Comment pratiquer le français à l’oral quand on ne vit pas en France ?

Comment pratiquer le français à l’oral quand on ne vit pas en France ?

Abonne-toi à la chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo : clique ici.

Télécharge le fichier MP3 ici.
Télécharge le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Salut ! Apprendre une langue, c’est super ; pouvoir l’utiliser pour échanger avec d’autres personnes, c’est mieux. Pourtant, il n’est pas toujours simple de trouver des opportunités de parler français. Alors, comment faire ? Est-ce qu’on est vraiment obligé de venir en France pour parler français ? Heureusement, non. Dans la vidéo d’aujourd’hui, on va te présenter quelques moyens de pratiquer le français même si tu ne vis pas en France.

Avant de commencer et avant de passer au contenu en lui-même, je voulais te rappeler que les inscriptions à l’Académie Français Authentique ouvraient le 9 janvier, donc c’est très bientôt, c’est imminent. Je serai très heureux de t’y accueillir. Les inscriptions sont fermées 95% de l’année et on accueille une nouvelle promotion le 9 janvier, donc à partir du 9 janvier, et j’espère y faire ta connaissance.

Tu as, dans la description, un lien qui t’explique ce qu’est l’Académie, comment ça marche, ce que tu y trouveras, toutes les ressources, les contenus, les groupes privés, les réunions avec les tuteurs français de l’Académie etc. Et tu pourras mettre ton adresse mail pour être informé de l’ouverture des inscriptions et pour ne pas la manquer tout simplement, donc j’espère y faire ta connaissance. Tu peux dès à présent ouvrir le premier lien en bas et t’inscrire sur la liste d’attente.

Aujourd’hui, dans cette vidéo, on ne va pas parler de lecture, de séries françaises ou de films français. Non, tout ça c’est très utile pour ton apprentissage et on en a déjà pas mal parlé dans des contenus précédents. Aujourd’hui, on va se concentrer sur la pratique. Il est super important d’être actif à l’oral si tu souhaites progresser. Si tu veux devenir meilleur au piano, si tu veux jouer du piano, il faut te mettre devant un piano et jouer du piano, tout simplement. Comme on dit en français, « c’est en forgeant qu’on devient forgeron », c’est-à-dire c’est en faisant quelque chose qu’on s’améliore et qu’on devient une personne qui est compétente dans un domaine.

Donc, on va voir comment tu peux pratiquer le français, parce que c’est en pratiquant le français que tu deviendras bon au moment de parler français, et on va voir quelques moyens de le faire de chez toi, sans être en France.

Je fais cette remarque parce que très souvent j’ai des membres de Français Authentique qui me disent : « Ah si je vivais en France, j’arriverais à parler français. Si j’avais passé des semaines ou des mois de vacances en France, je serais capable de m’exprimer en français. C’est impossible pour moi de parler de façon fluide, de façon courante, parce que je ne vis pas en France ». Ce sont des choses que j’entends très souvent.

Bien que ce soit humain, humain de dire ce genre de choses, j’aimerais que tu gardes en tête une chose : ce sont des excuses. On se cherche et on trouve souvent des excuses quand on dit ça, puisqu’évidemment il n’est pas obligatoire de vivre en France ou d’avoir vécu en France pour parler. C’est sûr que vivre dans un pays, ça aide. J’ai moi-même bien progressé en allemand en vivant en Autriche et en travaillant en Allemagne, mais ce n’est pas obligatoire. Si on est motivé et qu’on met en place les bons outils, on peut très bien pratiquer une langue de chez soi, sans être dans le pays.

D’ailleurs, je connais des gens qui ont vécu dans des pays sans réussir à apprendre la langue, donc ce n’est pas quelque chose de magique, ce n’est pas le fait de vivre en France qui te ferait parler français. Il faut, dans tous les cas, faire des efforts, faire la démarche de s’exprimer. Et ces efforts, même si tu serais plus poussé à les faire si tu étais en France, tu peux très bien les faire de chez toi.

Alors, comment on peut faire en pratique ? La première chose que je te recommande de tester, c’est l’imitation. Imiter, ça veut dire copier. Tu peux écouter des natifs et les imiter, c’est-à-dire copier leur prononciation, leur façon de parler. Tu imites, tu copies et tu recommences en persévérant. Ça va t’aider, parce que si tu les imites, tu vas travailler ta prononciation, ton vocabulaire et aussi les structures de phrase typiques utilisées par les francophones. C’est très efficace. Et au moment où tu seras face à un francophone ou face à quelqu’un qui parle français, tu seras beaucoup plus à l’aise puisque tu auras eu l’habitude de parler à l’oral, puisque tu les auras imités de chez toi.

Il te suffit d’écouter tes contenus préférés, tu cherches vraiment des contenus qui t’intéressent, tu les écoutes, ensuite tu mets sur pause après quelques phrases et tu répètes, tu répètes encore une fois en imitant. Tu ne te contentes pas de répéter, mais tu parles comme si tu étais le francophone.

On fait ce genre d’exercices dans l’Académie. On a plein d’exercices dans lesquels on te dit des phrases, on te donne des phrases qu’on te demande de répéter justement pour te permettre de pratiquer l’imitation. Tu peux jeter un petit coup d’œil dans le lien, dans le « i » comme info ou dans la description. Mais bien sûr, tu peux le faire de chez toi. Tu peux choisir tes contenus préférés, faire une pause, écouter, faire une pause et répéter. Ça marche très bien.

Deuxièmement : écoute-toi. Cet exercice-là, ce n’est pas le plus agréable, mais il est très efficace. Il y a plusieurs membres de l’Académie qui nous l’ont suggéré. Je connais pas mal de membres de l’Académie qui utilisent cet exercice pour progresser et pour pratiquer.

L’idée est simple : Choisir un sujet, raconter ta journée, parler de ce que tu vas faire le weekend prochain, n’importe quoi. Tu choisis un sujet, tu prends un chronomètre et tu dois parler de ce sujet en cinq minutes. Tu prends cinq minutes pour parler d’un sujet, pour raconter ta journée, parler de ton weekend, parler d’un film que tu as vu, en français bien sûr, et tu t’enregistres.

Attention, cinq minutes, c’est plus long qu’on peut le penser, donc tu vas devoir dire beaucoup de choses en cinq minutes. Ça va te forcer à sortir de ta zone de confort et à exprimer plein d’idées, plein de phrases différentes. Donc, tu prends les cinq minutes, tu parles, tu t’enregistres.

Après, bien sûr, tu t’écoutes, donc tu écoutes l’enregistrement, tu peux prendre des notes, tu peux corriger tes erreurs et tu peux recommencer et dire : « Ah ! Là, ce n’était pas top. Je vais recommencer ». Tu prends des notes, tu te corriges et tu reprends cinq minutes pour raconter la même chose en t’enregistrant. Après une, deux ou trois itérations, répétitions, tu verras que tu vas beaucoup progresser.

L’idée, c’est de devenir à l’aise au moment de t’exprimer, de parler, d’improviser. Tu ne prends pas énormément de temps pour réfléchir, tu réfléchis en parlant. Tu improvises, tu n’as rien préparé. Ça, c’est le but, c’est de te préparer à ça. Le fait de t’entendre, de t’écouter et de t’autocorriger, te corriger toi-même, ça va te pousser à progresser.

Fais vraiment cet exercice comme si tu parlais avec quelqu’un, avec un ami imaginaire. Ne fais pas en sorte de parler de façon artificielle. Fais vraiment comme si tu parlais à quelqu’un pour rendre l’exercice naturel.

Une variante moins puissante, c’est de se parler dans la douche. Moi, je l’ai fait pendant longtemps. À chaque fois que je prenais ma douche, je me parlais en italien à un moment ou je racontais ma journée etc. à l’oral bien sûr. C’est moins efficace parce que tu ne peux pas t’entendre et te corriger, mais si tu n’arrives pas à trouver le temps, tu peux essayer cet exercice. Au moment où tu prends ta douche, tu parles en français.

Troisièmement : transforme tes activités passives en activités actives. On a déjà parlé de l’imitation où tu transformes finalement l’écoute en production, tu t’écoutes, tu parles. Eh bien, il y a d’autres moyens de pratiquer le français. Tu peux transformer la lecture en production, tout simplement en lisant à haute voix. Si possible, tu peux le faire en lisant plusieurs fois le même passage. Tu prends un paragraphe d’un livre qui te plaît, qui te passionne, et tu le lis à haute voix à plusieurs reprises.

Tu peux aussi parler à haute voix de choses qui te passent par la tête. Encore une fois, l’idée, c’est de produire, d’être actif. Plutôt que de penser et de tout garder dans ta tête, tu penses et tu parles à haute voix.

Tu peux aussi d’entraîner à parler de ce que tu as lu. Si tu lis un livre, donc tu peux, comme on a dit tout à l’heure, lire à haute voix, mais tu peux aussi lire dans ta tête et raconter ensuite ce que tu viens de lire. Si c’est de la fiction, tu peux parler des personnages, parler de l’histoire, dire ce que tu en penses. Si c’est de la non-fiction, tu peux donner ton opinion, dire les points sur lesquels tu es d’accord avec l’auteur, les points que tu as envie d’appliquer.

C’est infini en fait, mais l’idée, c’est de lire, donc d’être passif, et derrière, de passer à l’activité et à donner ton opinion, à parler à haute voix d’un sujet. Plus tu pratiqueras dans l’intimité, seul chez toi, plus tu seras à l’aise au moment de parler face à des Français.

Ça va avoir un effet un peu magique parce qu’au moment où tu vas parler avec des francophones, tu n’auras plus vraiment l’impression de pratiquer. Tu pourras t’immerger complètement dans la conversation et tu pourras profiter de l’échange. Les langues sont là pour échanger. On est là pour échanger des opinions, des sentiments parfois. En faisant tous ces exercices en amont, tu réussiras à profiter au mieux de tes conversations avec les francophones.

Quatrième astuce : trouve une communauté. Être seul, pratiquer seul, c’est super efficace. On l’a vu, on vient de voir des outils très puissants pour le faire, donc ça marche. Mais il est possible de trouver des gens comme toi qui ont les mêmes objectifs, les mêmes ambitions et de pratiquer avec eux. Il y a évidemment plein de façons de faire et plein de ressources.

On vit quand même dans une époque où la technologie est omniprésente et il est très facile de rencontrer les gens qui ont le même souci que toi, c’est-à-dire souhaiter pratiquer le français sans être en France, mais tu peux aussi trouver des gens qui ont des intérêts similaires aux tiens.

Tu peux utiliser des applications d’échange en ligne, tu peux rejoindre des groupes Facebook, tu peux chercher des cours privés, tu peux chercher des clubs. Il y a peut-être des clubs dans lesquels tu pourrais parler français autour de chez toi. Il y a plein d’outils qui sont à ta disposition même si ce n’est pas toujours facile de trouver le temps et d’allouer les ressources et l’argent à ça.

Je te parlais tout à l’heure de l’Académie Français Authentique, je pense vraiment que c’est une très bonne alternative pour toi qui te permettra de pratiquer de chez toi. Comment tu vas faire ? C’est simple. Dans l’Académie Français Authentique, on a des tuteurs français expérimentés qui sont là pour te faire parler dans des petits groupes. Ils sont attentifs à tes besoins, ils ont l’habitude de parler avec des non-francophones, ils sont là pour te guider et ils sont sur différents fuseaux horaires, on est là pour tous les fuseaux horaires du monde.

Tu pourras parler avec eux, les tuteurs français, mais aussi avec des gens du monde entier, des gens qui partagent finalement tes objectifs et parfois tes problèmes. Tout le monde apprend ensemble, tout le monde s’encourage, tout le monde se conseille. Et même si on a des gens qui ont un très bon niveau, tout le monde n’a pas un niveau extraordinaire. Donc, le groupe s’entraide. Les plus doués aident ceux qui ont un peu plus de difficulté et tout le monde tire l’ensemble de la communauté vers le haut.

Tu as l’occasion de participer à des réunions thématiques pour parler de plein de sujets différents. Quand on parle tous les jours seul de sa journée, c’est bien, c’est un bel exercice, mais on a vite fait le tour, ce n’est pas quelque chose qui est très varié. Dans l’Académie, tu peux avoir des discussions sur des sujets infinis.

Bien sûr, il y a aussi des réunions mensuelles avec Charlène, ma belle-sœur, et avec moi. Tu as un groupe Telegram dans lequel tu peux laisser des messages écrits ou des messages audio, donc ça te permet de pratiquer avec les autres. Les membres, ils sont vraiment super actifs. Il y a plein d’amitiés qui se créent et c’est comme une deuxième famille francophile qui t’attend.

Il y a beaucoup de bienveillances, d’amitiés, et on parle de tout, pas seulement d’apprentissage du français mais vraiment de sujets du quotidien, d’histoire, de culture, vraiment de tous les sujets possibles. Et ça, c’est important, parce que ça te permet vraiment de varier tes apprentissages et c’est un bon moyen d’être exposé à la langue française au quotidien sans s’ennuyer parce qu’on cherche à prendre du plaisir.

Tu as aussi un club de lecture, tu as la possibilité d’organiser tes propres réunions, où tu proposes un sujet, nous on s’occupe de toute la technique et tu viens nous parler de ton sujet. On a des membres qui nous présentent leurs pays, on a eu des supers présentations sur la politique en Colombie, sur l’Algérie, on en a une sur le vin parce qu’on avait un œnologue dans l’Académie, donc plein de sujets riches et variés présentés aussi par les membres.

Tu as la salle ouverte 24 heures sur 24. Si tu as cinq minutes à tuer, comme on dit en français, tu te connectes et il y a très souvent des membres, parfois c’est moi, parfois c’est des membres, qui sont dans la salle et qui sont là pour discuter et échanger en français avec toi. Il n’y a pas de préparation, donc c’est un bon défi et c’est un excellent exercice d’improvisation. Et bien sûr, tu le fais en prenant du plaisir.

Tu peux aussi te faire des amis parce qu’on a beaucoup de membres de l’Académie qui se parlent à l’extérieur de l’Académie. On a des amitiés qui se sont créées, on a des gens qui se rencontrent en vrai, on a des gens qui prennent des vacances ensemble. L’Académie, c’est vraiment un vivier de personnes super intéressantes, super motivées, qui s’entraident et qui finissent par se lier d’amitié. Et on a des membres du monde entier, ce qui permet d’apporter une diversité culturelle vraiment énorme. Moi-même, je m’y enrichis vraiment au quotidien.

Comme je te le disais en introduction, les inscriptions sont fermées 95% de l’année et on a une nouvelle promotion qui va nous rejoindre à partir du 9 janvier. Donc si ça t’intéresse, tu peux joindre la liste d’attente dès maintenant.

Pour récapituler tout ce qu’on s’est dit, on t’a donné quatre astuces pour pratiquer et pour faire en sorte de pratiquer le français sans être en France.

Le premier conseil qu’on t’a donné, c’était d’imiter, d’utiliser la technique d’imitation.

Le deuxième conseil, c’était de t’écouter, de te parler, de t’enregistrer et de t’écouter.

Le troisième conseil ou la troisième petite astuce qu’on a vue ensemble, c’est de passer d’activités dans lesquelles tu es 100% passif à des activités dans lesquelles tu es actif. Par exemple, transformer la lecture en production, en expression orale.

Et le quatrième conseil, c’était de rejoindre une communauté, il y en a plein en ligne. On t’a donné comme exemple l’Académie Français Authentique.

Merci d’avoir suivi ce contenu. Si tu l’as apprécié, comme d’habitude, un petit pouce bleu nous montre le type de sujet qui te parle et qui t’intéresse. Tu peux partager cette vidéo évidemment avec tes amis qui apprennent le français. N’oublie pas de t’abonner à la chaîne You Tube de Français Authentique en activant les notifications. Et tu peux partager en commentaire les différentes astuces qui t’ont permis de pratiquer le français sans vivre en France.

Merci de nous avoir suivis et à très bientôt pour du nouveau contenu en français authentique. Salut !