As-tu vraiment compris ?

As-tu vraiment compris ?

Ressource(s) évoquée(s) dans l’épisode :

 

(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Transcription de l’épisode :

Salut ! Bienvenue dans ce nouvel épisode de “Marcher avec Johan”. Merci de me rejoindre. Je suis toujours très heureux de vous voir si nombreux à écouter mes différents épisodes, que j’enregistre en marchant.

Aujourd’hui, on va parler compréhension et on va parler d’un sujet de développement personnel. Il y a même trois citations que je trouve très inspirantes que je vais partager avec toi. Donc, ça va être un épisode assez dense.

Avant d’aller plus loin, je voudrais quand même te dire que mon livre… parce que ça c’est un truc qui me tient à cœur, mon livre 301 expressions pour parler comme les Français il va être disponible le 28 septembre. C’est ça, il sort le 28 septembre. Donc, je t’ai mis un lien dans la description pour que tu puisses t’inscrire à la liste d’attente.

C’est un bouquin sur lequel j’ai beaucoup travaillé. L’éditeur qui m’accompagne a fait un super job aussi. Donc tu vas voir, il va être super utile pour toi. C’est un livre qu’on a voulu interactif parce qu’il y a des… forcément un livre, donc des mots sur des feuilles de papier, puisque le livre est disponible sous forme physique ou encore sous forme de livre audio, pardon, de livre e-book, en ligne en tout cas, via Amazon et d’autres plateformes. Mais on l’a voulu interactif, puisqu’il y a des vidéos bonus et il y a ma voix aussi qui prononce toutes les expressions, et tu as même accès à un quiz. Donc, c’est interactif. Il y a plein de codes que tu scannes pour pouvoir avoir accès à différentes ressources audio ou en tout cas multimédia.

Ceci étant dit, je voulais aujourd’hui te parler de la compréhension et te demander si tu étais vraiment sûr d’avoir compris quelque chose, parce que parfois on pense avoir compris un concept, on a lu un concept, on a lu une chose liée à la philosophie ou à l’histoire ou à la géographie, on a lu quelque chose, on pense l’avoir compris, on est même sûr de tout avoir compris, on est sûr d’avoir tout saisi, mais finalement on s’aperçoit que ce n’est pas tout à fait vrai, que quand on en parle avec quelqu’un, cette personne nous pose des questions, et on a du mal à y répondre.

Moi, je le vois avec l’épreuve des enfants. Quand je raconte des choses ou que j’essaie d’enseigner des choses aux enfants, les enfants ont toujours des questions très basiques et très concrètes. Ils demandent souvent : « Pourquoi ? Papa, pourquoi c’est comme ça et pourquoi pas comme ça ? Et à quoi ça sert ? » Donc, les enfants vont avoir des questions qui sont toujours très basiques, très intéressantes finalement, mais elles vont mettre à l’épreuve ce qu’on pensait avoir compris. En fait, on pense avoir compris, mais après avoir discuté avec les enfants, on s’aperçoit que non, on n’a pas très bien compris.

Et ça, ça peut être un problème. Et ce problème, il est illustré… Je ris parce que c’est… Je vais encore citer Mark Twain. Mark Twain, c’est un écrivain américain super connu né en 1835, mort en 1910. D’ailleurs, Mark Twain, ce n’est même pas son nom, c’est un pseudonyme. Mais donc, il est super connu pour ses livres, pour ses ouvrages, ses romans, mais aussi pour des citations géniales. Je ne vais pas te citer celle sur la lecture parce que je la cite très souvent, mais je trouve qu’il est super inspirant.

Il y a une citation de Mark Twain qui dit, tu vas comprendre le lien avec le sujet du jour, il dit : « Ce n’est pas ce que vous ne savez pas qui vous pose des problèmes, c’est ce que vous savez avec certitude et qui n’est pas vrai ». Je répète, c’est très important : « Ce n’est pas ce que vous ne savez pas qui vous pose des problèmes, c’est ce que vous savez avec certitude et qui n’est pas vrai ».

Et Mark Twain, en disant ça, il est super inspirant et super juste comme d’habitude, il explique que finalement, parfois, on se dit : « Puisque je ne sais pas une chose ou puisque je n’ai pas de compétence dans un domaine, ça va me créer des problèmes ». Mais souvent, ce n’est pas ça, parce que quand on ne sait pas quelque chose, on est humble, donc on va être à l’écoute, on ne va pas prendre de décisions trop rapide etc. Mais quand on pense savoir quelque chose ou qu’on est sûr de quelque chose, qu’on est sûr d’avoir compris quelque chose, et qu’en fait on se trompe, on ne l’a pas vraiment compris ou on n’a pas compris exactement comme il le fallait, eh bien c’est là, où on peut avoir des problèmes.

Donc, cette histoire de compréhension, elle est super importante, parce que comme tu l’as compris, on peut parfois avoir des problèmes, être en difficulté si on est sûr d’avoir compris quelque chose, alors qu’en fait on ne l’a pas saisi.

Et il y a deux autres citations. Donc, la première citation de Mark Twain, je la trouve superbe au niveau du constat, mais il y a deux autres choses ou deux autres citations que j’aimerais partager avec toi, qui peuvent t’aider à savoir ou à comprendre ou à être certain d’avoir compris quelque chose.

La première, c’est d’Albert Einstein, donc célèbre physicien allemand né en 1879 et mort en 1955. Et lui, Einstein, il a dit tout simplement : « Si vous ne pouvez expliquer quelque chose simplement, c’est que vous ne l’avez pas bien compris ». Donc Einstein… on en revient un peu à ce que je disais tout à l’heure avec le fait de discuter d’un sujet avec des amis, et quand ils nous posent des questions, on ne sait pas répondre, ou quand les enfants nous demandent d’expliquer des choses clairement et finalement, on s’aperçoit qu’on a du mal à répondre à leurs questions basiques, eh bien ça, typiquement, c’est un signe qu’on n’a pas bien compris.

Comme le dit Einstein, si on n’est pas capable d’expliquer quelque chose simplement, eh bien c’est qu’on ne l’a pas bien compris. Donc ça, c’est la première citation que je voulais partager avec toi en ce qui concerne en premier, entre guillemets, outil, une petite citation qui te montre comment faire finalement pour être sûr d’avoir compris un truc, pour être sûr et certain d’avoir compris quelque chose, il faut essayer de l’expliquer. Et si tu sais l’expliquer facilement et que même les enfants te comprennent, c’est que tu l’as bien compris. Sinon, c’est que tu n’as pas bien compris.

Et si tu n’as pas bien compris, tu ferais vraiment mieux d’aller le réétudier, d’aller reprendre tes études de façon humble. Sinon, ça va te causer des problèmes comme l’a expliqué notre cher ami Mark Twain.

Et il y a une autre citation, alors là qui est un peu plus poétique, tu vas voir, elle rime, et elle est de Nicolas Boileau. Nicolas Boileau, c’était un homme de lettres français né en 1636, mort en 1711. Donc, c’est l’époque de Louis XIV. Et sa citation, les vers que je vais te citer, je les connais depuis longtemps. Par contre, je ne savais pas que c’était de lui.

D’ailleurs, dans la vidéo… j’ai enregistré une vidéo avec Olivier Roland, qui est un jeune entrepreneur français, elle est disponible sur ma chaîne You Tube. Tu peux, si tu tapes sur You Tube « français authentique Olivier », tu vas la trouver. Et donc, Olivier la cite. En tout cas, il utilise cette citation. Il se trompe en disant que ça a été dit par Lavoisier. Moi, de mon côté, je connaissais la citation, je n’avais plus l’auteur, mais elle est de Nicolas Boileau, cette citation. Et elle est très belle, tu vas voir. Elle dit un peu la même chose, mais elle est très belle, tu vas voir.

Alors, Boileau, il dit : « Ce que l’on conçoit bien s’exprime clairement et les mots pour le dire viennent aisément ». Tu vois, tu as des rimes hein. C’est vraiment très bien écrit, très joli. Et donc, ce qu’il te dit : « ce que l’on conçoit bien », qu’est-ce que c’est, « ce que l’on conçoit bien » ? Concevoir, ici, ça a le sens de comprendre. Donc en gros, une chose que l’on a bien comprise… « S’exprime clairement », qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire qu’on est capable de l’exprimer, de l’expliquer clairement. Donc en gros, une chose que l’on a bien comprise, eh bien c’est une chose qu’on est capable de bien expliquer, d’expliquer de façon claire.

« Et les mots pour le dire viennent aisément », aisément ça veut dire facilement, donc ça veut dire les mots qui te viennent pour expliquer clairement cette chose, que tu as comprise, eh bien ils viennent facilement, tu n’as pas besoin de réfléchir des heures, d’hésiter longtemps à quels mots employer etc. Non, les mots viennent aisément, les mots pour exprimer cela viennent facilement, parce que tu as bien compris. Donc, c’est un petit peu finalement la même idée que ce que disait Einstein en ce qui concerne la compréhension. Je trouve qu’elle est très sympa aussi, cette citation.

Dans tous les cas, qu’est-ce que ça veut dire ? Comment appliquer ça au quotidien ? Puisqu’on a vu l’outil, on a vu que c’était risqué de ne pas comprendre quelque chose ou de se tromper, de penser savoir une chose, alors qu’on ne la sait pas, ou de penser avoir compris une chose, alors qu’on ne l’a pas comprise.

On a vu avec Mark Twain que c’était dangereux, que ça pouvait nous créer des problèmes. On a vu avec Boileau et avec Einstein comment faire pour être sûr d’avoir compris quelque chose. Et en fait, il faut tout simplement essayer de l’expliquer. Si on arrive à l’expliquer clairement, facilement, aisément, si on arrive à l’expliquer simplement, à des enfants par exemple, alors c’est qu’on a bien compris.

Donc l’idée, c’est de douter de soi, de douter de sa compréhension, de ses connaissances. On n’est pas dans le doute cartésien. Descartes, célèbre philosophe français, qui nous demandait de douter quasiment de tout, enfin, en tout cas, c’était un doute temporaire, mais nous demandait de beaucoup douter. Ici, c’est un peu ça. Ce qu’il faut, c’est un doute encore une fois temporaire. Donc, il faut se dire : « Attends, est-ce que je suis sûr ? Est-ce que j’ai bien compris ? Est-ce que je connais bien cette chose ? » Et ça nous permet tout simplement d’éviter l’arrogance et ça nous pousse à apprendre plus, à avoir de l’humilité.

Je lisais pas plus tard qu’hier un petit article qui était titré : « Pourquoi les scientifiques se sont trompés à propos du Covid-19 ? » où tu avais plein de scientifiques mais renommés hein, des vrais scientifiques, pas des gens qui n’avaient pas de connaissance, des scientifiques, des épidémiologistes, donc des médecins spécialistes en infection, en maladie infectieuse, donc spécialisés dans des maladies du type Covid-19, qui se sont littéralement trompés, plantés, en début d’épidémie en disant : « Non, ça n’arrivera pas en France ».

Il y avait un expert qui disait : « C’est arrivé, ils ont confiné en Italie, jamais nous confinerons en France ». Et il l’a dit, il l’a écrit, il était trop sûr de lui. On peut lui demander : « Est-ce que tu es sûr que tu avais vraiment tout compris ? » Puisque comme le dit Mark Twain finalement, tu vois, c’est ce qu’on pensait savoir qui nous a créé des problèmes. Si on avait été plus humble… Humble, ça veut dire accepter qu’on ne sait pas tout et que parfois il y a des choses qui nous échappent, qu’on ne maîtrise pas. Si on avait été plus humble, peut-être qu’on n’aurait pas résolu le souci de cet épidémie dès le début, mais on aurait certainement eu une réponse initiale beaucoup plus efficace et on n’aurait pas passé notre temps dans la réaction perpétuelle.

Donc en fait, voilà à quoi ça te pousse tout ça, cette réflexion. Si je te demande si tu as vraiment compris ? C’est pour ça, c’est pour éviter l’arrogance, pour pousser à l’humilité et à l’envie d’apprendre. Donc, on n’est pas là pour se critiquer, pour douter de tout, mais il faut être humble dans sa compréhension de ce qu’on pense et de ce qu’on pense savoir finalement.

Voilà ce que je voulais partager avec toi aujourd’hui. J’espère que ça t’a plu. N’hésite pas à aller jeter un œil dans la description de cet épisode pour découvrir mon livre 301 expressions pour parler comme les Français.

Merci et je te dis à bientôt pour un autre épisode de “Marcher avec Johan”. J’ai hâte de t’avoir encore avec moi en me baladant dans les forêts et dans les chemins. À bientôt.