’ai demandé de recommander quelques stations de télévision ou de radio pour que je puisse recommencer à écouter du français parce que ici aux Etats-Unis, il n’y a pas de stations françaises. Ce sont des stations payantes. Alors, il m’a donné des liens et tout ça. Il ne m’était jamais venu à l’esprit que les sites français existent.

Johan: Oui, je comprends. Tu n’avais pas le réflexe.

Virginie: Oui, parce que moi, je n’aime pas les médias sociaux. Je n’utilise jamais le Facebook.

Johan: Pourtant tu es très active sur le groupe privé Facebook de l’académie !

Virginie: Maintenant oui, mais à l’époque je n’utilisais jamais. Un peu de YouTube et c’est tout. Jusqu’à présent, jusqu’à aujourd’hui, je n’aime pas, je n’utilise pas Instagram ni Twitter. Donc, c’était comme ça, grâce à Stéphane que j’ai commencé à chercher des sites français sur Internet. Et puis, je ne m’attendais pas à trouver un site comme Français Authentique sur Internet. Tu ne peux même pas imaginer combien j’étais heureuse de trouver Français Authentique.

Johan: Ecoute, je sais juste que tu es très active dans l’académie Français Authentique et que tu as l’air d’avoir trouvé ta place et on profite beaucoup de ta présence. Donc, effectivement, c’est un bon moyen pour les gens comme toi qui ne sont pas en France, qui veulent pratiquer le français, eh bien, de pouvoir le faire avec des gens du monde entier.

Virginie: Oui, oui, j’adore parce que tu te fais des amis. J’ai même voyagé avec Katrin en France et tout ça. C’est super de trouver des amis partout du monde.

Johan: Oui, oui, maintenant, effectivement on a des membres partout. Beaucoup se sont rencontrés. Moi-même, j’ai rencontré pas mal de monde, pas mal de  de membres et partout où je vais, finalement, j’ai l’occasion de rencontrer des gens. Est-ce que tu peux nous dire (effectivement, tu pratiques dans l’académie) comment tu as réussi à du coup repasser de l’état de compréhension à l’état d’expression puisque, si j’ai bien compris, pendant 45 ans pas loin, tu ne pouvais plus vraiment parler parce que tu parlais anglais tout le temps. Comment tu as fait pour passer de la compréhension à l’expression après tout ce temps ?

Virginie: Comment est-ce que j’ai fait ? Eh bien, j’ai beaucoup pratiqué. J’ai écouté… Tu sais, dès que j’ai trouvé Français Authentique, j’ai acheté tout de suite les trois packs. Bien sûr, j’ai commencé avec tes cours gratuits en Français Authentique (les podcasts, Marchez avec Johan et tout ça), mais j’ai acheté tout de suite les trois packs et je les ai beaucoup beaucoup appréciés. L’astuce pour moi, c’est pratiquer.

Johan: D’accord, mais pratiquer, c’est-à-dire ? Puisque mes packs t’ont permis d’écouter, donc merci pour tes mots sympas. C’était beaucoup d’écoute, c’est ça ?

Virginie: Oui, oui, oui. L’astuce, c’est vraiment écouter, écouter, écouter et puis répéter, répéter, répéter. C’est comme ça qu’on apprend. Si on répète, c’est comme ça qu’on peut parler. Pratiquer aussi souvent que possible pour moi. C’est en forgeant qu’on devient forgeron.

Johan: Exactement, c’est vrai qu’il n’y a pas de secret là-dessus. Et ton conseil numéro 1 pour mieux parler, c’est d’écouter. C’est une chose effectivement que je répète beaucoup. Et pour le maintien du français ? Aujourd’hui, tu es à un état où tu es capable de communiquer. Comment est-ce que tu maintiens ton français ? Est-ce que tu continues d’écouter beaucoup ou alors tu as un peu orienté ton apprentissage ?

Virginie: Bien sûr, bien sûr, j’écoute tout le temps. Je passe beaucoup de temps chaque jour avec le français. Ça fait partie de ma vie quotidienne. Tu vois, j’ai mon ordi portable dans ma cuisine maintenant. Tu peux le voir.

Johan: Ah ! Parce que tu passes du temps dans la cuisine et tu écoutes en même temps ?

Virginie: Oui, j’écoute le français quand je prépare le dîner, le déjeuner, tout ça. J’écoute beaucoup de podcasts, tes vidéos et tes modules de l’académie Français Authentique. Et puis, en échangeant avec les autres membres de l’académie, on apprend beaucoup aussi. Ça fait travailler ton cerveau. Et puis, je lis beaucoup, notamment des livres ou romans français, mais aussi d’autres articles ;des journaux, des nouvelles d’actualité sur Internet et tout ça.

Johan: D’accord. Donc, en gros, si je résume, il y a beaucoup de choses qui sont liées un petit peu aux 7 règles : beaucoup écouter, répéter, écouter plusieurs fois la même chose ; tu utilises tes temps morts puisque ton ordinateur est dans la cuisine et tu lis beaucoup. Et il me semble, tu vas me corriger si je me trompe, mais tu es plutôt une personne dans l’académie qui communique de façon écrite. On a plusieurs réseaux, on peut laisser des messages vocaux. Certains préfèrent les messages vocaux, toi, tu préfères la communication écrite. C’est bien ça ?

Virginie: Oui parce que pour moi c’est plus facile, c’est plus facile d’écrire que de parler. Je participe de temps aux réunions Zoom, mais je ne suis pas très active là-bas. Je suis très active dans l’académie sur Facebook.

Johan: Ça, c’est clair. Il n’y a pas que toi. C’est pour ça que dans l’académie, on essaye de mettre à disposition un peu tous les outils parce que certains préfèrent parler face caméra comme on le fait dans les discussions, certains aiment Skype (on a cette possibilité), certains préfèrent juste des petits messages vocaux sur WhatsApp, certains préfèrent écrire des messages sur Facebook, d’autres préfèrent le forum parce que c’est privé, parce qu’il y a moins de distractions. Donc, on essaye de mettre à disposition tous les outils et en fait, il y a très peu de monde qui dit : « Moi, j’utilise tout ». Chacun choisit ce qu’il préfère et ça permet en fait à ce que tout le monde puisse s’exprimer comme il le veut parce que si tu dois tout le temps te forcer, c’est difficile au quotidien.

Virginie: Ouais, je n’utilise pas tous les autres outils, non.

Johan: Oui, voilà ! Non, mais il faut travailler de façon à ce que ça reste très plaisant. Tes conseils, merci de les avoir partagés ; ils sont très pertinents. Est-ce qu’il y aurait une chose, j’aime poser cette question, que tu déconseilles de faire ? Une chose qui, pour toi, n’est pas pertinente lorsqu’on veut apprendre une langue et le français en particulier ?

Virginie: D’accord ! Je vais te répondre après que je donne un autre conseil.

Johan: Avec plaisir ! Oui, oui, oui, bien sûr !

Virginie: A mon avis, il faut avoir la persévérance. Certaines personnes tendent à abandonner l’apprentissage dès qu’elles sentent qu’elles ne progressent pas. Donc, la persévérance est très importante. Il faut persister. L’obstination est le chemin de la réussite. C’est ce qu’a dit Charlie Chaplin. La chose que je déconseille, à mon avis, il ne faut pas être trop ambitieux, trop avide, c’est-à-dire, on n’est pas dans un concours, donc, il faut travailler à notre propre rythme. Le plus important est d’apprendre avec plaisir et sans stress. Bien sûr, il faut beaucoup travailler, il faut avoir une routine quotidienne, mais il ne faut pas fixer un objectif trop élevé sinon on se décourage et on abandonne l’apprentissage.

Johan: Oui, oui, c’est vrai. Si je repense à mon expérience personnelle, à chaque fois que j’ai abandonné quelque chose, c’est pour ça, comme tu dis, parce que soit je m’étais fixé des objectifs trop élevés et forcément, quand tu te dis « ah, il me reste encore tout ce chemin à parcourir », eh bien, tu as tendance à abandonner. Ou, soit parfois parce que je faisais des choses qui ne me plaisaient pas. C’est pour ça, on en revient à notre discussion précédente, si on n’aime pas enregistrer des messages vocaux, ben, il ne faut pas le faire. Il y a tellement d’autres choses à faire qu’il faut se focaliser sur ce qui nous plaît. Je pense que c’est important.

Virginie: Ouais, c’est ça.

Johan: OK, ben, en tout cas, tout ça, c’est vraiment très très pertinent et moi, j’aime beaucoup le fait d’entendre et d’avoir une preuve vivante puisque là, tu es une preuve vivante qu’on peut apprendre à bien s’exprimer en écoutant beaucoup, en utilisant des méthodes d’apprentissage naturelles comme celles proposées par ceux qui les ont inventées (Steve Kaufmann, Stephen Krashen) et voilà, l’écoute, la répétition, l’utilisation des temps morts sont des choses simples, mais qui fonctionnent et qui marchent pour toi. La lecture, l’écriture, essayer de communiquer, persévérer, persister, aller à son rythme, prendre du plaisir, tout ça, ce sont des choses que je recommande effectivement également de suivre. Et je suis vraiment très reconnaissant déjà, et je voudrais t’en remercier officiellement, premièrement de tout ce que tu fais sur le groupe Facebook de l’académie. Le fait que tu sois sortie de ta zone de confort, ce sera, moi, mon dernier conseil ou la dernière chose dont on va parler : c’est de sortir de sa zone de confort et de ne pas avoir peur puisque je t’ai rencontrée, je sais que tu es un petit peu timide, je sais qu’avant cette interview, tu avais un petit peu de timidité (je l’ai ressentie dans ta voix), mais tu es sortie de ta zone de confort, c’est-à-dire, tu t’es dit : « OK, on va le faire ». Tu aurais pu me dire non, certains me disent « non, je n’ai pas envie de parler face caméra ». Tu m’as dit oui, tu es sortie de ta zone de confort et je pense qu’en faisant ça, non seulement ça inspirera ceux qui nous regardent, mais ça te permet, toi, de progresser.

Virginie: Oui, c’est ça, oui.

Johan: Donc, ce sera le dernier conseil qu’on donnera aux membres de sortir de sa zone de confort parce que si on reste tout le temps à faire des choses qui sont faciles pour nous, forcément, ce n’est pas comme ça qu’on progresse.

Virginie: Je suis tout à fait d’accord !

Johan: Oui, et tu l’as prouvé aujourd’hui, donc, bravo pour ça. Merci beaucoup pour ton inspiration.

Virginie: Merci à toi aussi et merci beaucoup à Charlène et à ta mère, Dominique. C’est un atout pour nous dans l’académie.

Johan: Oui, oui, merci de le mentionner. C’est vrai qu’on a en tout… on est quatre francophones dans l’académie : ma belle-sœur Charlène, ma mère est également très présente et ça permet d’apporter pas mal de diversité. Je pense qu’elles seront heureuses d’entendre que tu apprécies leur présence. Merci pour tout chère amie, et à très bientôt du coup dans l’académie.

Virginie: D’accord, à bientôt !

Johan: Salut !

Virginie: Salut !

Voilà, merci d’avoir suivi cette vidéo. J’espère vraiment que tu l’as appréciée. Si on résume brièvement les conseils de Virginie, avant que je te fasse une annonce très très importante, donc ne quitte pas la vidéo maintenant.

Numéro 1 : ce que nous a conseillé de faire Virginie, c’est de beaucoup écouter de français et d’écouter plein de fois la même chose.

Numéro 2 : d’utiliser tes temps morts. Tu as vu, Virginie, elle a son ordinateur portable dans la cuisine parce qu’elle a beaucoup de temps morts et quand elle cuisine, elle peut écouter du français.

Numéro 3 : pratique avec les autres. Ce n’est pas en restant chez toi seul que tu vas progresser, donc, viens pratiquer. Il existe plein de différentes communautés pour ça.

Quatrièmement : lis, lis des journaux, lis des magazines, lis les nouvelles en ligne, lis des livres, mais lis pour améliorer ton français.

Cinquièmement : fais ce que tu préfères faire. Si tu préfères communiquer à l’écrit, communique à l’écrit. Si tu préfères communiquer à l’oral, communique à l’oral. Ne te force pas, fais ce que tu préfères faire.

Numéro 6 : persévère, n’abandonne pas, n’abandonne jamais. Ce n’est pas facile, mais tu peux le faire, donc, il faut persévérer, ne pas abandonner.

Et numéro 7 : ne sois pas trop ambitieux, ne te force pas, ne te fixe pas des objectifs impossibles à atteindre. Sois patient, prends le temps de travailler un petit peu au quotidien et tu verras que ça va venir.

Et j’ajouterai personnellement : sors de ta zone de confort. C’est ce qu’a fait Virginie. Elle est un peu timide, elle a accepté de venir, elle a fait une très belle performance, qui t’inspirera je l’espère, et qui lui a permis de s’améliorer elle-même.

Si tu veux rencontrer des gens comme Virginie, si tu veux discuter avec des personnes comme Virginie, rejoins l’académie Français Authentique. Les inscriptions sont ouvertes jusque dimanche, elles seront ensuite fermées pour plusieurs mois. Les inscriptions à l’académie Français Authentique sont fermées 95 % de l’année. Tu as un lien en bas qui te décrit exactement ce qu’est l’académie. Il y a plein de choses, il y a du contenu, il y a des groupes privés dans lesquels on peut discuter, il y a des discussions Zoom par caméra où on peut échanger en français. Il y a plein de projets qui sont décrits dans la page d’en bas.

Merci d’avoir suivi cette vidéo. A très bientôt ! Bon courage dans ton apprentissage du français et à tout de suite dans l’académie, c’est de l’autre côté !