Comment utiliser “même” en français

Comment utiliser “même” en français

Abonnez-vous à la chaine You Tube pour ne manquer aucune vidéo : cliquez ici.

Téléchargez le fichier MP3 ici.
Téléchargez le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Salut ! Merci à tous de me rejoindre pour cette nouvelle vidéo de Français Authentique et aujourd’hui, on va parler du mot « même ». Je remercie notre ami Pépé Salé qui est une fidèle de Français Authentique, qui commente souvent mes vidéos, qui m’a déjà envoyé plein de messages – que je salue – et qui, suite à la vidéo que j’avais faite sur « encore » – que vous pouvez voir, je vais vous mettre le lien pour que vous regardiez cette vidéo. J’avais expliqué les différentes façons d’utiliser le mot « encore ». Elle m’a dit : « Hum, Johan, le mot “même” me pose un problème. » et je comprends. Ce sont souvent des mots comme ça, un petit mot qu’on retrouve dans plein de contextes différents qui nous fait nous poser des questions quant à son sens et son utilisation.

Première chose à dire sur le mot « même », c’est qu’il peut être soit adjectif soit adverbe. On ne va pas entrer trop dans les détails sur ce que c’est. Un adjectif, c’est quelque chose qu’on ajoute près d’un nom pour préciser un petit peu le sens, pour donner une information en plus. Par exemple, si je dis : « Il y a un chien. » et que j’ajoute un adjectif pour être plus précis… Si je dis : « Il y a un chien. », on s’imagine un chien, mais on n’a pas plus d’informations. Si je dis : « C’est un gros chien. », on a une information. « Gros », c’est un adjectif, ça nous donne une information en plus ; on sait maintenant que le chien est gros.

Et un adverbe, c’est quelque chose qu’on ajoute, non pas près d’un nom comme l’adjectif, mais qu’on ajoute près d’un verbe, d’un adjectif ou d’un autre adverbe pour préciser le sens, donner des précisions, etc. Par exemple, si je dis : « Il arrive » (sans adverbe), je n’ai pas beaucoup d’infos, je sais qu’il arrive. Par contre, si je dis : « Il arrive rapidement. », eh bien je sais qu’il arrive et en ajoutant l’adverbe « rapidement », je donne une information en plus : il arrive vite.

Le mot « même », on va le voir, il  peut être soit adjectif soit adverbe. Le mot « même » en tant qu’adjectif, il a deux sens principaux. Le premier, c’est pour montrer une ressemblance, pour montrer que des choses ne sont pas différentes, qu’elles sont pareilles, qu’elles sont identiques. Par exemple, on peut dire : « Ils ont le même âge. » S’ils ont le même âge, ça veut dire que chacun a un âge et que ces âges sont les mêmes. Par exemple, moi, j’ai 36 ans et si je dis mon cousin a le même âge, ça veut dire qu’il a 36 ans, le même âge. C’est la même chose, c’est identique, il n’y a pas de différence. On peut dire : « Ils sont nés dans la même ville. » Ça veut dire qu’ils sont dans une ville et cette ville, elle est identique pour eux deux. Moi, je suis né à Charleville-Mézières dans les Ardennes dans le Nord-Est de la France. Eh bien, on va dire que tous ceux qui sont nés à Charleville-Mézières sont nés dans la même ville que moi. Ça, c’est la première utilisation du mot « même » en tant qu’adjectif.

La deuxième utilisation, on l’utilise après un nom ou un pronom pour insister sur la personne qui a fait l’action ou pour insister sur la chose dont on parle. Par exemple, on peut dire : « Il est bon, ce gâteau. Céline l’a fait elle-même », Céline ma femme. On pourrait dire : « Il est bon, ce gâteau. Céline l’a fait. » Mais si on rajoute « Céline l’a fait elle-même », en rajoutant le « même », ça donne plus d’importance à l’action et au fait que ce soit Céline qui l’a fait. En faisant ça, on insiste vraiment sur le fait que c’est Céline elle-même qui a fait le gâteau.

On peut aussi dire : « J’ai téléphoné à mon frère. Il n’était pas là, il m’a rappelé le soir-même. » Quand on dit ça, on insiste sur l’information que c’est le soir. Ce n’est pas un autre soir dans la semaine, ce n’est pas un soir deux jours après, c’est le soir-même, c’est ce soir-là, le soir du jour de mon appel. Donc, on utilise « même » après un nom ou un pronom pour insister sur la personne ou sur l’action.

« Même » en tant qu’adverbe a aussi deux sens principaux. Le premier, le plus utilisé, c’est pour dire « aussi, sans exception ». Je peux, par exemple, dire : « Tout le monde fait des erreurs en français, même les francophones. » C’est pour vous dire : « Tout le monde fait des erreurs en français, il n’y a pas d’exception, même les francophones. » Ça veut dire « les francophones aussi ». En disant « même », ça veut dire « aussi ». Tout le monde fait des erreurs en français, les francophones aussi ; il y a une idée de « pas d’exception » : tout le monde fait des erreurs en français.

On peut dire, là ça commence à devenir le cas : il pleut partout en France en ce moment, même dans le Sud. Ça, c’est pour dire : « dans le Sud aussi ». On est habitué qu’il pleuve en France mais pas dans le Sud de le France. Donc, ici en disant « même dans le Sud », on dit : « Dans le Sud de la France, il pleut aussi, il n’y a pas d’exception. »

Et le deuxième cas d’utilisation de « même » en tant qu’adverbe, c’est pour renforcer quelque chose. Par exemple, je peux dire : « Mon ami est sur la route en ce moment même. » Là, je dis « même ». On ne l’utilise pas dans plein de cas, cette façon de renforcer quelque chose ou d’insister sur quelque chose, mais ici, en ce moment même. Il est sur la route en ce moment même. Là, j’insiste, il y a le « même ».

Pour être complet, il y a 2-3 autres sens un petit peu marginaux qu’on ne va pas expliquer, mais ce qu’on entend souvent, c’est « même si ». Vous avez déjà entendu « même si » et ça veut dire qu’une proposition est vraie malgré la deuxième. On va prendre un exemple pour que ce soit plus clair. Vous pouvez dire : « Je me suis levé tôt aujourd’hui, même si je me suis couché tard hier. » Ici, le « même si », ça montre que la première proposition « je me suis levé tôt » est vraie alors qu’on pourrait s’attendre que ça ne soit pas vrai à cause de la deuxième proposition qui est « je me suis couché tard hier ». On pourrait se dire : « S’il s’est couché tard hier, alors il ne s’est pas levé tôt aujourd’hui. » Eh bien, pour montrer que malgré ça, que la première proposition est vraie quand même, on dit « même si ». Je me suis levé tôt ce matin même si je me suis couché tard hier.

Un autre exemple : j’ai aimé le film même s’il était un peu long. Là, on pourrait penser à la base, si on n’avait pas « même si » : le film est un peu long, donc, il ne l’a pas aimé. Mais là, je dis : « Je l’ai aimé, le film, même s’il est un peu long. » Donc, la première proposition « j’ai aimé le film » est vraie malgré la deuxième proposition. Un synonyme de ça, c’est « quand bien même ». Quand bien même c’est du langage assez soutenu, mais ça veut dire « même si ». Vous entendez souvent des hommes politiques utiliser ça ou des gens à la télé qui débattent. Ça fait partie du langage soutenu, mais « quand bien même », ça veut dire « même si ». Vous pouvez entendre un homme politique qui dit : « Ce que vous dites est faux et quand bien même ce serait vrai, cela ne résoudrait pas le problème. » Il dit : « Ce que vous dites est faux ; même si c’était vrai, cela ne résoudrait pas le problème. » Quand bien même, même si, vous pouvez les retrouver assez souvent notamment « même si ».

C’est tout pour aujourd’hui. Merci d’avoir regardé cette vidéo, merci Pépé Salé pour tes suggestions. Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas ; d’autres expressions, d’autres mots qui vous gênent. Nous, on note tout et on propose d’autres vidéos sur le sujet. Si vous avez aimé cette vidéo, laissez un petit J’aime, ça fait toujours plaisir et j’attends, comme d’habitude, que vous vous abonniez à la chaîne de Français Authentique. On approche tout doucement mais sûrement des 500.000 abonnés.

Merci du fond du cœur pour votre confiance ! A très bientôt ! Salut !