7 façons d’exprimer la douleur en français

7 façons d’exprimer la douleur en français

Abonne-toi à la chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo : clique ici.

Télécharge le fichier MP3 ici.
Télécharge le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Salut ! Aujourd’hui, nous allons lister sept façons d’exprimer la douleur en français. Je pense qu’il y en a au moins trois que tu ne connais pas.

Bienvenue dans cette vidéo de vocabulaire. Aujourd’hui, nous allons, comme je le disais, voir un certain nombre de façons, un certain nombre de moyens d’exprimer la douleur, de dire qu’on a mal. J’ai choisi trois expressions du langage courant, trois expressions familières et une expression du langage soutenu. Comme ça, on aura un panel qui sera assez large. On aura un certain nombre de façons différentes d’exprimer la douleur.

Tu n’es évidemment pas obligé d’employer chacun de ces moyens quand tu ressens de la douleur. L’idée, ici, c’est plus de travailler ta compréhension et ne plus jamais être pris au dépourvu, c’est-à-dire ne plus jamais être dans une situation dans laquelle tu ne comprends pas, dans un film ou une série ou un livre, une personne qui exprime la douleur. On est plus ici dans une idée de travailler la compréhension que d’essayer à tout prix d’utiliser ces sept façons d’exprimer la douleur.

Avant de passer aux explications, je t’informe que tu peux télécharger une fiche PDF qu’on a créée pour toi. Elle est en téléchargement libre dans la description de cette vidéo. En plus de la recevoir, tu seras abonné automatiquement à la lettre d’information de Français Authentique. Donc, suis bien le premier lien. Tu entres ton adresse e-mail, tu reçois la lettre d’information dans les semaines à venir et tu obtiens une petite fiche PDF qui reprend la définition de ces sept façons d’exprimer la douleur en français.

Première façon d’exprimer la douleur, il suffit de dire : « avoir mal à ». C’est le moyen finalement le plus courant de dire qu’on a mal et d’exprimer la douleur, d’exprimer ce sentiment qu’on ressent quand on a mal, quand on a de la douleur. Donc, on dit qu’on a mal.

Ici, le seul point sur lequel il faut faire attention, c’est que la préposition « à », elle va se transformer, elle va changer en fonction du genre et du nombre de ce qui suit. Si tu as un féminin singulier qui suit la préposition « à », eh bien on garde le « à ». Tu vas dire : « j’ai mal à la tête, j’ai mal à la jambe, j’ai mal à la gorge. » Donc, si le nom est féminin singulier, on garde la préposition « à ».

Si le nom est masculin singulier, « à » devient « au ». Tu dis par exemple : « j’ai mal au genou, j’ai mal au doigt », si tu as mal à un doigt, « j’ai mal au doigt » parce que doigt et genou sont masculins. « J’ai mal au dos ». Donc, si tu as affaire à un masculin singulier, tu dis « au ».

Si le mot qui suit la préposition est un mot au pluriel, tu dis « aux ». « J’ai mal aux dents ». Je n’ai pas mal à une seule dent, sinon tu dirais : « J’ai mal à la dent ». Mais si tu as mal à plusieurs dents, tu dis : « J’ai mal aux dents. » Tu peux dire : « J’ai mal aux genoux », si tu as mal aux deux genoux. Tu peux dire : « j’ai mal au doigt », « au doigt », donc ça c’est un masculin singulier, tu écris « au », et « aux doigts » s’il y en a plusieurs, c’est un masculin pluriel, tu utilises « aux ».

Tu vois qu’ici la difficulté principale, quand on utilise « avoir mal à », c’est d’utiliser la bonne préposition. Et tu retrouves tout ce que je viens de dire dans la fiche PDF en bas, que tu peux télécharger.

Ce que tu peux ajouter quand tu as vraiment très, très mal, c’est le mot « trop ». Donc, si quelqu’un dit : « J’ai trop mal », ça veut dire « j’ai très, très, très mal ». Le « trop » ici, il vient amplifier la douleur.

Deuxième façon d’exprimer la douleur, c’est d’utiliser le verbe « souffrir ». C’est du langage courant hein, tout comme « avoir mal à ». De façon générale, quand on dit « je souffre », eh bien ça veut dire « j’ai mal ». Ici, quand on veut sortir du cas général, si tu dis « je souffre », ça veut dire « j’ai mal », on ne sait pas où tu as mal. Mais si tu veux décrire les endroits qui te font souffrir, tu vas utiliser la préposition « du ». Et cette préposition « du », elle va se transformer aussi en fonction du genre et du nombre de ce qui va suivre. Donc, on dit « souffrir du » mais tu vas voir que ça peut changer.

Si tu as un féminin singulier, le « du » va devenir « de la ». Donc, tu diras : « je souffre de la jambe, je souffre de la tête ». Si jamais le mot qui suit est un masculin singulier, là, on gardera le « du ». Donc, tu diras : « je souffre du dos ». Si le mot qui suit est un mot au pluriel, eh bien là « du » deviendra « des ». Donc, tu diras : « je souffre des dents ou je souffre des doigts ». Même si c’est un doigt ou une dent, peu importe ici le genre, le nombre fait qu’on dit « des ».

C’est encore une fois la chose sur laquelle il faut faire attention quand on utilise le verbe souffrir, c’est de choisir les bons mots après la préposition ou de choisir tout simplement la bonne préposition. Ça aussi, on le résume dans la fiche PDF.

Troisième façon courante d’exprimer la douleur, c’est de dire « ressentir » ou d’utiliser « ressentir une douleur », tout simplement. Ressentir une douleur, c’est du langage courant. Si tu dis « je ressens une douleur », ça veut dire « j’ai mal », tout simplement.

Si tu veux préciser l’endroit qui te fait souffrir, tu vas utiliser la préposition « à », qui aura le même comportement que ce qu’on a vu dans « avoir mal à ». Si tu as un féminin singulier, le « à » restera « à ». Donc, tu diras par exemple : « je ressens une douleur à la tête ». Si le mot qui suit la préposition est un mot au masculin singulier, « à » deviendra « au ». Tu diras par exemple : « j’ai une douleur au genou ». Si le mot qui suit est un mot au pluriel, ce sera « aux », alors qu’au masculin singulier c’était « au ». Tu diras par exemple : « je ressens une douleur aux dents ». Encore une fois, ici, il faut savoir choisir la bonne préposition.

Nous avons vu à trois façons courantes d’exprimer la douleur. Nous allons maintenant voir une façon soutenue.

Tu as déjà peut-être entendu « être en proie à la douleur », c’est du langage soutenu. Tu l’entends peu à l’oral, c’est plutôt rencontré à l’écrit, dans les livres par exemple. Être en proie à la douleur, ça veut dire « avoir mal », « subir une douleur », « souffrir », tout simplement. On parle ici de douleur en général, on ne parle pas d’un endroit particulier. On dit « je suis en proie à la douleur », mais on ne dit pas « je suis en proie à la douleur à la tête ». Ça, ça ne marche pas. Donc, « être en proie à la douleur », c’est un autre moyen d’exprimer le fait qu’on a mal.

Nous allons maintenant voir trois façons familières, trois façons populaires de dire qu’on a mal, d’exprimer la douleur.

La première, c’est « déguster ». Tu connais peut-être le verbe « déguster » dans le sens de prendre du plaisir en mangeant un plat ou en buvant un vin. Tu peux dire « Hum ! j’ai dégusté un plat fantastique ».

Eh bien ici, ça n’a rien avoir. Si tu dis « déguster » dans le sens qu’on étudie aujourd’hui, ça veut dire que tu as mal, que tu subis quelque chose de négatif et que cette chose entraîne une douleur physique ou morale. Tu peux entendre : « Je me suis fait opérer suite à un accident de voiture. J’ai dégusté ». Là, ça implique que tu as eu mal, tu montres que tu as subi beaucoup de douleur. Tu peux aussi entendre « j’ai dégusté lors de mon divorce » où là ce n’est pas une souffrance physique, mais une souffrance mentale. Déguster veut dire « souffrir », « avoir mal ».

Un autre moyen d’exprimer la douleur de façon familière ou de dire que tu as mal de façon populaire, c’est de dire « morfler ». C’est un synonyme de « déguster ». Moi, je peux te dire par exemple : « Oh ! Quand je me suis cassé le poignet, j’ai morflé ». Ça veut dire « j’ai dégusté », « j’ai eu mal », tout simplement.

Et enfin, dernière façon que j’ai trouvée d’exprimer la douleur, encore une fois, c’est familier, c’est populaire, c’est « douiller ». C’est un synonyme de « morfler » ou de « déguster ». Tu peux entendre quelqu’un qui dit : « Ça fait une semaine que j’ai mal à la tête. Je douille ». Ça veut dire « j’ai mal », « je souffre ».

Donc, on va reprendre les sept façons, que j’ai trouvées, d’exprimer la douleur en français, trois courantes, une soutenue et trois familières.

La première, c’est de dire « avoir mal à ». On a vu qu’il fallait faire attention à la préposition.

Souffrir, c’est la deuxième façon.

La troisième façon, c’était « ressentir une douleur ».

La quatrième façon, c’est « être en proie à la douleur ».

Cinquièmement, « déguster ».

Sixièmement, « morfler ».

Et septièmement, « douiller ».

Je te laisse télécharger la fiche PDF en bas gratuitement. Tu seras en plus automatiquement abonné à la lettre d’information de Français Authentique. Tu as un lien dans la description. C’est super facile, tu mets ton adresse e-mail et tu reçois la fiche PDF dans les cinq minutes et la lettre d’information et plein d’autres ressources dans les semaines à venir.

Si tu as apprécié cette vidéo, fais-le savoir. Un petit J’aime, ça fait toujours plaisir. Rejoins la chaîne You Tube de Français Authentique en activant les notifications pour ne rien manquer. Je prépare quelques petites surprises dans les semaines à venir.

Si tu as une suggestion, si tu veux qu’on t’explique d’autres termes en français, des expressions, du vocabulaire, peu importe, ce que tu souhaites, n’hésite pas à nous le dire en commentaire de cette vidéo. On a déjà par exemple traité de plusieurs façons d’exprimer le fait d’être fatigué, plusieurs façons de s’excuser en français. Donc, si tu as des suggestions, dis-nous le en commentaire.

Merci d’avoir regardé cette vidéo. A très bientôt !