Viens parler avec les tuteurs de l'académie Français Authentique (fermeture le 16 janvier)
Plus d'informations

5 choses que mes enfants m’apportent

Ressource(s) évoquée(s) dans l’épisode :

 

(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier MP3)
(Fais un clic droit sur ce lien pour enregistrer le fichier PDF)

Transcription de l’épisode :

Salut, chers amis ! Merci de me rejoindre pour ce nouvel épisode de « Marcher avec Johan ». Tu vas voir, l’épisode d’aujourd’hui est un peu différent de ce que je fais d’habitude.

Avant toute chose, je souhaitais te rappeler que tu pouvais, à tout moment, rejoindre la lettre d’information de Français Authentique. C’est une liste de gens privilégiés qui reçoivent beaucoup d’infos, beaucoup de contenus exclusifs de Français Authentique directement dans leurs boîtes mails. Donc, je te mets un lien dans la description de cet épisode pour que tu puisses nous rejoindre. C’est 100 % gratuit. Tu apprendras beaucoup, tu accèderas à beaucoup de choses et tu progresseras dans tous les domaines de ta vie et évidemment en français également.

Aujourd’hui, comme je te le disais, c’est un épisode un peu différent de d’habitude. Je vais parler de ma famille et je ne vais pas le faire parce que je pense que ma vie t’intéresse, mais je vais le faire pour te donner déjà une perspective des choses que tu peux comprendre, sur lesquelles tu peux réfléchir, des choses qui pourront peut-être t’inspirer, mais aussi et surtout, ça va te permettre de découvrir plein de vocabulaire en français.

Moi, ma famille, mes enfants, ma femme, ça a toujours été une grande priorité pour moi. J’ai toujours été un papa très présent, j’ai toujours passé beaucoup de temps avec mes enfants et j’ai vraiment la chance, énormément de chance, de pouvoir leur accorder beaucoup de temps. Je travaille beaucoup, mais j’ai une vie qui est structurée autour d’eux et qui me permet de pouvoir en profiter énormément.

Avant de préparer cet épisode, je me suis posé cinq minutes et je me suis dit : « Tiens, je vais essayer de faire une liste des choses qui m’apportent le plus, cinq choses », puisque forcément quand tu donnes beaucoup, je donne beaucoup à mes enfants de temps, d’amour, etc. quand tu donnes beaucoup, parfois c’est bien de se dire : « Tiens, et qu’est-ce que je reçois en retour ? » Ce n’est pas de l’égoïsme, on n’est pas dans une relation commerciale évidemment, mais je trouve ça intéressant de se poser cette question. En fait, j’ai fait une liste très rapidement, donc je vais développer pour toi. Très vite, il y a cinq choses qui sont venues. Tu vas voir qu’il y a des choses qui vont peut-être te surprendre.

La première, je pense que ça c’est le plus évident, ça ne te surprendra pas. Mes enfants, ma famille, m’apportent de la joie et de l’amour. Donc ça, c’est assez difficile à décrire et c’est d’ailleurs impossible à comprendre pour quelqu’un qui n’a pas d’enfant. Si je n’avais pas d’enfant ou quand je n’avais pas encore d’enfant, j’ai attendu mes 28, c’est ça, 28 ans, 29 ans, j’ai attendu d’avoir 29 ans pour avoir mon premier enfant. Avant ça, je n’avais aucune notion de ce que pouvait être l’amour et la joie qu’on recevait par le biais de ses enfants. Donc ça, c’est difficile vraiment à décrire, c’est difficile à comprendre.

Voilà, Il y a plein d’émotions positives quand je les regarde. Rien que de les regarder, de les écouter parler, de les prendre dans mes bras tous les jours, ça m’apporte énormément de joie, d’amour, de bonheur tout simplement, d’émotions positives que je ne peux pas décrire. Donc ça, c’est forcément ce qui m’est venu en tête très vite.

Le deuxième point, c’est de la fierté, de la fierté pour ce qu’ils sont, de la fierté pour ce qu’ils font. Ici, c’est très gratifiant de voir ses enfants être gentils, être polis, être malins, être drôles. Évidemment, je ne suis pas objectif puisqu’en tant que parent, on a toujours l’impression que nos enfants sont spéciaux et sont différents des autres. Donc, ce n’est pas objectif, mais ça m’apporte beaucoup de fierté. Ils ont chacun leurs caractères. J’ai trois enfants : Emma, Tom et Raphaël. Ils ont chacun leurs qualités, chacun leurs défauts, chacun leurs forces, leurs faiblesses et c’est très amusant de les observer. On éprouve beaucoup de fierté à les voir, aussi bien en public que lorsque nous sommes en petit comité, à la maison. Donc, mes enfants m’apportent beaucoup de fierté.

Les trois autres points qui me sont venus spontanément, sont des points plutôt axés vers l’efficacité, le développement personnel etc. Le premier de ces trois points, c’est qu’ils m’apportent beaucoup de responsabilités. Le fait d’être papa et d’avoir beaucoup d’énergie qui est investie dans l’éducation de mes enfants, eh bien ça me donne une grande responsabilité en fait. Et j’apprends tous les jours pour être meilleur pour eux, je travaille dur tous les jours pour eux. Je sais qu’ils me regardent, je sais que je peux très bien leur dire des choses, mais si je ne les fais pas moi-même, si je ne les pratique pas moi-même, j’aurai un mauvais exemple.

Donc, si je leur inculque le fait qu’il ne faut pas mentir et qu’ils me prennent à mentir, si je leur dis qu’il faut être prudent quand on conduit le vélo et que moi, en voiture, j’ai mon téléphone à la main, eh bien ça ne fonctionne pas, ils me regardent. Donc, ils m’apportent une grande responsabilité.

Mon épouse et moi, on leur a toujours inculqué le fait qu’il ne fallait pas dire de gros mots, des mots grossiers, ça me force à ne pas en dire. Comme tout le monde, je ne suis pas parfait. Mais je sais qu’ils sont là, qu’ils me regardent, donc ça me donne de la responsabilité. Je parlais du téléphone en voiture, c’est pareil, je ne peux pas prendre mon téléphone en voiture parce qu’ils me regardent. Ils m’apportent cette responsabilité.

J’ai eu un exemple à une époque où je ne cessais de dire à mon fils Tom de se tenir quand il montait les escaliers. Nous avons un escalier à la maison, je lui disais : « Il faut mettre la main et se tenir ». Sauf que moi, plusieurs fois, il m’a vu marcher sans me tenir à la rampe des escaliers, il m’a dit : « Papa, toi, il faut te tenir aussi ». J’ai dit : « Évidemment », et maintenant, je me tiens. Donc, ça m’apporte beaucoup de responsabilités parce que je sais qu’ils me regardent.

Ça m’apporte, c’est un peu lié au point précédent qui était la responsabilité, ils m’apportent aussi une énorme envie de m’améliorer et une énorme motivation parce que je veux être un meilleur père, je veux être un meilleur exemple, je veux être un meilleur leader dans ma famille. Et pour faire ça, je dois apprendre, me développer, travailler. Donc, ils m’apportent une énorme envie de m’améliorer, une énorme motivation.

Et ça, du coup, c’est vrai à tout âge. Je veux que dans 15 ans, 20 ans, ils me regardent encore comme un exemple aussi bien sur le plan mental, donc je veux pouvoir les aider s’ils font des études supérieures par exemple. Pour ma fille Emma, ça va venir d’ici un peu moins de 10 ans. Dans 10 ans, j’aurai pas loin de 50 ans, j’ai envie d’être suffisamment à l’aise mentalement pour l’aider avec des choses très compliquées. Pour ça, il faut que je travaille mon mental.

Je veux être capable de les accompagner aussi physiquement dans leurs activités. Un de mes objectifs, c’est d’être capable, à 50 ans, de faire un jogging avec mes enfants et de courir plus vite qu’eux, pas par compétition mais juste pour continuer d’être un exemple et continuer à pouvoir les pousser à s’améliorer. Donc, cette ambition que ça me donne et cette motivation, ça m’apporte énormément dans ma vie.

Et le dernier point, il y en a plein d’autres évidemment, mais là c’était les cinq points qui me sont venus en cinq minutes, c’est qu’ils m’apportent une grande productivité et une grande focalisation. On parlait, dans l’épisode du podcast de la semaine dernière de « Marcher avec Johan », d’un des plus grands problèmes qui touchent les apprenants, les créatifs et ceux qui travaillent, qui était les distractions ou les interruptions plutôt. Je te laisserai aller écouter cet épisode, je te le recommande vraiment. Dans cet épisode, on parlait de ce mal.

Un des moyens d’éviter les distractions, c’est d’avoir des enfants parce que, OK, ils vont apporter des distractions externes. On parlait des distractions externes la semaine dernière qui sont quand un enfant vient te voir, que toi tu veux travailler et qu’il t’interrompt ou que tu veux apprendre quelque chose, il vient, il t’interrompt, il te parle. OK, c’est une distraction.

Par contre, ils m’apportent un grand plus pour limiter mes distractions internes. Les distractions internes, c’est quand on se dit : « Bon ben là, je vais aller surfer sur You Tube au lieu de travailler ». Tout simplement parce que je ne peux pas me le permettre, tout simplement parce que si je gâche 15 minutes, si je perds 15 minutes, c’est 15 minutes que je leur vole à eux, puisqu’à un moment donné, il va falloir travailler et je le prendrai ce temps de travail sur leur temps à eux. Du coup, je ne veux pas leur voler de temps, donc je ne veux pas gâcher de temps, c’est hors de question. Du coup, ça m’apporte beaucoup de focalisation et de productivité.

Dès que je suis un peu tenté, dès que je sens que je commence à être distrait de façon interne à me dire : « Ah je vais aller regarder ça, je vais faire ça », eh bien je pense à eux, je me dis : « Il est hors de question de gâcher, de perdre ces 15, 20 minutes, parce que ce serait les voler à ma famille, ce serait les voler à mes enfants, et ça, il en est hors de question ». Du coup, ça m’apporte vraiment cette productivité.

Bien sûr, il y a plein d’autres points. On est d’accord. Ce n’est, encore une fois, pas exhaustif comme liste. Ça veut dire qu’il n’y a pas que ça, il y en a plein d’autres. Mais je suis assez fier et content d’obtenir ça de mes enfants.

Donc, je te parlais de la joie et de l’amour, numéro 1, qu’ils m’apportaient au quotidien.

Numéro 2, de la fierté.

Numéro 3, de la responsabilité.

Numéro 4, de l’envie de m’améliorer, la motivation.

Et numéro 5, du focus, de la productivité.

Bien sûr, il y a plein d’autres choses.

Mais une chose est claire, je ne serai pas vraiment où j’en suis aujourd’hui, parce que je suis assez content de ce que j’ai pu faire jusqu’à aujourd’hui et ce n’est pas fini, mais je ne serai pas où je suis aujourd’hui sans eux, donc j’en profite, je profite de cet épisode pour leur dire « merci, mes amours ».

J’espère que cet épisode un peu différent de d’habitude t’a plu, t’a intéressé. N’oublie pas d’aller joindre ou rejoindre la lettre d’information de Français Authentique. Tu as un lien dans la description. On se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel épisode du podcast « Marcher avec Johan ».

Merci de m’avoir accompagné. À bientôt. Salut !