5 erreurs que les non francophones font souvent

5 erreurs que les non francophones font souvent

Abonne-toi à la chaine You Tube pour ne manquer aucune vidéo : clique ici.

Télécharge le fichier MP3 ici.
Télécharge le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Salut à tous ! Merci de me rejoindre pour cette nouvelle vidéo de Français Authentique. Aujourd’hui, on va parler des erreurs. Tu l’as vu dans le titre. C’est une chose dont je n’ai encore jamais parlé. On est en 2019, j’ai créé Français Authentique en 2011 et je n’ai jamais parlé des erreurs les plus courantes en français parce que ma philosophie, c’est “il ne faut pas avoir peur de faire des erreurs”. J’ai envoyé un mail hier à mes contacts privés, dans lequel j’expliquais justement qu’il ne fallait pas chercher la perfection, que l’erreur était humaine, que les francophones faisaient des erreurs dans leur langue maternelle, donc, ce n’est pas grave. J’explique évidemment que c’est OK d’essayer de s’améliorer de façon continue ; on cherche l’amélioration continue, mais sans stress. Donc, j’ai toujours encouragé les gens à ne pas avoir peur de faire des erreurs.

Mais ceci étant dit, il y a quand même parfois des erreurs qui reviennent souvent et dont il est intéressant de s’inspirer pour ne plus les faire et j’ai listé là cinq erreurs récurrentes, cinq erreurs que je lis souvent dans vos messages ou j’ai souvent l’occasion d’entendre puisque je suis en contact régulier avec des non-francophones. Donc, des erreurs typiques que j’entends depuis 2011 dans la bouche de non-francophones et parfois de francophones. Donc les erreurs, j’en ai choisi cinq ici. Les cinq erreurs que je vais lister, ce sont vraiment des erreurs que même des francophones font. J’ai sélectionné pour toi cinq erreurs et après avoir regardé cette vidéo, tu ne les feras plus.

La première erreur qu’on rencontre souvent, c’est quand quelqu’un dit : “Je me rappelle de ta vidéo. Je me rappelle de”. Donc ici, je te renvoie vers une autre vidéo que j’ai faite, dans laquelle j’explique en détail la différence entre “se rappeler quelque chose, se souvenir de quelque chose”. On ne dit pas “se rappeler de”. On dit “se souvenir de quelque chose” ou “se rappeler quelque chose”. Donc ici, on dirait : “Je me souviens de ta vidéo”, ou : “Je me rappelle ta vidéo”, sans le “de”. On ne dit pas : “Je me rappelle de ta vidéo”. C’est faux. “Je me rappelle de ta vidéo”, c’est faux. “Je me souviens de ta vidéo”, c’est bon. Ça, c’est une erreur très courante. “Je me rappelle de” : souviens-toi qu’on n’utilise jamais “de” après “se rappeler”.

Deuxième erreur. Celle-là, je la dédie à mon ami Fred. Je te fais une bise, mon petit Fred si tu regardes cette vidéo. C’est une erreur que j’entends souvent chez mes amis Allemands. Alors, Fred, c’est un ami Français, mais qui a vécu très, très, très longtemps en Autriche et qui dit souvent :”Je vais te visiter. Je vais te visiter”. On ne dit pas : “Je vais te visiter” ; on ne dit pas “visiter quelqu’un”. On ne dit pas : “Je visite mon cousin”, c’est faux. On dit : “Je rends visite à quelqu’un”. Donc on ne dit pas : “Je vais te visiter”, on dit : “Je vais te rendre visite.” Visiter quelqu’un, ça ne marche pas, on ne dit pas “je visite quelqu’un”, on dit “rendre visite à quelqu’un”.

Alors je pense que cette erreur, elle est liée à un problème de traduction puisqu’en anglais, par exemple, on dit “to visit someone” ou en allemand, on dit “jemanden besuchen”. (Te moque pas de mon accent, Fred.) Mais en français, on ne dit pas “visiter quelqu’un”, on dit “rendre visite à quelqu’un”. “Je te rends visite”, c’est bon ; “Je te visite”, c’est faux.

Une autre erreur très, très répandue chez les non-francophones et chez les francophones d’ailleurs. Si tu ne fais pas cette erreur, tu auras un avantage sur les francophones. C’est dire “malgré que”, “malgré que”. Après “malgré”, on ne dit jamais “que”. On ne dit jamais “que” après “malgré”. Par exemple, tu peux entendre : “Malgré qu’il pleuve, je vais aller me promener.” C’est faux. Après “malgré”, on ne dit jamais “que”. Tu peux dire “bien que” : bien qu’il pleuve, je vais aller me promener. Ou alors tu dis “malgré le fait que”. Malgré le fait qu’il pleuve, je vais aller me promener. Mais “malgré que”, ça n’existe pas. Donc, si tu veux dire qu’il pleut dehors et que tu vas quand même aller te promener, il faut dire : “Bien qu’il pleuve, je vais aller me promener.” ou : “Malgré le fait qu’il pleuve, je vais aller me promener”. Tout ça, c’est bon, mais tu ne dis pas : “Malgré qu’il pleuve, je vais aller me promener”. Ça, c’est une erreur.

Une autre erreur que je lis très, très souvent dans les commentaires Facebook ou Instagram, c’est “beaucoup des”. Par exemple : “J’ai lu beaucoup des livres.” En français,  quand on exprime la quantité, (quand on dit “beaucoup”), on dit toujours “de” ou “peu de”. Pour la quantité, on met la préposition “de”. Donc on dit : “J’ai lu beaucoup de livres. J’ai regardé beaucoup de vidéos. J’ai mangé beaucoup de fruits et légumes. J’ai bu beaucoup de café”, mais on ne dit jamais “des”, on ne dit pas : “J’ai lu beaucoup des livres”. Ça, c’est faux. On dit : “J’ai lu beaucoup de livres”. Pour la quantité, on utilise la préposition “de”.

Dernière erreur que je rencontre souvent, c’est quand des gens disent : “C’est moi qui a raison”, ou : “C’est moi qui a gagné”. Ici, quand on a “moi”, eh bien, il faut bien accorder, faire l’accord comme si c’était “je”. Donc on ne dit pas : “C’est…” Si tu dis “je”, tu ne dirais pas : “j’a”, tu dirais “j’ai” et donc, quand tu dis : ‘C’est moi qui…”, tu ne dis pas : “C’est moi qui a raison.”, mais : “C’est moi qui ai raison”, parce que “moi”, c’est comme si c’était la première personne et tu dis donc “j’ai”. C’est moi qui ai raison, c’est moi qui ai gagné. Si tu avais “tu”, tu dirais : “C’est toi qui as raison, c’est toi qui as gagné. Tu écrirais “as” parce que c’est “tu”, c’est “toi”. Si c’était la troisième personne, si c’était “il”, tu dirais : “C’est lui qui a gagné.” Donc, ce serait un “a” tout seul. C’est elle qui a raison. Mais on ne dit pas : “C’est moi qui a raison.” C’est une erreur. On dit : “C’est moi qui ai raison”, ou : “C’est moi qui ai gagné”.

Voilà pour les cinq erreurs. Alors on va les résumer, je les avais notées.

La première, on ne dit pas : “Je me rappelle de”. Après “se rappeler”, il n’y a pas de “de”.

Deuxième erreur. On ne dit pas : “Je visite quelqu’un”. C’est faux. Ne dis jamais ça.

Troisième erreur très répandue. On ne dit jamais “malgré que”. On dit soit “bien que” ou “malgré le fait que”. On ne dit pas “malgré que”.

Quatrième erreur. Après “beaucoup”, après une quantité, on ne dit pas “des”. On ne dit pas : “J’ai lu beaucoup des livres”, on dit : “J’ai lu beaucoup de livres”.

Et enfin, on ne dit pas : “C’est moi qui a gagné, c’est moi qui a raison”, mais on dit : “C’est moi qui ai raison” parce que “moi”, c’est la première personne du singulier.

Si tu as aimé cette vidéo et si tu aimerais un volume 2 (parce que des erreurs comme ça, il y en a des dizaines et des dizaines) donc je peux très bien faire une autre vidéo, un volume 2. Si ça t’intéresse, laisse un petit pouce en l’air, un petit pouce bleu. Si j’en vois un certain nombre, je ferai un volume 2. Si tu aimes mes vidéos et que tu n’es pas encore abonné, abonne-toi à la chaîne de France Authentique. Oui, oui, oui, il y a une vidéo chaque lundi. N’oublie pas d’activer la cloche, les notifications comme à l’écran pour être informé des nouvelles vidéos et dis-moi en commentaire quelles sont d’autres erreurs courantes que tu entends souvent en français ou que toi-même tu fais. En commentaire, ça m’intéresse.

Merci de suivre mes vidéos, à très bientôt pour du nouveau contenu. Salut !