Ce que vous ne devez pas apprendre…

Ce que vous ne devez pas apprendre…

Abonnez-vous à la chaine You Tube pour ne manquer aucune vidéo : cliquez ici.

Téléchargez le fichier MP3 ici.
Téléchargez le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

L’apprentissage juste à temps. L’apprentissage au cas où. Je vous explique pourquoi il est très important de faire la différence entre les deux dans cette vidéo.

Bonjour et merci de me rejoindre dans cette nouvelle vidéo de Français Authentique dans laquelle nous allons parler développement personnel. C’est un sujet qui vous sera utile pour votre apprentissage du français et pour toutes les choses que vous devez apprendre dans votre vie. Dans mes autres vidéos, je vous dis souvent ce qu’il faut apprendre ; je vous donne des conseils sur les choses que je vous recommande d’apprendre, mais, aujourd’hui, on va travailler à l’envers : je vais vous dire ce qu’il ne faut pas apprendre.

Je parlais, il y a quelques jours, sur la page Facebook de Français Authentique du fait qu’on vivait maintenant avec Internet dans une société où il y avait un excès d’informations ; on est bombardé tous les jours d’informations. On peut apprendre tout sur tout où on veut n’importe quand avec nos smartphones, avec nos tablettes, avec nos ordinateurs, avec nos livres, nos magasines. On est bombardé d’informations et notre attention, elle est limitée ; nous n’avons donc pas le temps de tout consommer et d’apprendre sur tout. Alors, d’un point de vue général – je ne parle pas encore de l’apprentissage des langues dans cet exemple, on y reviendra après – je suis moi-même tombé un petit peu dans ce piège.

Je suis une personne curieuse et j’aime lire – vous le voyez derrière – et à une époque, j’ai commencé à lire sur tout, je m’intéressais à tout, je voulais savoir des choses sur tout. Ça allait de l’histoire à la productivité, la philosophie, la politique, la nutrition, le sport, le marketing, les finances, etc., beaucoup de sujets différents. Et je lisais vraiment par plaisir, pas parce que j’en avais besoin ; je lisais comme ça pour m’informer, pour me distraire, mais pendant longtemps je n’appliquais pas directement ce que je lisais. Je me disais : « On verra plus tard, ça me servira bien un jour. » C’est ce que j’appelle aujourd’hui « l’apprentissage au cas où ». On apprend des choses au cas où on en aurait besoin un jour.

Et le souci, c’est que quand on apprend quelque chose et qu’on ne l’applique pas, eh bien, on a tendance déjà à moins bien l’apprendre, à moins bien l’intégrer puisqu’on n’a pas l’expérience qui nous permet de renforcer l’apprentissage. Et en plus, quand on n’applique pas ce qu’on apprend, on a tendance à l’oublier. Moi, je l’ai vécu, par exemple, avec l’investissement financier. J’ai lu, il y a quelques années, pas mal de livres sur l’investissement, sur le fait d’investir l’argent qu’on a gagné pour assurer son futur ; j’ai lu pas mal de livres sur le sujet et je n’étais pas, à cette époque, dans une phase d’investissement, c’est-à-dire que je n’appliquais pas. J’avais lu, mais je n’appliquais pas, je n’avais aucune action. Et quelques années après où est venu ce temps d’investir, plein de choses que j’avais apprises n’étaient plus gravées dans ma mémoire, j’avais oublié plein de choses. Et en plus, le fait de commencer à pratiquer, eh bien, ça faisait que je découvrais qu’en fait, mon besoin était un petit peu autre que ce que j’avais lu avant. En bref, ce que j’avais lu avant m’a peu servi – ça m’a donné des bases, mais ça m’a peu servi – et finalement, j’ai perdu beaucoup de temps.

Il est certes important d’avoir une éducation de base et je vous recommande de commencer par là si vous commencez à lire. J’entends par-là les classiques du développement personnel, avoir une vision de la productivité et bien sûr des sujets liés à votre activité professionnelle. Mais, pour le reste, au lieu de pratiquer cet apprentissage au cas où, je vous recommande d’appliquer ce que j’appelle « l’apprentissage juste à temps ». C’est tout simple : il s’agit d’uniquement apprendre ou lire des livres ou regarder des vidéos d’apprentissage sur des sujets que vous pouvez appliquer immédiatement. C’est ce que je fais aujourd’hui. Je lis sur des choses que je peux appliquer, sur lesquelles je peux agir tout de suite et c’est bien bien mieux. En fait, ce que je fais, je m’organise des petites campagnes d’apprentissage, donc, pendant quelques temps (ça peut être plusieurs semaines ou plusieurs mois, ça dépend du sujet), je me fais une campagne sur un sujet et donc, je lis des livres sur ce sujet, je regarde des vidéos sur ce sujet et surtout, le plus important, j’applique ce que j’apprends. Par exemple, l’année dernière, j’ai fait une grande campagne d’apprentissage du Yoga, donc, j’ai lu trois livres sur le Yoga, j’ai regardé plein de vidéos YouTube sur le Yoga et, au fur et à mesure – c’est ça la grande puissance de l’apprentissage juste à temps – je faisais des tests par rapport à ce que j’apprenais dans les livres et dans les vidéos et je rencontrais des soucis et ça me permettait de compenser, de regarder et de dire : « J’ai testé ça et j’ai un souci ; je vais aller chercher la réponse dans une vidéo ou dans un livre. » Donc, ça vous permet d’adapter votre apprentissage à l’action, à ce dont vous avez besoin.

Je fais la même chose avec la productivité. Comme je suis un peu fou avec la productivité – j’ai d’ailleurs fait une formation sur le sujet, la productivité sans stress – je lis plein de choses, donc, je me fais souvent des campagnes où je relis deux ou trois nouveaux livres sur l’organisation et la productivité et je les teste dans mon système que je partage avec vous dans cette formation. En ce moment, je me fais une campagne d’apprentissage sur la nutrition, donc, je lis plein de choses sur la nutrition et j’applique, j’adapte. Ce qui marche, je le garde, ce qui marche moins bien pour moi, je ne le garde pas. C’est vraiment ce retour d’information que vous avez en testant qui vous permet d’apprendre de façon beaucoup plus efficace.

En bref, les deux piliers de cet apprentissage juste à temps, c’est :

– premièrement, d’apprendre,

– et deuxièmement, d’appliquer, de tester.

Si en plus de ça, vous arrivez à enseigner – ça, c’est le troisième pilier qui vous permet de graver les choses encore plus dans votre mémoire – eh bien, vous apprendrez  bien mieux. C’est pour ça que chaque jour, je publie des choses, des notes de lecture sur la page Facebook de Français Authentique, c’est pour ça que je fais ces vidéos de développement parce que je sais que ça vous aide et moi, ça me permet de renforcer mon apprentissage en enseignant.

Vous allez me dire : « Johan, quel est le rapport avec l’apprentissage des langues ? » Eh bien, je suis d’avis qu’on peut appliquer ça dans l’apprentissage des langues d’une façon très simple. J’ai déjà un petit peu parlé de ça dans une de mes dernières vidéos sur l’apprentissage du vocabulaire, mais on peut utiliser l’apprentissage juste à temps quand on apprend une langue. Encore une fois, un exemple personnel,  non pas que j’essaye de placer des exemples personnels à tout bout de champ, mais c’est ce que je connais le mieux. Quand je suis arrivé en Autriche et que je devais apprendre l’allemand, je travaillais (j’ai eu un job), eh bien, je me suis concentré dans un premier temps sur les choses dont j’avais besoin. J’ai appris le vocabulaire lié au bureau, à l’entreprise et je n’ai pas appris le vocabulaire lié aux restaurants. En ce moment, je suis en train d’apprendre ma quatrième langue, l’italien, et mon prochain – ce que j’ai en en vue – mon prochain objectif, c’est d’aller en vacances cet été en Italie. Eh bien, je concentre mon vocabulaire cette fois sur le tourisme, sur des visites de ville, sur le restaurant, etc. et pas sur le bureau ou l’université.

Ça ne veut pas dire qu’il faut apprendre que ce dont on a besoin tout de suite au niveau des langues, mais je pense que j’ai d’autres choses à faire, d’autres focus, d’autres priorités que d’apprendre sur le bureau ou l’entreprise. Je le ferai certainement plus tard parce qu’apprendre une langue, c’est aussi en connaitre sa diversité et sa culture, mais en utilisant l’apprentissage juste à temps pour les langues, on focalise ces domaines d’apprentissage dans un premier temps sur ce dont on a besoin tout de suite.

Posez-vous la question « pourquoi apprenez-vous le français ? Quel est votre objectif ? Dans quelles situations allez-vous en avoir besoin maintenant, là, au plus vite ? » et en fonction de ça, adapter le vocabulaire que vous apprenez. Je pense que ça sera très puissant et ça vous aidera. Bien sûr, par la suite, vous pourrez l’étendre, en apprendre toujours plus afin d’enrichir votre vocabulaire et votre niveau de français. Je vous recommande vraiment d’appliquer également cette technique dans toutes vos phases d’apprentissage. Bâtissez-vous peut-être des campagnes d’apprentissage de choses que vous appliquez qui vous aident à vous développer dans différents domaines et vous verrez une grande différence.

En ce qui concerne votre apprentissage juste à temps, je vous recommande de jeter un petit coup d’œil aux packs 1, 2 et 3 de Français Authentique. Vous avez plus d’informations dans le « i » comme info par ici. Ils contiennent vraiment le vocabulaire français dont vous aurez forcément besoin si vous venez en France ou si vous souhaitez communiquer avec des francophones. Vous trouverez forcément le vocabulaire dont vous avez besoin dans ces produits et vous pourrez, dans un premier temps, commencer par les groupes de leçons qui correspondent à votre besoin en utilisant l’apprentissage juste à temps. Quelle que soient votre situation et votre priorité, vous trouverez votre bonheur dans ces packs.

Merci d’avoir regardé cette vidéo. Donnez-moi votre avis en commentaire, comme d’habitude et à très bientôt pour une nouvelle vidéo de Français Authentique !